• En novembre 2005, une émeute d'une ampleur sans précédent dans l'histoire contemporaine a été gérée politiquement de façon désastreuse : le " retour au calme " est aussi un retour aux difficultés de la vie ordinaire pour les quartiers populaires. Des sociologues de terrain ont voulu montrer qu'il est possible et indispensable d'analyser ces événements et ce qu'ils révèlent de l'état de la société française. (Cette édition numérique reprend, à l'identique, la nouvelle édition augmentée de 2007.)
    En novembre 2005, une émeute d'une ampleur sans précédent dans l'histoire contemporaine de la France a été gérée politiquement de façon désastreuse : le " retour au calme " est aussi un retour à toutes les difficultés de la vie ordinaire pour les habitants des quartiers populaires. C'est pourquoi des sociologues de terrain ont voulu montrer qu'il est possible et indispensable d'analyser ces événements et ce qu'ils révèlent de l'état de la société française. Le livre montre notamment le rôle joué par Nicolas Sarkozy, pompier-pyromane, dans le développement de l'émeute. Il révèle aussi que la première personnalité politique à demander la mise en place de l'état d'urgence fut... Marine Le Pen. Contre les idées reçues, et notamment celle que ces émeutes furent le fait de jeunes instrumentalisés par des " caïds ", des " barbus " ou des rappeurs, les auteurs montrent enfin que nombre d'habitants des quartiers ont témoigné d'une forme de solidarité avec les jeunes émeutiers. Au-delà de l'événement, le livre soulève un certain nombre de questions essentielles : pourquoi l'école n'est plus perçue par une partie de la population comme un lieu de promotion sociale mais comme un lieu d'échecs et d'humiliations ? Quelle est la situation sociale et économique réelle des habitants des quartiers, en particulier les jeunes ? Pourquoi la façon dont la police remplit ses missions dans les quartiers " sensibles " est-elle devenue un problème plus qu'une solution ? (Cette édition numérique reprend, à l'identique, la nouvelle édition augmentée de 2007.)

  • L'identité

    Alex Mucchielli

    Cet ouvrage sur l'identité n'entend pas être la énième synthèse et reformulation générale de ce qui s'écrit depuis plus de cinquante ans sur la question. Il ne redira donc pas ce que l'on a déjà lu et relu sur les fondements génétiques, biologiques, psychologiques, relationnels ou culturels de l'identité, mais tentera de dépasser cette morcellisation des approches et des définitions. Pour cela, Alex Mucchielli resitue le concept dans le nouveau paradigme des sciences humaines, celui de la complexité, afin de proposer une vision générale et nouvelle du phénomène identitaire qui puisse englober et dépasser les diverses théories et définitions connues de l'identité. Quels sont les fondements de l'identité psychosociologique ? À quels problèmes l'identité psychosociale se trouve-t-elle confrontée ?

  • Les méthodes qualitatives occupent une place grandissante en sciences humaines et sociales, constituant depuis leurs origines américaines un courant aussi riche que diversifié.
    Cet ouvrage, véritable manuel, permet d'appréhender aussi bien l'histoire que les enjeux épistémologiques et applications pratiques de ces méthodes dans leur diversité (analyses thématique, à l'aide des catégories, en mode écriture...).
    Réactualisé dans cette 5e édition, il cible toute la fécondité du dénominateur commun à ces méthodes : une démarche rigoureuse de reformulation, d'explicitation ou de théorisation des données d'enquête participant de la découverte et de la construction de sens.

  • Il existe de très nombreux facteurs dans l'environnement culturel, comme dans l'environnement immédiat de travail, dont il faut tenir compte pour conduire une équipe au succès et à la satisfaction. Néanmoins, le facteur essentiel demeure le manager lui-même, et ses manières de faire.Cet ouvrage a été conçu pour que le manager — ou futur manager — puisse trouver des réponses pertinentes à ses problématiques afin de lui permettre de développer son propre management au regard de son environnement et de ses objectifs.

