• La première partie du Rire en herbe propose de merveilleux mots d'enfants, souvent saisis sur le vif. Leur succèdent d'innombrables perles d'inculture dans la lignée de La foire aux cancres, suite réclamée par beaucoup d'enseignants qui avaient envoyé à Jean-Charles les bourdes de leurs élèves. Mais parfois dans ce florilège une image qui fait rêver : Une montagne c'est la terre qui fait le gros dos... et l'on pense alors aux lignes de Cocteau adressées à l'auteur : "Je constate une fois de plus combien il arrive que les fautes produisent des rencontres mystérieuses et ressemblent aux trouvailles des poètes." Pas de raison, pour autant, d'encourager nos chers bambins à poursuivre dans la voie des portraits historiques du genre : Mirabeau, c'est le premier qui a traversé la Manche sur un avion...

  • Trente ans après La Foire aux cancres, Jean-Charles n'a rien perdu de sa verve et La Foire aux perles consacre le retour en grande forme d'un des meilleurs humoristes français.
    Gendarmes, médecins, avocats et ronds-de-cuir sont bien sûr au rendez-vous de ce recueil inédit, cancres et militaires n'ont pas été oubliés mais l'auteur a puisé également à des sources nouvelles, comme le cinéma, la politique et la religion.
    Cette délicieuse zygomathèque n'est pas seulement le livre le plus original de son auteur, c'est aussi l'un des plus drôles.

  • Il est inutile de présenter Jean-Charles, dont La foire aux cancres, avec plus d'un million d'exemplaires vendus, a battu tous les records du rire. Mais on rira aussi avec ces Histoires à ne pas mettre entre toutes les mains qui, publiées un an avant La Foire aux cancres, ont déjà eu cent mille lecteurs et méritaient d'être rééditées. Pourtant, certaines histoires avaient vieilli. Jean-Charles a décidé de les supprimer, et de les remplacer par d'autres, plus fraîches, plus drôles et parfois un peu plus osées. Car, comme son titre l'indique, ce livre n'est pas à mettre entre toutes les mains. Alors un bon conseil : lisez-le à deux.

  • Avec le Rire sur ordonnance, vous ferez une bonne cure de rirothérapie. Indications : convalescence, dépression, morosité, vague à l'âme, langueur, tristesse vespérale. Contre-indications : après une opération de l'abdomen ou en cas d'hypertrophie de la rate. Composition : anecdotes et perles médicales, chirurgicales, pharmaceutiques, kinésithérapeutiques, infirmièresques, dentaires et thermales, toutes authentiques. Posologie : traitement préventif : 5 à 10 pages par jour, selon prescription médicale. Traitement de choc : Avaler le livre dans la journée.

  • Cet ouvrage est une réédition numérique d'un livre paru au XXe siècle, désormais indisponible dans son format d'origine.

  • Cet ouvrage est une réédition numérique d'un livre paru au XXe siècle, désormais indisponible dans son format d'origine.

  • Cet ouvrage est une réédition numérique d'un livre paru au XXe siècle, désormais indisponible dans son format d'origine.

  • Cet ouvrage est une réédition numérique d'un livre paru au XXe siècle, désormais indisponible dans son format d'origine.

  • Un mammouth est un éléphant d'avant-guerre. Un têtard est une grenouille qui tète encore sa mère. La pompe royale, c'est quand le roi est fatigué. Seize ans après la Foire aux cancres, Jean-Charles est reparti à la pêche aux perles scolaires. Indéniablement, les bourdes des nouveaux cancres sont aussi drôles et aussi cocasses que celles des anciens. Elles sont même devenues la consolation des professeurs dont le métier est de plus en plus difficile. Le Festival des cancres est un livre tonique que doivent lire non seulement les professeurs, mais les élèves, les anciens élèves et plus particulièrement ceux qui s'intéressent à l'écologie, puisque selon un cancre : l'écologie est l'étude des écoles.

  • Qui vais-je tuer ? se demande Jacques Mareuil. Auteur de près de cent romans policiers, il a décidé de passer de l'autre côté de la barrière. Quelle sera la victime ? Le président de la République, le percepteur ou un des sept amants d'Éléonore, la femme aimée, qui vient de mourir dans un accident ? L'assassinat sera commis à la Buissonnière, une maison au milieu des bois, où sont réunis les amis d'Éléonore. Une affaire difficile pour le capitaine Gonivet et ses gendarmes. Et ce n'est pas la moindre originalité du livre de Jean-Charles, que de mettre en scène des enquêteurs en uniforme, ces grands oubliés de la littérature policière.

