Vincent duluc

  • « Fumi : Les fumis sont les bougies que les groupes de supporters allument chaque fois que c'est leur anniversaire, mais ils comptent mal, parce qu'il y en a toujours beaucoup plus que d'années d'existence. »

    Journaliste à L'Équipe, spécialiste des stades et amoureux du ballon rond, Vincent Duluc nous ouvre le monde du football à travers le vocabulaire qui en fait la sève. Il commente sur un ton léger et malicieux les savoureuses expressions qui y circulent, de Zone mixte à Bien en place, avec toute la pertinence du fin connaisseur et du passionné.

    Vincent Duluc est journaliste sportif spécialisé dans le football. Auteur de nombreux ouvrages, il intervient régulièrement dans des émissions de débats télévisés.

    /> « Le football a de la chance d'avoir Vincent Duluc. Le foot a beau être un sport universel, il est possible de l'honorer avec pour armes la finesse, l'intelligence, la créativité. C'est ce que faisait naguère sur les terrains le joueur espagnol Andrés Iniesta. Vincent Duluc est l'Iniesta de la plume. »

  • Carole & Clark

    Vincent Duluc

    Ils étaient plus que des stars de cinéma. Ils étaient le couple rêvé, un feuilleton national. Entre 1930 et 1940, Carole Lombard et Clark Gable incarnaient une certaine idée du bonheur et Hollywood qui aimait les chimères était à leurs pieds. Elle était le glamour, elle était drôle, parlait comme un marin, imposait sa loi. Son charme agissait comme un sortilège, sur certaines photos elle était presque nue et on ne regardait que ses yeux. Il était l'homme qui embrassait les femmes, une aura reposant toute entière sur un geste originel, une manière d'agripper sa partenaire par le bras, qui disait où était le pouvoir, où était l'électricité.Il était la star de  Autant en emporte le vent, elle irradiait dans  La Joyeuse suicidée, ils s'étaient rencontrés sur le plateau d'Un mauvais garçon. Il est possible que tous les deux aient eu moins de partenaires à l'écran que dans la vraie vie. Ils essayeraient de rester ensemble au milieu du désir des autres, dans ces existences irréelles que les studios contrôlaient et inventaient, même.Du fantasme à l'envers du décor, de l'ironie à la tendresse, ce serait Elle & Lui, et puis Lui sans Elle, une succession de remords et de rédemptions, un crépuscule essoufflé, avant de s'allonger à ses côtés sous le marbre de Los Angeles.

  • Le journaliste de L'Équipe Vincent Duluc rend hommage à ces indispensables joueurs de l'ombre sans lesquels les stars du foot ne seraient rien.
    Ils ne dribblent pas, ils ne marquent pas (ou rarement), ils ne donnent que rarement des passes décisives, ils ne dirigent pas le jeu tels Platini ou Zidane, mais sans eux, le football ne tourne pas rond. Les génies du jeu sont orphelins et perdus sur le terrain. Eux, ce sont les milieux de terrain récupérateurs, les infatigables ratisseurs de ballon, les métronomes de l'équipe.
    Zidane avait Deschamps, puis Makelele. Platini a eu Tigana et Messi Iniesta. Cruyff avait Neeskens et Pelé Clodoaldo...
    Avec son oeil expert et sa plume alerte, Vincent Duluc décortique tout ce qui fait la spécificité de ces vrais maîtres jeu, leurs principaux traits de caractères, leurs relations avec leurs entraîneurs et avec les meneurs de jeu, leur destin qui les mènent bien souvent à devenir de très grands entraîneurs.
    Ces indispensables joueurs de l'ombre sont en réalité l'âme de ce sport collectif qu'est le football. Ils démontrent qu'il faut de l'intelligence pour y réussir. Peut-être parce que - attention âmes sensibles - il s'agit d'un sport intelligent.
    Le premier ouvrage technico tactique sur ces joueurs sans lesquels les stars du foot ne brilleraient pas. Un livre qui vous fera voir le foot autrement.

  • Kornelia

    Vincent Duluc

    • Stock
    • 28 Février 2018

    « J'ai retrouvé une photo de Kornelia au fond d'un carton de souvenirs dans le grenier de mes parents. Sur une des fiches cartonnées des héros olympiques, elle sortait de l'eau, ses cheveux blonds plaqués en arrière, parce que les sirènes ne
    reviennent pas à la condition terrestre avec une frange qui leur tombe sur les yeux. Elle avait dix-sept ans et à cet âge tout battait la chamade, son coeur d'artichaut et ses ailes musculeuses qui rythmaient le papillon.
    Je l'ai cherchée comme on part sur les traces d'un amour de jeunesse, dans l'empreinte d'une époque qui avait sacré sa blondeur blanchie par le chlore, dans les archives d'un régime qui avait tout consigné, même ce qu'elle avait oublié. J'espère que je l'ai trouvée. »

  • Enfants de la balle

    Vincent Duluc

    • Larousse
    • 30 Janvier 2019

    Kylian, Antoine, Samuel, Hugo, Lucas, Paul, Benjamin, Nabil, Raphaël, N'Golo... Ils ont grandi à Bondy, Marseille, Jeumont, Lyon, Mâcon... Issus de mille origines mais enfants de la France, unis par une seule et même passion, à force de volonté et de sacrifices, ils sont montés sur le toit du monde et nous ont offert une superbe deuxième étoile.
    Mais qui sont vraiment nos champions ? Et comment le sont-ils devenus ? Qu'avaient-ils de plus que les autres ? Quelle enfance et quelle adolescence ont-ils connues ? Quelle est la part du destin et celle du travail ? Quel parcours ont-ils emprunté ? Comment ont-ils géré la pression et surmonté les obstacles ? Quelle influence leur entourage a-t-il eue ?
    Riche de nombreuses anecdotes, au plus près du vécu des joueurs, ce livre apporte les réponses aux questions que nous nous posons tous. Il dévoile la face méconnue des Bleus, une nouvelle génération qui a tout donné pour aller au bout de son rêve le plus fou : remporter le trophée le plus convoité au monde.

