NENA

  • Un nègre à Tanger

    As Malick Ndiaye

    • Nena
    • 7 Juillet 1905

    C'est un souffle rendu texte qu'As Malick Ndiaye nous propose ici. En le suivant dans sa pérégrination tangéroise, on halète, on suspend son souffle, on respire aussi. L'atmosphère peut n'être pas respirable dans les villes réputées « à atmosphère ». Le nom de « Tanger » est un nom qu'on ne fait pas répéter, mais avec lequel on se plaît, à l'évocation de la ville qu'il désigne, à se laisser bercer et à rêver. Mais, comme l'on sait, il y a loin du rêve à la réalité. On peut se demander si le discours officiel ne tire sa force que de ce qu'il masque : amitié légendaire entre le Maroc et le Sénégal, contacts séculaires, etc. Ce n'est pas de ce côté historique et politique que s'oriente l'essai d'As Malick Ndiaye. Il ose aborder la difficile question des mentalités et de la conscience collective à partir de quelques flashs saisis à Tanger lors de son séjour estival.

  • Le Japon, l'Asie et l'Afrique

    Elenga-Ngaporo

    • Coédition nena/panafrika/silex/nouvelles du sud
    • 8 Juillet 1905

    Dans cet essai très rigoureux, Elenga-Ngaporo suggère que l'Afrique, pour sortir de son immobilisme, au mieux de sa léthargie pluriséculaire, serait bien inspirée de regarder du côté de l'Asie et plus particulièrement du Japon, une société traditionnelle fermée qui, par la seule volonté de sa classe dirigeante, a été radicalement remise en cause dans ses fondements, transformée, modernisée en moins de vingt ans. L'élite japonaise, consciente de ce qui se passait en Chine et ailleurs en Asie après l'intrusion européenne, soucieuse de garantir l'indépendance de la nation, de contrer toute influence étrangère, de sauvegarder l'honneur de la patrie, a provoqué et conduit ce changement avec une vision très claire pour le futur et une dextérité étonnante. Elle s'est fixée et a organisé les priorités de sa politique économique et sociale : renforcement de l'éducation, acquisition de technologies les plus modernes, aménagement d'un environnement économique et financier, politique, juridique et institutionnel, favorable au développement. Elle parvient rapidement à ses fins.

  • Out of early twentieth century Russia came the world's first significant effort to build a modern revolutionary society. According to Marxist economist Samir Amin, the great upheaval that once produced the Soviet Union also produced a movement away from capitalism - a long transition that continues today. In seven concise, provocative chapters, Amin deftly examines the trajectory of Russian capitalism, the Bolshevik Revolution, the collapse of the Soviet Union, the possible future of Russia - and, by extension, the future of socialism itself. Amin combines an analysis of class struggle with geopolitics - both crucial to understanding Russia's complex political history. He first looks at the development (or lack thereof) of Russian capitalism. He sees Russia's geopolitical isolation as the reason its capitalist empire developed so differently from Western Europe, and the reason for Russia's perceived « backwardness. » Yet Russia's unique capitalism proved to be the rich soil in which the Bolsheviks were able to take power, and Amin covers the rise and fall of the revolutionary Soviet system. Finally, in a powerful chapter on Ukraine and the rise of global fascism, Amin lays out the conditions necessary for Russia to recreate itself, and perhaps again move down the long road to socialism. Samir Amin's great achievement in this book is not only to explain Russia's historical tragedies and triumphs, but also to temper our hopes for a quick end to an increasingly insufferable capitalism.

  • The future of Maoism

    ,

    • Nena
    • 12 Octobre 2020

    This book is being republished after a decade, where Samir Amin analyses the role and future of Maoism in China and the implications of its success or failure for the entire Third World. In the frist part, Amin outlines three models of accumulation-socialist, capitalist, and statist - and projects the long-term implications of each for an underdeveloped country. The second part is then devoted to an examination of China's economic performance during successive phases of development under Mao. A third and final part compares the Maoist to the revisionist approach to development, particularly regarding revolutionary class alliances, linking the future of Maoism to the nature of worldwide revolution. In a postscript written for this volume, Amin, discussing the « Chinese model », proposes a method of analysis which, while emphasising the social, political and ideological struggle in China, places the debate in the context of the discussion about the challenges posed by the « long transition from world capitalism to world socialism. » This volume also contains a stimulating foreword by Vaskar Nandy, a leading communist revolutionary of India and a rejoinder to him by Samir Amin on what should constitute the Marxism of the 21st century and the prospects of « delinking » for the periphery.

