• Brasser la ville du matin au soir dans les bruits et les fureurs. Entre rêve américain et espoirs déçus, les voix se superposent et enflent la mémoire du pays perdu et du pays à venir. Une famille trébuche dans les corridors de la survie. Ne reste que ces rumeurs colportées de fenêtres en quartiers. Les rumeurs sont ce qui demeure quand les horizons sont absents. Le roman prend des allures de polar lorsque Babette, l'aînée de la famille, disparaît avec Monsieur Erickson, le riche commerçant à qui elle offre la fraîcheur de ses seize ans. Les Brasseurs de la ville est un inventaire à l'haïtienne des questions sociales, idéologiques et économiques.

  • Sous les luxuriants tropiques, Raoul Maubusson, fils de colons français, raconte son histoire : « Je suis né tout en rondeur le 13 décembre 1927 à Fort-de-France... »
    Déchirements de l'enfance et histoire d'amour fou, Raoul Maubusson vit avec Sylvie Roy-Ledoux une vie de désirs et de tourments. Tout les sépare, tant la peau
    que l'origine. Entre ces deux mondes, qui se rencontrent par hasard, monte un chant d'espérances avortées, une cantilène vorace, une incantation hallucinée dans la nuit des humains. Les chants incomplets est une fable puissante,
    soutenue par une écriture fluide et riche, qui n'est pas sans rappeler les grands maîtres de la littérature caribéenne.

empty