  • Les lecteurs fidèles de Jehanne Jean-Charles ne savent pas tous que cet auteur de nouvelles noires a une passion : celle de la nature et des animaux. Elle partage son amour des chats avec sa petite-nièce, à qui elle s'adresse tout au long de ce livre drôle, émouvant, poétique, où les coups de griffe alternent avec les caresses, et qui reflète bien l'esprit à la fois tendre et caustique de Jehanne Jean-Charles.

  • - Qui c'est qui va payer les pois cassés ? demandait un brave homme après un accident d'auto. Chaque année, vos assurances vous coûtent cher et vous n'êtes pas toujours remboursé comme vous le souhaitez. Alors que faire ? D'abord rire de toutes les perles drôles, recueillies par Jean-Charles dans le courrier des assurés... et des assureurs. Ensuite, découvrir au fil des pages des anecdotes curieuses sur un métier mal connu, mais aussi des trucs pour mieux vous défendre. Et ils doivent être bons, car ce sont d'anciens assureurs qui les ont donnés à Jean-Charles.

  • Dans la lignée de Les Vertus de l'échec et La Confiance en soi, un nouvel essai de philosophie pratique, où Charles Pépin montre que toute vraie rencontre est en même temps une découverte de soi et une redécouverte du monde. Une philosophie salutaire en ces temps de repli sur soi.
    Pourquoi certaines rencontres nous donnent-elles l'impression de renaître? Comment se rendre disponibles à celles qui vont intensifier nos vies, nous révéler à nous-mêmes?
    La rencontre amoureuse, amicale, professionnelle n'est pas un " plus " dans nos vies. Au coeur de notre existence, dont l'étymologie latine
    ex-sistere signifie " sortir de soi ", il y a ce mouvement vers l'extérieur, ce besoin d'aller vers les autres. Cette aventure de la rencontre n'est pas sans risque, mais elle a le goût de la " vraie vie ".
    De Platon à Christian Bobin en passant par
    Belle du Seigneur d'Albert Cohen ou
    Sur la route de Madison de Clint Eastwood, Charles Pépin convoque philosophes, romanciers et cinéastes pour nous révéler la puissance, la grâce de la rencontre. En analysant quelques amours ou amitiés fertiles Picasso et Éluard, David Bowie et Lou Reed, Voltaire et Émilie du Châtelet... il montre que toute vraie rencontre est en même temps une découverte de soi et une redécouverte du monde.
    Une philosophie salutaire en ces temps de repli sur soi.

  • Le livre qui éclaire les mystères de la confiance en soi.Cultivez les bons liens
    Entraînez-vous
    Écoutez-vous
    Émerveillez-vous
    Décidez
    Mettez la main à la pâte
    Passez à l'acte
    Admirez
    Restez fidèle à votre désir
    Faites confiance au mystère
    En puisant dans les textes des philosophes et des sages, dans les travaux des psychanalystes et des psychologues, mais aussi dans l'expérience de grands sportifs, d'artistes ou d'anonymes, ce livre éclaire le mystère de la confiance en soi. Et nous montre le chemin pour avoir davantage confiance en nous.

  • L'épopée de Gilgamesh est l'une des oeuvres littéraires les plus anciennes de l'humanité : la première version connue daterait du XVIIIe siècle av. J.-C. en Babylonie, écrite en caractères cunéiformes sur 12 tablettes d'argile. Les dieux créèrent Gilgamesh deux tiers divin, un tiers humain. Son épopée, racontée en 3000 vers, est digne d'Homère. Charles Berberian en raconte la génèse dans une version très personnelle et drôle !

    Gilgamesh se sent seul. Il demande à Shamhat, sa compagne, de lui trouver un ami capable de le défier, en qui il pourrait avoir confiance... Shamhat lui présente Enkidu et Gilgamesh est immédiatement séduit par son allure fière. Ils ne se quittent plus. Shamhat se sent délaissée. Elle est attirée par Enkidu qu'elle essaie de convaincre de tuer Gilgamesh pour prendre sa place mais Enkidu refuse, il est heureux ainsi...
    Un jour, un roi d'une contrée voisine vient rendre visite à Gilgamesh pour lui proposer une alliance. Il est accompagné de musiciens qui chantent son épopée héroïque jalonnée de victoires. Gilgamesh demande à ses musiciens de chanter pour lui mais ceux-ci ne trouvent pas grand-chose à raconter. L'alliance ne se fait pas. Gilgamesh décide alors d'accomplir une action vraiment héroïque, d'autant que le peuple commence à jaser. Il décide de chasser la bête qui sévit au bord de la Méditerranée et part avec Enkidu tuer le monstre.