  • La qualité des relations personnelles est devenue un atout essentiel dans bien des structures professionnelles. En ce sens, l'entretien de face à face apparaît comme le moyen par excellence pour accroître la compréhension des problèmes qui se posent et il doit être utile aussi bien à celui qui mène l'entretien qu'à l'interviewé.
    Devenu une référence, cet ouvrage du professeur Roger Mucchielli décrit ce que doit être un bon entretien car l'intention de bien conduire l'entretien ne suffit pas, il faut une méthode. Elle est exposée avec rigueur et exhaustivité :
    o comment créer l'écoute compréhensive d'autrui,
    o faire de la reformulation une technique de base,
    o savoir s'engager de façon authentique,
    o individualiser l'aide,
    o encourager l'autodétermination de l'interviewé.
    /> Roger Mucchielli propose une véritable déontologie de l'entretien d'aide, parfaitement d'actualité.
    Ses développements fondent une vraie philosophie de la relation d'aide : amener une personne à mieux se comprendre pour réussir à se prendre en charge dans la voie du progrès et du développement personnel.

  • Ce livre, réctualisé dans cette réédiition, explore les trois aspects fondamentaux de la délinquance.
    D'abord, la production des normes, qui ne cesse de redéfinir les contours d'une notion propre à une société donnée, à un moment donné de son histoire. Ensuite, les mécanismes de transgression, qui sont à la fois complexes et variés. Loin de se limiter aux phénomènes les plus visibles, tels que les délinquances juvéniles ou les violences physiques et sexuelles, la sociologie nous entraîne aussi dans les méandres de la délinquance des élites économiques et politiques, ainsi que dans les multiples formes de violence politiques et de crime organisé. Enfin, les réactions sociales qui vont de l'indifférence aux poursuites policières et judiciaires, au terme de profondes inégalités sociales.

  • Dans cet ouvrage devenu une référence, Roger Mucchielli jette les bases d'un enseignement spécifique adapté aux adultes.
    Ce livre décrit de façon précise : la spécificité de la pédagogie des adultes ; les principes d'efficacité d'un stage de formation ; les bases de la formation par l'apprentissage ; l'appel aux ressources que sont la motivation et l'imagination dans l'acte d'apprendre.
    Il offre également des repères utiles pour affronter des questions centrales et actuelles : comment établir un plan de formation, contrôler les acquis, mesurer les changements et pratiquer l'auto-évaluation.
    Roger Mucchielli suggère qu'il est déjà temps non seulement « d'apprendre à apprendre », mais surtout « d'apprendre à devenir ». Avec cette formule, il a inscrit ses travaux et cet ouvrage dans la grande lignée des contributions au courant inépuisable du développement personnel.

  • Savoir travailler en équipe s'apprend. En effet, l'efficacité collective d'une équipe n'est pas seulement affaire de cohésion et d'organisation. Elle s'appuie sur des principes, des règles, une dynamique qui doivent être maîtrisés pour conduire à la réussite de l'équipe sur le terrain.
    Cet ouvrage incontournable est devenu une véritable référence pour le management. L'auteur y définit les conditions de réussite du travail en équipe et montre en quoi l'hétérogénéité des compétences du groupe est facteur de richesses. Vous trouverez dans ce livre des réponses à vos questions :
    o Comment naît l'esprit d'équipe ?
    o Quels sont les facteurs clés du travail en équipe ?
    o Comment s'exerce l'autorité dans l'équipe ?
    À l'heure où l'on vante plus que jamais le travail en équipe, vous vous approprierez les références les plus solides qui ont inspiré les conseils actuels en matière de performance des équipes.

  • L'identité française est-elle menacée ? Une immigration africaine massive est-elle à nos portes ? L'islam est-il contraire aux lois de la République et est-il en train de s'insinuer sournoisement un peu partout avec ses voiles, sa nourriture hallal et ses terroristes ? Les descendants des immigrés sont-ils responsables des violences qui accablent depuis des décennies les banlieues ? C'est ce qu'affirment les nationalistes racistes depuis toujours, et ce n'est pas surprenant de leur part. Ce qui l'est davantage, c'est l'audience croissante dont jouissent ces idées dans le débat public.
    Démontrant l'inanité de ces discours, ce livre parcourt l'histoire de France depuis la Révolution de 1789. Il montre que nous sommes un pays d'immigration qui ne s'assume pas, que l'ampleur et les vraies raisons de ces migrations sont largement méconnues, que la peur de la violence ou de la subversion que porterait en elle cette immigration relève du fantasme, que notre roman national doit être sérieusement révisé, et qu'il est urgent de nous déprendre des deux types de nationalismes empêchant de penser la France telle qu'elle est pour affronter ensemble les défi s économiques, sociaux et environnementaux de demain.
     