  • The implosion of contemporary capitalism

    Samir Amin

    • Nena
    • 12 Octobre 2020

    Renowned political economist Samir Amin, engaged in a unique lifelong effort both to narrate and affect the human condition on a global scale, brings his analysis up to the present -the world of 2013. The key events of our times- financial crisis, the emerging nations, globalization, financialization, political Islam, Euro-zone implosion- are related in a coherent, historically based, account. Changes in contemporary capitalism require an updating of definitions and analysis of social classes, class struggles, political parties, social movements and the ideological forms in which they express their modes of action in the transformation of societies. Amin meets this challenge and lays bare the reality of monopoly capitalism in its general, global form. Ultimately, Amin demonstrates that this system is not viable and that the implosion in progress is unavoidable. Whether humanity will rise to the challenge of building a more humane global order free of the contradictions of capital, however, is yet to be seen.

  • The arab economy today

    Samir Amin

    • Nena
    • 12 Octobre 2020

    The Arab Economy Today is a detailed account of the present economic situation of the Arab World. Samir Amin presents a wealth of statistical information to show how oil revenues are being spent, which economic sectors are developing, the allocation of skilled labour, the distribution of national income, and the region's patterns of external trade. He concludes that the oil-rich Gulf states are squandering their income to shore up the international monetary system; the more populous oil states are making little effective provision for the day when the oil runs out; and all of them are increasingly integrated into a dependent and subordinate position in the world capitalist system. In short, Samir Amin argues that, given the existing class distribution of power in the Arab World, no real effort is being made to employ the massive oil revenues to open up an independent path towards a mature industrial economy in the Middle East. A major introductory essay to the book focusses on the vast number of Samir Amin's more empirical writings. Written by British sociologist Aidan Foster-Carter, who has specialized in the field of theories of underdevelopment, this essay introduces the reader to the scope and multiplicity of themes with which Amin has concerned himself during nearly 30 years of scholarly work. A Complete Bibliography of Samir Amin's publications is also included. This specially compiled Bibliography is the first compre­hensive listing of all Amin's writings: books; articles and papers; theses and reports - as well as debates, critiques etc of Amin, in English and French, 1955-80. It is an invaluable guide to the massive corpus of Samir Amin's theoretical and empirical work.

  • The relationship between development and historical traditions has pervaded theories of social development since the 19th century. This has been particularly true of the transformation of agrarian societies, as is shown by the great debates that centered on the future of the mir in Russia, the transition from feudalism to capitalism in western Europe, the incorporation of the Indian communities in the Americas into the capitalist system and by the controversy surrounding the so-called Asiatic mode of production in the Orient. What is striking about all these theories is that not only are they historical but also have a very strong geo-social referent However, this has not deterred most students of African societies from employing the same geo-social analogies in their analysis of the transformations that have occurred on the continent since the advent of colonialism. In this respect modernization and diffusionist theories of the 1950s and 1960s should be seen as nothing else but cruder culturalist (and imperialist) versions of classical European theories. In consequence those concerned (including colonized Africans) can be accused of having willfully ignored the specificity of the African geo-social context...

