• «L'Europe penche. Ses penchants sont irrésistibles. BABORD TRIBORD BABORD TRIBORD. Quoi entre ?
    Quoi : entre Albrecht Dürer peignant l'insensé signe d'une chute de météorite, et Joseph Beuys au coeur d'un carnaval, ayant écrit au tableau noir « The Brain of Europe » ? Quoi : entre neuf jours d'Aphrodisies à Paphos, et les neuvaines d'un village où les pèlerins venaient en traitement pour leur folie ?
    Les barges tanguent. Les bargeots ne sont pas toujours ceux qu'on croise. Les croisés, ils sont livrés à leurs nefs folles.
    Les mythologies du temps présent se conjuguent avec l'histoire des antiques. Le sel y met un peu de piment.
    On a localisé le clitoris de l'Europe, pas encore son cerveau. Complètement à l'Ouest ? L'oncle d'Amérique, de retour, pencherait pour.
    Qu'est-ce que l'Europe, vue du mur à Chypre, gentiment nommé : ligne verte ?
    Qu'est-ce que l'Europe, vue par les écrivains Jean-Paul de Dadelsen et Denis de Rougemont, qui se mouillent au Centre européen de la Culture ? Quand la confédération européenne devient leurre, Dadelsen fait résonner son poème dans le ventre de la baleine, traduit le livre d'un juge américain, frôle la poète Hilda Doolittle, succombe d'une tumeur au cerveau.
    La langue c'est de la lave. C'est fou ce qu'on la préfère refroidie, solidifiée, figée. Parfois de l'énergie s'évade encore de l'encre asséchée : celle de l'énigme atteinte. Qu'y peuvent les arts poétiques ? Mais.
    Parier sur l'inconnu. Inventer des narrés, avec ligatures et raccords à distance. Bousculer l'ordre causal. Modéliser l'hétérogène. Ne pas nous mener en bateau, ni céder aux vieilles lunes. Syncrétiser. Croiser les doigts.»
    Patrick Beurard-Valdoye

  • Patrick Beurard-Valdoye est un de ceux à qui j´ai immédiatement pensé lorsque la collection est née. Avec Mathieu Brosseau, nous voulions rééditer cet ouvrage, Couleurre, qui était paru aux éditions du Limon en 1993, et qui aujourd´hui est introuvable.
    Alain Frontier dans ce texte de présentation définit bien les enjeux de ce livre où le poème tente de saisir le mouvement, toujours déjà échappé, qui se masque sous la perception de la couleur. Couleurre, comme si de la couleur infiniment perdue il fallait traverser le rayonnement, passer outre la sensation morte pour la faire advenir au recommencement vif d´une perception mise à nu.
    Patrick-Beurard-Valdoye est né à Belfort,il vit à Paris et à Anse, dans le Rhône. Le quatrième volume de son « cycle des exils », Le Narré des îles Schwitters, vient de paraître aux éditions Al Dante.
    F.R.

  • Cet ouvrage est une réédition numérique d'un livre paru au XXe siècle, désormais indisponible dans son format d'origine.

empty