    Laurent Mucchielli est directeur de recherche au CNRS (Laboratoire Méditerranéen de Sociologie) et enseignant à l'Université d'Aix-Marseille.

  • Processus d'influence et de changement dans la vie affective des groupes, la dynamique des groupes s'est imposée comme un des domaines sensibles de la psychologie sociale. L'ouvrage de Roger Mucchielli fait référence en la matière et offre une présentation vivante et approfondie des phénomènes qui se produisent dans les groupes humains. Il aborde en particulier :
    o les processus d'influence à l'oeuvre dans les groupes ;
    o les lois qui régissent la vie affective ;
    o les facteurs de cohésion et de conflit.
    L'auteur développe l'étude des processus de changement au niveau des attitudes et décrypte les techniques de manipulation. Il montre également comment les méthodes issues de recherches sur la dynamique des groupes peuvent servir pour traiter les troubles de la personnalité.
    Grâce à cet ouvrage, le lecteur saura dégager les conditions nécessaires pour améliorer le fonctionnement, la cohésion et l'efficacité des groupes.

  • La vidéosurveillance a connu un succès fulgurant en France à partir des élections présidentielles de 2007, sous l'impulsion de Nicolas Sarkozy et François Fillon. Cette technologie a été présentée comme une contribution majeure à la fois à la prévention et à la répression de la délinquance et du terrorisme. Mais cette promesse sécuritaire, activement entretenue par les industriels de la sécurité, relève-t-elle du mythe ou de la réalité  ? À quoi sert vraiment la vidéosurveillance  ?
    Après avoir enquêté dans trois villes françaises emblématiques, Laurent Mucchielli dresse un constat sans appel  : la vidéosurveillance n'est pas et ne sera jamais un outil important de lutte contre la délinquance et encore moins contre le terrorisme.
    Dissiper les écrans de fumée, percer à jour le «  bluff technologique  » des industries de sécurité, le gaspillage de l'argent public et la démagogie politique  : tels sont les résultats de cet essai sans concession et profondément citoyen.

  • Souvent critiquées, les réunions sont jugées trop fréquentes, trop longues, peu productives ou peu appropriées à un travail efficace en groupe.

    Pour toutes ces raisons, la pratique des réunions impose un retour aux fondamentaux : d'une part repenser vos principes d'animation et, d'autre part renforcer les compétences de tous les collaborateurs au travail en équipe.
    C'est ce que vous propose l'ouvrage de Roger Mucchielli devenu, au fil des années, une solide référence. Il offre des réponses claires aux questions essentielles qui concernent la conduite des réunions :
    o Comment se préparer à animer un groupe ?
    o Quelles techniques d'animation favorisent le mieux la participation ?
    o Comment maîtriser les différentes sortes de réunion ?
    o Quelles sont les clés psychologiques qui permettent de comprendre tant le fonctionnement des petits groupes que des grands groupes ?

    Dans cet ouvrage désormais classique, Roger Mucchielli réserve une bonne part de réflexion et de conseils aux situations bien actuelles de concertation, discussion et négociation. Il propose une bonne leçon de « savoir vivre en groupe ».

  • Qu'est-ce qui nous pousse à agir ? Quelles sont les motivations qui expliquent notre conduite ? Depuis son apparition en 1930, le terme de motivation a connu un très grand succès. Il s'applique désormais à tous les domaines concernant la conduite humaine (économie, pédagogie, politique, arts, etc.), remplaçant même les termes anciens de tendance, besoin, pulsion, désir.
    Cet ouvrage se propose d'éclairer un terme que la pluralité de ses usages rend parfois équivoque, grâce à une présentation unifiée des théories des motivations. À lire également en Que sais-je ?...
    Les 100 mots de la psychologie, Olivier Houdé
    La sublimation, Sophie de Mijolla-Mellor

  • Le nudge ("coup de pouce") est une technique d'influence provenant de la cognition distribuée et de la sociologie de l'action qui vise à inciter les individus à adopter l'attitude souhaitée, sans recourir à la sanction ou à la menace.

    L'exemple le plus emblématique est celui des toilettes de l'aéroport d'Amsterdam, où des mouches ont été dessinées au fond des urinoirs pour inciter les hommes à plus de précision. Résultat : 80% de frais de nettoyage en moins.