  • La jeune fille au chaperon rouge doit livrer un panier à sa grand-mère qui vit de l'autre côté de la forêt. Tout semble aller jusqu'à ce qu'un grand loup croise son chemin ... Sera-t-elle assez intelligente pour déjouer ce loup ?

    Conte classique de littérature pour enfants, ce récit a été une source d'inspiration pour le cinéma d'innombrables fois, notamment pour les films « Le Chaperon rouge » (2011), avec Amanda Seyfried, et « Into the Woods : Promenons-nous dans les bois » (2014) avec Meryl Streep et Johnny Depp, ainsi que le film d'animation « La Véritable Histoire du Petit Chaperon rouge » (2005).



    Charles Perrault (1628 - 1703) était un poète et écrivain français du XVIIe siècle considéré aujourd'hui comme le "père de la littérature enfantine" en raison de ses innombrables contes de fées. En publiant les histoires qu'il a entendues de sa mère et dans les salons parisiens, il a brisé les limites littéraires de l'époque et atteint des publics de tous les coins de la planète. Qui ne connaît pas ses contes les plus célèbres, comme "Le petit chaperon rouge", "Le Maître Chat" et "Le Petit Poucet" ? Ces histoires font partie de la fondation culturelle occidentale et continuent d'être une source d'inspiration pour de nombreuses adaptations cinématographiques, telles que les films "La Belle au bois dormant" (1959) et "Cendrillon" (1950) des studios d'animation Walt Disney.

  • Les vertus de l'échec

    Charles Pépin

    • Allary
    • 22 Septembre 2016

    Un petit traité de sagesse qui nous met sur la voie d'une authentique réussite.
    Et si nous changions de regard sur l'échec ?
    En France, échouer est mal perçu. Nous y voyons une faiblesse, une faute, et non un gage d'audace et d'expérience.
    Pourtant, les succès viennent rarement sans accroc. Charles de Gaulle, Rafael Nadal, Steve Jobs, Thomas Edison, J.K. Rowling ou Barbara ont tous essuyé des revers cuisants avant de s'accomplir.
    Relisant leurs parcours et de nombreux autres à la lumière de Marc-Aurèle, Saint Paul, Nietzsche, Freud, Bachelard ou Sartre, cet essai nous apprend à réussir nos échecs. Il nous montre comment chaque épreuve, parce qu'elle nous confronte au réel ou à notre désir profond, peut nous rendre plus lucide, plus combatif, plus vivant.
    Un petit traité de sagesse qui nous met sur la voie d'une authentique réussite.

  • Dans cet ouvrage, l'auteur a voulu célébrer ses deux mères : l'esseulée et la vaillante, l'étouffée et la valeureuse, la jetée-dans-la-fosse et la toute-donnée.
    La première, celle qui lui a donné le jour, une paysanne, à la suite d'un amour malheureux, d'un mariage qui l'a déçue, puis quatre maternités rapprochées, a sombré dans une profonde dépression. Hospitalisée un mois après la naissance de son dernier enfant, elle est morte huit ans plus tard dans d'atroces conditions.
    La seconde, mère d'une famille nombreuse, elle aussi paysanne, a recueilli cet enfant et l'a élevé comme s'il avait été son fils.
    Après avoir évoqué ces deux émouvantes figures, l'auteur relate succinctement son parcours. Ce faisant, il nous raconte la naissance à soi-même d'un homme qui est parvenu à triompher de la "détresse impensable" dont il était prisonnier. Voilà pourquoi "Lambeaux" est avant tout un livre d'espoir.