  • Un printemps 76

    Vincent Duluc

    « Grandir dans ma province avec Saint-Étienne juste à côté, en 1976, c'était habiter Naples au pied du Vésuve, c'était savoir que le coeur de l'univers avait soudain été déplacé, qu'il se rapprochait de nous mais sans nous inclure, et c'est pour cela que l'on se levait, pour voyager, franchir la frontière et ressentir l'appartenance au monde.
    Là-bas, juste à côté, Saint-Étienne avait les Verts, la ville avait cette fièvre, un pays venu prendre son pouls, et sous ses yeux la classe ouvrière mourait en chantant "Qui c'est les plus forts ?". »

  • « J'ai dépensé tout mon argent en filles, en verres et en voitures. Tout le reste, je l'ai gaspillé. »
    George Best a été la première popstar du football, un joueur d'une grâce infinie, un génie, une gueule d'ange qui a débarqué dans la nuit en même temps que la minijupe et la pilule. Les penseurs d'alors affirmaient que les Beatles s'occupaient de la musique et George Best de la chorégraphie. Il est devenu une légende parce qu'il a arrêté le football de haut niveau à vingt-sept ans, dans le désintérêt d'autres sommets, parce que la plupart de ceux qui l'ont vu étaient persuadés qu'il était le plus grand, parce que personne n'a jamais osé, ni avant ni après, vivre et brûler comme lui.George Best, le cinquième Beatles est une histoire d'innocence, de sexe et de rock'n'roll.

  • L'histoire des Bleus à travers les remplaçants
      
    Dans le jargon footballistique, l'expression « les coiffeurs » désignent ces éternels remplaçants. Dans une liste de 23 joueurs sélectionnés pour une Coupe du monde, il y en a 4-5 qui n'entreront jamais en jeu ou très peu, mais dont le rôle n'est pas aussi anodin qu'il y paraît.

    Si tout va bien, ils acceptent leur rôle de sparring partner et assure une bonne ambiance dans la vie de groupe. Sinon la situation peut vite devenir pesante.

    Evoquer les coiffeurs, c'est revisiter l'histoire des Bleus sous un autre angle, auprès des grands oubliés. Entre parties de cartes, claquettes, souvenirs de vestiaires. Et lorsque cette histoire est contée par Vincent Duluc, la plus fine plume de la littérature sportive, c'est un régal

  • Le phénomène Pastore

    Vincent Duluc

    • Solar
    • 26 Avril 2012

    En quelques matches, au coeur de l'été 2011, JAVIER PASTORE, recrue en or massif (42 millions d'euros, record français) du Paris Saint-Germain, a séduit les inconditionnels du beau football. Cet élégant joueur, longiligne et créatif, enflamme tous les stades où il se produit. Depuis ses débuts en Argentine, son passage avorté à Saint-Étienne puis son épanouissement en Série A italienne à Palerme jusqu'à ses débuts tonitruants au sein du Paris SG new-look de Leonardo puis Ancelotti, LE PHÉNOMÈNE PASTORE, un ouvrage de Vincent Duluc, dévoile tout sur le meilleur footballeur évoluant en France. Au fil de témoignages rares et révélateurs se dessine le portrait technique et moral d'un des derniers magiciens du ballon rond venu d'Amérique du Sud.

  • Les dix derniers sélectionneurs (dans l'ordre chronologique) : Michel Hidalgo, Henri Michel, Michel Platini, Gérard Houiller, Aimé Jacquet, Roger Lemerre, Jacques Santini, Raymond Domenech, Laurent Blanc, Didier Deschamps.
    La fonction de sélectionneur de l'équipe de France est une fonction à hauts risques. Comme nos Premiers ministres, nos entraîneurs nationaux sont placés entre le marteau de leurs hiérarchies respectives et l'enclume d'une opinion où prolifèrent, dit-on, 66 millions de sélectionneurs amateurs. Sur ou au bord du terrain, ce sont eux qui insufflent, bousculent et mobilisent, tout en étant perpétuellement remis en cause. Certains ont connu la gloire, mais tous ont eu maille à partie avec la critique et l'opprobre.
    Vincent Duluc, « M. football » à L'Équipe, a connu et côtoyé les dix derniers sélectionneurs nationaux. Il a partagé leur quotidien, leurs doutes et leurs enthousiasmes. Pour ce livre, il les a à nouveau soumis à la question et mieux compris, avec le recul, la façon dont chacun s'est accommodé - ou non - avec l'exercice du pouvoir. Comment Michel Hidalgo a-t-il digéré le France-Allemagne de 1982 ? Pourquoi Henri Michel en veut-il toujours à Eric Cantona ? Quand Aimé Jacquet pardonnera-t-il à ses contempteurs ? De quelle façon Raymond Domenech s'est-il égaré en Afrique du Sud ?
    Agrémenté de très nombreuses révélations et anecdotes, ce livre-document balaie trente-cinq ans de football français en même temps qu'il nous rapporte le parcours d'hommes plus souvent sur la sellette qu'ils ne l'auraient jamais imaginé.

empty