    Appliqué au management, le nudge consiste à intervenir sur les éléments de la situation de travail dans le but de modifier subtilement les comportements des collaborateurs et d'accroître leur motivation : adopter des attitudes engageantes (sourire, montrer de l'intérêt, féliciter...), transformer l'environnement en y introduisant des objets familiers, favoriser la détente et le jeu (mise à disposition de canapés, de billards, de babyfoots...).

    A l'aide d'expériences précises et d'études de cas, l'auteur met au jour les mécanismes de ces dispositifs incitatifs qui, maîtrisés, se révèlent de puissants outils qui permettront aux managers de mettre leurs collaborateurs sur les rails... en douceur.




  • Table des Matières
    Introduction /
    De la peur à l’analyse
    Chapitre 1 /
    La délinquance juvénile au temps des « blousons noirs »
    Chapitre 2 /
    L’évolution actuelle de la délinquance des mineurs : ce que disent les chiffres
    Chapitre 3 /
    La « violence des mineurs » dans les dossiers judiciaires
    Chapitre 4 /
    Auteurs et victimes
    Chapitre 5 /
    Que fait la justice ?
    Conclusion générale /
    Comment sortir des cercles vicieux ?
    Remerciements /

  • Une vingtaine de sociologues, d'ethnologues et d'historiens font le point des connaissances sur ces fameuses bandes de jeunes, depuis l'époque des " blousons noirs " jusqu'à nos jours, et en observant aussi la façon (autrement plus problématique) dont cette question se pose dans d'autres pays. Cette édition numérique reprend, à l'identique, l'édition originale de 2007.
    Dans l'imaginaire collectif, la bande renvoie à des actes délinquants commis en groupe et, plus largement, à des désordres juvéniles de tous types. Qu'un groupe d'adolescents ou de jeunes adultes pétarade à mobylettes ou chahute sur la dalle devant les immeubles, et l'on parlera facilement de " bandes ". Mais la presse parle également d'affrontements entre " bandes " de " jeunes de cités ", pour des faits qui peuvent aller jusqu'au meurtre. Durant les émeutes, certains fustigent également les agissements de " bandes ". C'est dire si la " bande " est un concept flou, désignant des formes multiples d'agissements et de regroupements bien réels mais qui semblent surtout unifiés par la peur qu'ils suscitent. Du reste, l'inquiétude contemporaine n'est pas nouvelle : au début du XXe siècle, ce sont des bandes de jeunes surnommées " Apaches " qui incarnaient cette dangerosité juvénile.Puis, au tournant des années 1950 et 1960, ce seront les " blousons noirs ". Dans ce livre, une vingtaine de sociologues, d'ethnologues et d'historiens font le point des connaissances sur ces fameuses bandes de jeunes, depuis l'époque des " blousons noirs " jusqu'à nos jours, en France mais aussi d'autres pays et continents. Ils s'interrogent sur la genèse des bandes, sur leur nature exacte, sur leurs relations avec diverses formes de délinquance, sur la façon dont les institutions travaillent sur ce " problème ", ainsi que sur sa construction médiatique et politique. Cette édition numérique reprend, à l'identique, l'édition originale de 2007.

  • L'ouvrage présente les fondements théoriques de la méthode OUROS. Il s'adresse aux enseignants de maternelle et de CP pour la prévention, aux enseignants des classes spécialisées pour la rééducation des enfants en difficulté, aux orthophonistes, aux psychomotriciens, aux psychologues thérapeutes. Une méthode ludique qui se vit en chantant et en déambulant dans l'espace, à la recherche du développement harmonieux de chaque enfant.