  • La narratologie revisitée

    Barnabé Mbala Zé

    • Coédition nena/presses universitaires de yaoundé
    • 9 Juillet 1905

    La narratologie (science du récit), en tant que paradigme cognitif et heuristique, est restée un sujet assez délicat dans la deuxième moitié du xx siècle. Très peu de théoriciens utilisent ce concept, une manière discrète de se soustraire de l'obligation de clarification des présupposés, des choix méthodologiques et des convictions. Cet essai relance le débat de fond sur la nécessité d'une théorie unitaire, ouverte à toutes les sensibilités issues du structuralisme, de la linguistique, de la psychanalyse et de l'histoire littéraire. L'hypothèse de base est que le récit est une totalité signifiante dont les constituants tiennent en toute cohérence et cohésion. D'où le bien-fondé d'une analyse de type sémiotique intégrant les s mes de lisibilité de diverses composantes du récit. Au-delà de tout dogmatisme ou de tout esprit de chapelle, ce livre participe du souci, de rationalité scientifique. Il prône le doute, admet la contradiction. C'est pourquoi l'auteur adopte le ton tout fait humble d'un Gérard Genette : « Cet arsenal, comme tout autre, sera inévitablement primé avant quelques années, et d'autant plus vite davantage qu'il sera pris au sérieux, c'est-à-dire discuté, prouvé et révisé l'usage ».

  • Les difficultés dont sont confrontés les enfants et jeunes dans les villes africaines sont nombreuses. La population africaine connait de forts taux de croissance, ce qui fait d'elle une population constituée en bonne partie de jeunes. Cependant, les ressources économiques nécessaires au bien-être de cette population sont insuffisantes, ce qui se manifeste par des taux de chômage élevés, le manque de services publics, mais aussi par l'extrême pauvreté. Ces mauvaises conditions de vie dans les villes africaines poussent les enfants et jeunes à lutter pour leur suivie. Ce document regroupe des études menées dans différentes villes africaines, montrant comment les jeunes s'y débrouillent pour s'en sortir tant sur plan économique que social.
    (Texte en anglais et en français)

  • Dix femmes d'Afrique en Europe

    Bishikwabo N. Mukala

    • Coédition nena/panafrika/silex/nouvelles du sud
    • 9 Juillet 1905

    Les textes qui suivent font entendre la voix de femmes qui sont généralement réduites au silence. Avec une grande fraîcheur d'expression, des femmes africaines, perdues dans l'indifférence d'une grande ville européenne, s'expriment sur elles-mêmes, leur vie, le monde qui les entoure, l'image qu'elles ont conservée de l'Afrique. L'enquête a été menée sur la base d'entretiens ouverts, mais avec l'aide d'un questionnaire assez général qui couvre successivement leur vie passée en Afrique, leur vie présente en Belgique, et certaines expériences de leur vie personnelle.

  • Romans d'Afrique

    Christian Petr

    • Coédition nena/panafrika/silex/nouvelles du sud
    • 10 Juillet 1905

    Le roman africain : un « article » étrange, bizarre, exotique pour le lecteur occidental, comme l'affirmait ironiquement Henri Lopes ? Sans doute, et d'abord parce qu'il l'introduit aux histoires que l'Autre se raconte pour appréhender son passé et déterminer son devenir, tenter de se réfléchir et de se concevoir comme un sujet individuel, et social. Un sujet qui d'abord intervient au nom des communautés blanches et noires et qui se situe au-dessus de leurs contradictions pour les réconcilier, avant de s'affirmer comme un « je » qui parle au nom de son peuple et sous son autorité. Tout en rendant sensible ces déplacements du sujet, la quinzaine d'études réunies dans cet essai, consacrées à des textes reconnus ou non, avance des éléments pour mieux comprendre l'histoire de la littérature africaine, une histoire au cours de laquelle se fixent, se construisent, s'échangent et s'affrontent différentes représentations de l'identité de l'homme noir.

  • L'Afrique a-t-elle besoin d'un programme d'ajustement culturel ?

    Daniel Etounga-Manguelle

    • Coédition nena/panafrika/silex/nouvelles du sud
    • 10 Juillet 1905

    Les lecteurs africains, pour qui l'expression « ajustement structurel » est devenue non seulement familière mais surtout synonyme de privations et de contraintes économiques et sociales, réagiront sans doute avec étonnement devant ce nouveau concept d'ajustement culturel que nous propose Daniel Etounga-Manguelle. Alors, après l'économie, l'on voudrait maintenant « ajuster » aussi notre culture ? Il ne faut pourtant pas s'y tromper, la réflexion à laquelle l'auteur nous convie ici, ne débouche pas uniquement sur la nécessité évidente de remettre au goût du jour nos us et coutumes ancestraux : - fondements de la culture africaine s'il en est -, mais l'économiste nous démontre de surcroît, avec des exemples à l'appui, que sans cet ajustement culturel, il n'y a pas de salut pour les populations africaines. L'un des mérites de Daniel Etounga-Manguelle est d'avoir voulu, par une démarche analytique sans concessions, aller plus loin et faire toucher du doigt ce qui, dans la culture africaine, freine, voire interdit tout changement social.

