• Enfin une femme qui avoue ! Qui avoue quoi ? Ce dont les femmes se sont de tout temps défendues (mais jamais plus qu'aujourd'hui). Ce que les hommes de tout temps leur reprochaient : qu'elles ne cessent d'obéir à leur sang ; que tout est sexe en elles, et jusqu'à l'esprit. Qu'il faudrait sans cesse les nourrir, sans cesse les laver et les farder, sans cesse les battre. Qu'elles ont simplement besoin d'un bon maître, et qui se défie de sa bonté : car elles emploient à se faire aimer autant par d'autres tout l'entrain, la joie, le naturel qui leur vient de notre tendresse, sitôt qu'elle est déclarée. Bref, qu'il faut prendre un fouet quand on va les voir.Jean PaulhanO se dénude, O souffre, O adore. Histoire d'O est bien plus qu'un roman érotique. Souvent imité. Jamais égalé.Clara Dupont-Monod

  • Cette image est destinée à un public majeur.

    J'ai plus de 18 ans

    Histoire d'O

    ,

    Après Emmanuelle, Guido Crepax reprend dans une version élégante un autre chef-d'oeuvre de la littérature érotique : Histoire d'O ou l'histoire d'une jeune femme indépendante emmenée par son amant dans un château où l'on dresse les femmes. De son plein gré, elle devient esclave. Marquée au fer rouge aux initiales de son maître, elle accepte de s'en remettre entièrement à lui, quelle que soit l'issue...





  • Collected in one volume: two women, spouses to French literary figures, setting out to top their husbands in every way possible. The Image, by "Jean de Berg" (Catherine Robbe-Grillet) so thrilled her husband, a somewhat better-known Alain, that he wrote a nifty preface to her work, signing off as "Pauline Reage." And Diane Bataille, who'd heard quite enough about her husband, author and erotic bibliographer Georges, decided one day to pen The Whip Angels, having it published by Maurice Girodias' infamous Olympia Press under the name "XXX". These two classic works of sexuality were published in '55 and '56, bookending the Story of O. The Olympia Press is pleased to bring them both to you in one volume.

empty