  • Une enquête dans la vallée de la Chevreuse 
      Dans la nuit du 26 février 2012, le corps de Sylvie Fumadelles se consume dans le brasier de sa voiture, sur un parking forestier de l'abbaye de Port-Royal, à Saint-Lambert-des-Bois (Yvelines). Son mari François Darcy est retrouvé à quelques mètres, blessé d'une balle dans l'omoplate. C'est lui qui a appelé les gendarmes. Soigné, il explique que sa femme et lui revenaient d'un week-end en amoureux pour fêter leurs dix ans de mariage lorsque, pris d'un besoin pressant, il s'est arrêté sur cette aire, est descendu de voiture et a ressenti une vive douleur avant de s'effondrer. Il assure avoir découvert la voiture en flammes à son réveil.
    Pour les enquêteurs, le mari est le suspect numéro 1. De la poudre est trouvée sur ses mains, et sur le corps calciné, de l'huile végétale inflammable. Le suspect a aussi menti sur son emploi du temps le week-end du meurtre. Jugé, François Darcy s'affiche comme son pire ennemi : froid et silencieux, il n'apporte aucune réponse au cours de ses deux procès. Il est condamné à trente ans de prison. Mais qui est vraiment ce colosse de 2 mètres pesant 150 kilos, décrit par ses anciens amis comme un tyran colérique et alcoolique ?
    Pour les enquêteurs, c'est un homme antipathique et insensible, coupable désigné par des charges nombreuses, mais imparfaites. Les expertises ? Biaisées, parfois erronées. La poudre sur ses mains est le résultat de sa pratique récréative du tir sportif. Comment a-t-il pu se tirer une balle dans le dos avec un fusil, alors que les expertises ont démontré que le tir n'avait pas eu lieu à bout touchant ? Comment ce fusil a-t-il pu disparaître, malgré d'intenses recherches dans tout le périmètre ? Plus de 80 gendarmes, équipés de chiens et de détecteurs, ont ratissé la forêt.

  • La question de la lutte contre la violence et l'insécurité occupe depuis quelques années une place importante dans le débat politique français. Par ailleurs, les faits divers de délinquance des jeunes occupent une place croissante dans l'actualité médiatique et sont présentés comme les manifestations d'une sorte de " nouvelle barbarie ". Amalgamant les délinquances les plus bénignes et les plus graves, de prétendus " experts " réactivent la vieille peur du complot de l'" ennemi intérieur ". Laurent Mucchielli s'efforce d'abord d'expliciter les enjeux de ce débat, de décortiquer les discours et d'en montrer tous les artifices. S'appuyant sur les recherches menées depuis une trentaine d'années, il explique comment on doit lire les statistiques de l'insécurité et de la violence (atteintes aux biens, agressions, violences à l'école). Il retrace l'histoire de la délinquance juvénile depuis les années cinquante, resituant ainsi ce problème de société dans une perspective économique, sociale et politique. Loin de la crispation actuelle sur de simples recettes policières, mais sans nier l'existence des problèmes, il propose alors quelques réformes de fond pour réduire la délinquance juvénile.

  • Dans les sciences humaines et sociales, la recherche du sens est fondamentale, et nécessite les instruments appropriés que sont les « méthodes qualitatives ». Ce sont des stratégies de recherche combinant diverses techniques de recueil et d'analyse qualitatives dans le but d'expliciter, en compréhension, un phénomène. 
    Les méthodes qualitatives utilisent diverses opérations et manipulations, matérielles et/ou intellectuelles, destinées à aider le chercheur dans sa volonté de faire surgir le sens : dénomination, transcription, découpage, mise en tableau, mise en relation, confrontation à des grilles, transposition en d'autres termes, regroupement, comparaison, confrontation à des savoirs, induction, réduction à des constantes ou à des formes... 
    Ce dictionnaire : 
    o présente la quasi-totalité des techniques et des méthodes qualitatives validées et disponibles à ce jour ; 
    o démontre la cohérence fondamentale de ces méthodes autour de leurs paradigmes de référence et ouvre ainsi la possibilité d'utiliser des méthodes qui apparaissaient, à tort, liées à des disciplines spécifiques ; 
    o permet aux lecteurs de trouver la matière nécessaire à leur propre réflexion méthodologique pour construire, eux-mêmes, la méthode de recherche appropriée à leur objet d'étude. 
    20 spécialistes o 250 entrées o 20 techniques o Plus de 50 méthodes  o Index o Liste des sigles
    Cette troisième édition, enrichie et augmentée pour tenir compte de l'évolution des connaissances, s'adresse à l'ensemble des étudiants et professionnels des sciences humaines et sociales.

