• Depuis Première apparition avec épaisseur (1986), Esther Tellermann a publié l'essentiel de son oeuvre poétique chez Flammarion. Elle est également l'auteur d'essais et de récits. Le Prix Max Jacob lui a été attribué pour Sous votre nom (Poésie/Flammarion, 2015).

  • Que pourraient apprendre les psychanalystes d'une rencontre avec François Rouan, de la confrontation à son oeuvre et à son dire?? Car c'est bien d'une rencontre qu'il s'agit ici, tout d'abord à l'Association lacanienne internationale, dans cette même rue de Lille où le peintre allait rendre visite à Jacques Lacan, puis dans l'atelier de Laversine lors d'un déjeuner. Mais aussi de la rencontre entre deux approches d'un même réel : pour les psychanalystes, celui dans la cure d'un sujet dont le désir sera à entendre dans le nouage d'une parole à sa vérité, pour le peintre, celui d'un «?tableau qui tienne?» dans sa fabrication par la découpe en bandes de deux tableaux entrelacés et formant un troisième. Un troisième qui fasse tresse, dissémine la figure représentée, déplace la visibilité ordinaire en voilant et dévoilant une absence, celle-là même de l'objet - ici le regard - qui relance le désir. C'est en effet dans l'épaisseur du plan, le mélange optique des couleurs, les superpositions, les entrelacs d'images fixes et en mouvement, mêlant histoire individuelle et collective, mémoire picturale et mémoire subjective en ce qu'il est convenu d'appeler «?peinture?», «?photographie?» ou «?film?», que François Rouan cherche cet objet qu'il rate mais dont il ne cesse de recomposer et d'interroger l'énigme pour en tisser les épiphanies.
    Avec un texte et des reproductions de tressages photographiques de François Rouan.
    Avec la participation de : Charles Melman, Marc Darmon, Esther Tellermann.

  • M'avait-il donné l'empreintede sa tempeun mot que dépose une pluie ?Un instant unesyllabeune ville autrementdes sillons dansles soirs puis tout à coupse retire votre nuitqui m'éveille.

empty