  • Voyage ordinaire dans un autre monde

    Frantz Quillin

    • Coédition nena/panafrika/silex/nouvelles du sud
    • 1 Janvier 2018

    Pour revisiter sa part indienne, le Guadeloupéen Frantz Quillin a choisi le genre du récit de voyage qui entremêle des éléments autobiographiques, des visions lyriques et des réflexions suggérées par ce qu'il a vu tout au long de cet itinéraire qui est, à n'en pas douter, un véritable parcours initiatique... Si la démarche qu'il a choisie est celle de l'errance, ce « monde ordinaire » dont il découvre les multiples visages entrevus de Bombay à Calcutta, de Goa à Delhi, est peut-être celui des origines mais il révèle au voyageur une Indianité, elle aussi multiple, à laquelle il n'est pas facile de s'identifier. Pour tout individu d'origine indienne mais né hors de l'Inde, la quête de soi devient là, à la fois quête du même et quête de l'autre, comme nous l'ont raconté tant d'écrivains de Trinidad et du monde caraïbe, mais l'originalité de Frantz Quillin réside dans le fait que son retour aux sources n'est ni immersion totale dans l'imaginaire indien ni refus de cet imaginaire, mais acceptation d'une différence qui ne perd jamais de vue son autre origine, insulaire et atlantique, toujours présente en filigrane, avec laquelle il sera peut-être plus facile de se mesurer à la fin du voyage, loin de l'impermanence et de la folie indiennes.

  • Congo la solution lumumbiste

    Jean-Pierre Kambila Kankwende

    • Coédition nena/panafrika/silex/nouvelles du sud
    • 9 Juillet 1905

    Mais qu'est-ce que le lumumbisme aujourd'hui ? Le lumumbisme ne saurait être un « livre de recettes », une sorte de bréviaire listant les dogmes intangibles, sclérosés et inamovibles auxquels chacun devrait se conformer sans esprit critique. Le lumumbisme ne se réfère pas seulement à un homme, il ne consiste pas en une loyauté ou une fidélité de caractère fétichiste au souvenir d'une personnalité - il est vrai - extraordinaire. Le lumumbisme est un questionnement permanent, une recherche perpétuelle des meilleures solutions possibles aux problèmes de notre pays. Il est véritablement un idéal qui tire sa substance de la réalité de notre pays et d'un certain nombre de valeurs identifiables. C'est une démarche politique, intellectuelle et philosophique qui refuse tout artifice et s'impose d'aller en toutes circonstances au fond des choses, à la recherche des causes profondes. Le lumumbisme ne se connaît pas d'acquis définitif, il est une attitude de remise en question permanente visant un perfectionnement incessant. Il n'est pas un but, mais une démarche. Il est le projet de trois générations désormais, de bâtir au centre de l'Afrique une nation indépendante, de construire avec son peuple, par ses propres moyens, une démocratie, une société de bien-être et de justice sociale.

  • Le tableau de Van Gogh

    Maxime Rapaille

    • Coédition nena/panafrika/silex/nouvelles du sud
    • 10 Juillet 1905

    Stendhal donnait rendez-vous aux lecteurs de 1935. Ils sont venus, sans s'écraser; Schubert a laissé d'innombrables posthumes, dont certains attendirent un demi-siècle pour être interprétés, et Van Gogh n'a vendu qu'un tableau dans sa vie, alors que les amateurs s'arracheraient à prix d'or aujourd'hui sa moindre esquisse. L'échec apparent de leur oeuvre n'a empêché aucun de ces créateurs de la mener à bien. L'indifférence des contemporains est une constante en art. Ce n'est jamais en pensant à leur plaire qu'un écrivain doit prendre sa plume, un peintre ses pinceaux, un compositeur son papier à musique. Seul, son propre jugement importe.