  • 2e éditionSurcharge d'informations à répercuter, inattention de collaborateurs débordés, inefficacité des outils d'information interne, circulation de rumeurs, valse des audits et des projets inutiles... Autant de cas de dysfonctionnement de la communication interne des entreprises.Les conséquences peuvent en être extrêmement dommageables. Les bonnes intentions, en la matière, ne suffisent pas, et un effort inédit de compréhension s'impose si l'on veut que la communication interne puisse jouer le rôle grandissant que lui confèrent les attentes des salariés et les besoins des managers dans les entreprises du XXIe siècle.La deuxième édition de cet ouvrage présente une douzaine de cas-types de ces dysfonctionnements. L'auteur les analyse de manière systémique, initiant ainsi le lecteur à cette démarche particulière. Il en tire ensuite des leçons générales qui renouvellent les façons d'auditer ces problèmes et de concevoir des actions appropriées. L'approche théorique est ainsi clairement mise au service d'une amélioration des procédures d'audit et d'une meilleure organisation de la communication interne. Alex Mucchielli, professeur à l'université Paul Valéry-Montpellier III, fondateur du département des sciences de l'information et de la communication, responsable du Centre d'Étude et de Recherche en Information et en Communication (CERIC), s'est imposé comme l'un des continuateurs et développeurs, au niveau européen, de l'oeuvre de l'école de Palo Alto.Audit de l'information et de la communication interne. Le principe de la gestion collective des problèmes d'information : l'implication des acteurs. Le principe de la prise en compte de la situation des « récepteurs » l'attention au sens pour les autres. Les nouveaux principes de l'audit de l'information interne et leurs applications. L'audit de la communication interne. La multiplicité des dispositifs et des moyens de communication interne. L'existence d'un cadre de référence et la cohérence du dispositif global de communication interne. La communication interne comme outil de management. Le principe de la communication interne comme construction collective des situations. Les questions clés d'un audit de la communication interne. Conclusion générale : une nouvelle façon de penser la communication interne.

  • Influencer est un art qui fait appel au talent, certes, mais d'abord et avant tout au travail, à la technique. Car derrière des situations d'apparence différentes, on peut observer des phénomènes d'une grande homogénéité, que l'on songe aux techniques classiques de vente, de publicité, de séduction, de propagande ou bien encore aux diverses manipulations de la vie quotidienne. 
    À partir de la sémiotique situationnelle et de son approche nouvelle de la communication, l'auteur montre que les techniques d'influence ne relèvent pas d'un art inexplicable fondé sur l'intuition. Il propose une méthode d'analyse simple à mettre en oeuvre, illustrée par de nombreux exemples et des cas pratiques. Le lecteur y trouvera un ensemble d'outils pour se former et élaborer des actions concrètes de communication. 
    Cinq fois réimprimé, le présent ouvrage renouvelle complètement les études sur les communications d'influence.

  • Un livre qui s'efforce de déboulonner des mythes tenaces de l'histoire des sciences sociales.
    Du statut de " fondateur " de la sociologie française attribué à Émile Durkheim à la façon dont on s'empare régulièrement du personnage de Gabriel Tarde à des fins moins historiques que polémiques, l'histoire des sciences sociales en France est traversée par un certain nombre de mythes fondateurs qui ne résistent pas à l'analyse historique rigoureuse, et que l'on enseigne pourtant aux générations d'étudiants depuis parfois plusieurs décennies. Ce sont ces mythes que Laurent Mucchielli entreprend de déconstruire dans cet ouvrage ambitieux. La première partie interroge la façon d'écrire l'histoire et met en question des idées pourtant classiques en sociologie : ainsi de l'opposition entre sociologie allemande et sociologie française, entre tradition durkheimienne et tradition wébérienne, de la coupure radicale qu'aurait introduite l'École des Annales en 1929 dans l'histoire de l'historiographie française, ou encore du mythe selon lequel la psychologie sociale n'existerait que depuis les années 1960 en France parce que la sociologie durkheimienne l'aurait " tuée dans l'oeuf " à la fin du XIXe siècle. À chaque fois, Laurent Mucchielli montre comment ces versions du passé procèdent de jugements anachroniques et intéressés qui ne sont pas fondées historiquement. Dans une seconde partie, à travers l'étude du conflit entre la sociologie durkheimienne et la raciologie des anthropologues au moment de l'affaire Dreyfus, du conflit entre Halbwachs et Blondel sur la psychologie collective, de la naissance de la psychologie universitaire autour de Ribot, ou encore de la stratégie d'écriture des Règles de la méthode sociologique par Durkheim, l'auteur illustre la nécessité d'analyser les contextes, les réseaux, les conflits, tels qu'ils se déroulèrent, réellement à l'époque.

  • Cet ouvrage est une réédition numérique d'un livre paru au XXe siècle, désormais indisponible dans son format d'origine.

empty