  • Edition enrichie (Introduction, notes, commentaires, chronologie et bibliographie)Avec Les Fleurs du Mal commence la poésie moderne : le lyrisme subjectif s'efface devant cette « impersonnalité volontaire » que Baudelaire a lui-même postulée ; la nature et ses retours cycliques cèdent la place au décor urbain et à ses changements marqués par l'Histoire, et il arrive que le poète accède au beau par l'expérience de la laideur. Quant au mal affiché dès le titre du recueil, s'il nous apporte la preuve que l'art ici se dénoue de la morale, il n'en préserve pas moins la profonde spiritualité des poèmes.
    D'où la stupeur que Baudelaire put ressentir quand le Tribunal de la Seine condamna la première édition de 1857 pour « outrage à la morale publique et aux bonnes moeurs » et l'obligea à retrancher six pièces du volume - donc à remettre en cause la structure du recueil qu'il avait si précisément concertée. En 1861, la seconde édition fut augmentée de trente-cinq pièces, puis Baudelaire continua d'écrire pour son livre d'autres poèmes encore. Mais après la censure, c'est la mort qui vint l'empêcher de donner aux Fleurs du Mal la forme définitive qu'il souhaitait - et que nous ne connaîtrons jamais.

  • Le tome 2 de la plongée savante et subversive dans les classiques de la mythologie gréco-latine, la rencontre hilarante entre les mythes fondateurs et notre société contemporaine est toujours aussi passionnante ! Avec le mouvement des « toisons jaunes » les Argonautes bloquent les ronds-points à la sortie de Corinthe; le cheval de Troie est remplacé par un Uber, et les déesses excédées par le harcèlement sexuel des Dieux de l'Olympe lancent le hashtag «#MythToo »... Dieux, déesses, héros et monstres : retrouvez tous les mythes au chevet de notre époque troublée, pour une indispensable leçon de sagesse éternelle.

  • "50 Nuances de Grecs" remet en scène les plus grands mythes de l'Antiquité grecque dans les situations les plus actuelles... Hercule à Acropôle-Emploi, Zeus chez son avocate pour négocier les pensions alimentaires, Icare lançant une compagnie aérienne low-cost ou le dieu Pan mis en examen pour ses liens avec un proxénète surnommé "Dionysos-la-Saumure"... : Retrouvez l'Olympe au grand complet, à travers notre héritage commun.
    Avec leur oeil malicieux et leur art du détournement, Jul et Pépin revisitent ce patrimoine mythologique, dans une encyclopédie drôle et savante, où défilent tous les travers de notre société !

  • À l'occasion d'une sortie scolaire, Elie découvre un parc aquatique abandonné, fermé au public. Elle apprend qu'on y donnait jusqu'à leur interdiction des spectacles avec des orques. L'idée lui paraît farfelue, aussi farfelue que la personnalité de son grand-père qui - autre découverte - avait connu ces bêtes-là et savait leur parler. Alors Elie est décidée : elle va aider son Grandpa à retrouver ses amies perdues. Toute la petite famille embarque à bord d'un vieux combi Volkswagen pour une aventure inattendue, à travers les montagnes, direction l'océan Pacifique ! Un road trip dans l'Ouest canadien, fait de rencontres improbables, avec un vieil Indien au pouvoir divinatoire, un grizzli ou une communauté de hobos hors-la-loi... Un ton plein de fantaisie et de tendresse, des personnages hauts en couleurs, comme un air de Little Miss Sunshine.

  • Dans ces trois textes contemporains des Fleurs du Mal - De l'essence du rire, Quelques caricaturistes français et Quelques caricaturistes étrangers -, Charles Baudelaire évoque, questionnant le rire et son innocence présumée, de nombreux noms de caricaturistes : Daumier, Gavarni, Hogarth... Alors critique d'art, il y excède cependant la forme de l'article, transformant ces réflexions sur le rire et la caricature en un petit triptyque secret pour sa poétique de la modernité.

    "Loin de se résumer à une façon accidentelle de croquer le réel et d'en faire rejaillir, par un effet de déformation concertée, les irrégularités et les hideurs, la caricature est pour l'artiste un instrument de recherche et un lieu d'invention. Elle est un miroir qui pense."
    /> Henri Scepi

  • Un petit garçon ne supporte plus le virage écolo de ses parents, et en particulier leur dernière lubie : bannir la viande et le poisson de leur frigo. C'est donc décidé, il fiche le camp de cette maison de dingos. Attiré par une odeur délicieuse, il fait le tour de son nouveau quartier et est recueilli par Gregor et Anita, deux personnages singuliers : ces bons vivants semblent ne penser qu'à manger. Ici au moins, il aura l'assurance de se régaler. Mais pourquoi le dévorent-ils comme ça du regard ?

empty