  • La prolifération des conflits en Afrique a suscité simultanément la mise en place des mécanismes de leur résolution et de leur prévention. Dans ce processus, les différentes institutions locales, régionales et internationales chargées de la paix sont intervenues et interviennent aux différents niveaux où ces conflits émergent autant qu'elles essaient de mettre en place des systèmes de prévention mieux adaptés. La récente Déclaration du Caire1 instituant un mécanisme de prévention, gestion et résolution des conflits au sein de cette organisation panafricaine constitue un pas certain qui comptabilise l'apport des expériences des organisations sous-régionales autant qu'elle prend en compte les rapports évoluant entre l'Afrique et la communauté internationale à la suite de la fin de la guerre froide. Elle répond aussi de l'existence de nombreux conflits latents et émergents en Afrique de l'Ouest qui connaît une paix internationale négative contrastant avec de violents conflits domestiques, pour reprendre l'expression de Kakowicz (1997). Si, pour l'Afrique, l'étude des conflits et leur résolution sont importantes, leur approche et analyse en amont, soit la prévention, deviennent une nécessité, voire une urgence face, d'une part, au coût humain et matériel qu'endurent ses régions et pays déjà pauvres pour la plupart; de l'autre, face au développement et aux changements récents des rapports et du sens même de l'intervention internationale dans le monde, où la nouvelle politique du containment s'est révélée très désastreuse pour l'Afrique. Elle s'est révélée une simple déréliction du continent et une intervention à moindre coût financier, mais au prix de massacres tacitement autorisés2.

  • Retour chez les Si-Li

    Odile Felgine

    • Coédition nena/panafrika/silex/nouvelles du sud
    • 19 Novembre 2019

    « La culture n'est pas un patrimoine qui gonfle au cours du temps. (...) Les acquis du présent et du passé ne peuvent supporter d'incompatibilité lorsqu'ils participent à un assemblage de longue haleine, c'est pourquoi, on doit faire table rase d'une multitude d'idées périmées, malgré toute la vénération portée à leur initiateurs (...) Il convient d'abattre certaines constructions qui constituent notre héritage culturel. Si confortable que puisse être le respectueux conformisme, il est rarement de bon conseil, c'est souvent un oreiller de paresse qui encourage à fermer les yeux sur les périls à venir »1 Il en est de la nature, comme il en est de l'histoire, personne ne peut, à propos, quelle que soit la finesse de l'érudition manifestée, prétendre dire ou avoir le dernier mot. Il faut pourtant oser penser, oser bousculer les certitudes établies, pour susciter quelques pistes nouvelles de réflexion. Cela s'impose, surtout dans le contexte historique actuel qui, plus que les précédents, reste dominé par une accélération incessante du temps, un temps pluriel, contradictoire, dont certains disent qu'il est, tout simplement, celui de l'introuvable humanité de l'homme. Tout porte à croire que l'homme se voit ainsi trahi par sa propre intelligence. Ce ne sont pas des faits qui manqueraient pour conforter un tel pessimisme, pour penser cette montée perdurante de l'insignifiance.

  • Territoires insoumis

    Maurice Kamto

    • Coédition nena/panafrika/silex/nouvelles du sud
    • 19 Novembre 2019

    L'Université africaine est historiquement le produit d'une relation de dépendance vis-à-vis de l'Occident. Secret de polichinelle! Dans sa sphère francophone comme dans sa zone anglophone, les traces d'une telle relation restent encore visibles à travers le contenu des enseignements et les lieux de publication des savoirs produits sur l'Afrique. Après moult stratégies infructueuses de sortie de crise, l'investissement de la diaspora intellectuelle africaine au fonctionnement et à la gestion de l'Université a récemment été présenté comme la recette miracle, obtenant l'adhésion d'organisations philanthropiques, d'agences de coopération étrangères et des États africains. Cet ouvrage est le premier à offrir une évaluation du degré d'engagement de cette diaspora. Il s'appuie sur des enquêtes instructives menées avec des enseignants-chercheurs africains en poste en Éthiopie, au Ghana, au Nigéria et au Sénégal, d'une part, et des membres de la diaspora universitaire africaine établis en Amérique du Nord, d'autre part. À la lumière des résultats de ces enquêtes, ce livre se conclut par une question dérangeante : le besoin de diaspora intellectuelle africaine ne rétablit-il pas simplement la dépendance de l'Université africaine vis-à-vis de l'Occident dont les agents seraient cette fois-ci non pas des coopérants européens mais des expatriés africains?

  • La mondialité?

    Charles Zacharie Bowao

    • Coédition nena/codesria
    • 19 Novembre 2019

    À la fin d'un article tout récemment paru, intitulé « Pour une culture politique du temps », Jean Chesneaux (1998 : 68) écrit :
    Très loin, en apparence, de notre horizon politique immédiat, des anthropologues en viennent (...) à récuser le discours de leurs ancêtres totémiques, un Durkheim, un Mircea Eliade, un Maurice Leenhardt, un Levi-Strauss, qui ont tant insisté sur le temps cyclique et mythique, récurrent, finalement immobile dans lequel s'enfermeraient - et pour leur bien... - les sociétés non occidentales. Une authentique révolution culturelle vient secouer l'anthropologie, appelée désormais à réintégrer l'ensemble des sociétés humaines, les traditionnelles comme les modernes, dans ce que Alban Bensa nomme « le fleuve ininterrompu de la temporalité ». La relation présent-passé-futur est assurément un des universaux dont a tant besoin notre monde en crise, par delà la saine pluralité des cultures qui toutes, sur un mode ou sur un autre, s'inscrivent dans la durée du temps.
    Ce propos, s'il en est éloigné en apparence, nous installe au coeur de ce qui a été appelé, avec Futurs africains : quelques repères, un « nouveau paradigme ». Il récuse un ethnologisme du temps culturellement différencié selon une ligne de partage qui passerait entre des sociétés attentives à l'avenir, au progrès, et des sociétés essentiellement soucieuses de leur tradition, pour l'universelle nécessité d'un devenir maîtrisé par et dans une « culture politique du temps ». 1 Ainsi, de même que l'évolution des sociétés humaines n'a jamais présenté de « société froide » qu'au regard que Jean Marc Ela (1994) appelle « archéologique » - par opposition à un regard « dynamique » - de même il n'est pas des sociétés pour qui le temps est invention, opposées à d'autres pour qui le temps serait menace et déperdition. L'attitude prospective est ce qui fait partout l'humanité de l'homme. Le fleuve ininterrompu de la temporalité, en effet, n'est pas extérieur à l'humaine condition : il en est la texture même.

  • Santé, société et politique en Afrique

    Cheikh Ibrahima Niang

    • Coédition nena/codesria
    • 19 Novembre 2019

    L'essence de la politique, c'est la prescription d'une possibilité en rupture avec ce qu'il y a et pas nécessairement le maintien par tous les moyens de ce qu'il y a. L'exercice ou l'épreuve de cette prescription et les énoncés qu'elle commande, sous l'autorité de l'événement évanoui (marche réprimée contre la faim, par exemple), passe par des réunions, des discussions, des déclarations, des interventions et des organisations, en vue de prises de décisions. La politique est organisée par des dispositifs organisés organisant cette politique. Cependant, en Afrique, à la place de la pensée politique, on ne rencontre que des manipulations, des intrigues et des discours, essentiellement de la propagande, sinon des descriptions d'institutions, d'« élites », etc. Toute la question de la politique se réduit, de ce fait, à la conquête du pouvoir d'Etat. Ainsi, dans nos pays d'Afrique où l'on conçoit la politique comme une profession et la seule voie pour avoir les meilleurs moyens de vie, elle devient négative, puisqu'elle est incarnée par toutes sortes de gens corrompus et est marquée par des luttes parfois sans merci. Mais, une nouvelle figure de la politique est en voie d'émerger. Sa question centrale est : Comment changer le monde sans saisir le pouvoir d'Etat ? Comment construire une puissance politique, à partir de la capacité politique des gens, capable de dissoudre les rapports oppressifs de pouvoir ? Comment transformer l'Etat sans une prise de pouvoir d'Etat ?

  • La 13e Assemblée générale du CODESRIA tenue en décembre 2011 à Rabat au Maroc aura eu le mérite de débattre d'une question incontournable : celle des défis qui se posent à l'Afrique en ce début du XXIe siècle. En effet, le constat est que ce continent n'arrive pas à résoudre les problèmes de pauvreté, d'insécurité alimentaire, de conflits et violences, de mauvaise gouvernance et de marginalisation dans un monde qui se globalise de plus en plus. Si cette situation s'explique par le poids du passé, notamment la traite négrière et la colonisation dont les effets néfastes continuent à se faire sentir, nombreux sont ceux qui invitent les Africains à ne pas se voiler la face et les convient plutôt à analyser leurs comportements et surtout ceux de leurs dirigeants.

  • Le prince qui croyait à la démocratie

    Mansour Bouna Ndiaye

    • Coédition nena/panafrika/silex/nouvelles du sud
    • 10 Juillet 1905

    Ce livre retrace l'itinéraire d'un « Prince » qui, tout en revendiquant les valeurs les plus positives de son éducation traditionnelle, est à l'épreuve de l'idéal démocratique. Tout en restant profondément politique, il parvient à résister aux dérives du pouvoir et aux tentatives de la politique politicienne en mettant à profit ces valeurs que lui ont inculquées par son père et qui ont pour noms, endurance, courage, vertu, honneur et amour de son prochain. Cet ancrage à l'éthique qui lui permet de ne jamais se réaliser au détriment d'autrui, s'explique aussi par son apprentissage du saint Coran et par sa fréquentation, dès le bas âge de grands marabouts au nombre desquels le Kalifa Général et celui des Tidianes. De l'enfance au Ndiambour où il s'initia, à la fois, aux mouvements associatif et politique la phase adulte, qui est aussi celui des lourdes responsabilités, l'auteur retrace une aventure avec des anecdotes non seulement croustillantes mais qui renseignent sur les pratiques et traits de caractères de figures emblématiques de l'histoire politique du Sénégal, voire de l'Afrique : Galandou Diouf, Lamine Gueye. Senghor, Abdou Diouf, Modiba Keïta, Ahmet Sékou Touré, etc.

  • L'Afrique à la japonaise

    Baenga Bolya

    • Coédition nena/panafrika/silex/nouvelles du sud
    • 9 Juillet 1905

    La longue marche vers la modernité africaine s'achève ainsi : NIHON FU NO AFURIKA, l'AFRIQUE À LA JAPONAISE ! Pourquoi l'Afrique à la Japonaise ? Parce qu'en 50 ans - depuis 1945 - le Japon a changé le monde. Parce qu'en cinquante ans, le monde a changé plus qu'en 500 ans ! Jamais, depuis 1492, une civilisation ne s'est imposée en si peu de temps à tous les hommes de la planète terre.

  • Les colères vaines

    Maxime Rapaille

    • Coédition nena/panafrika/silex/nouvelles du sud
    • 10 Juillet 1905

    Ces chroniques sont le résultat de cent neuf coups de sang, répartis sur vingt-six années. Elles ont été écrites à chaud. En les lisant à froid, le lecteur en conclura peut-être que leur auteur a perdu des occasions de garder son calme et s'est fourré le doigt dans l'oeil, plus d'une fois. Je le lui accorde, mais je n'ai pas réagi en historien, ni même en mémorialiste, simplement en témoin. La gifle est partie, elle n'aurait pas dû, tant pis, j'étais soulagé. La sagesse voudrait qu'on avance en fermant les yeux et en se bouchant les oreilles. Vivre, c'est regarder, écouter, frémir de plaisir ou d'indignation. « Laissez ça à l'adolescence » me conseillera-t-on. Mais j'ai toujours dix-sept ans !

empty