Langue française

  • Qui est Stella ? Une jeune fille d'une beauté sans pareille, dotée de pouvoirs exceptionnels. Elle vient d'une lointaine planète, à la recherche de l'amour terrestre, cet amour dont elle ignore tout. Sa découverte l'amène à réfléchir sur la vie, sur la mort, et elle a la révélation du secret, sans lequel personne ne peut être heureux. Animées d'une poésie envoûtante, ces pages ne manquent ni d'aventures ni de passion. Rome, la ville éternelle, leur sert de décor, et l'île de Jersey, par sa sauvage beauté, accuse les sentiments contradictoires de l'héroïne. Stella repartira-t-elle dans son paradis galactique ? Peut-être... Mais elle aura laissé, dans nos coeurs, un grand besoin de merveilleux...

  • Aux Bahamas, un mystérieux fugitif organise un massacre en règle dans une crique déserte. Les victimes : des tueurs expédiés par divers services secrets. Puis, il disparaît sans laisser de traces. Chargé de le retrouver à tout prix, OSS 117 voit, dès son arrivée, son bateau lui exploser sous les pieds, et se retrouve en train de nager dans des eaux infestées de requins. Quand il se fait braquer par un faux Canadien et un Hollandais déguisé en Allemand, il comprend qu'il n'est pas au bout de ses peines.

  • On commence à fusiller sur la place publique d'une République populaire en proie au virus de la révolution. Innovation préoccupante. Hubert Bonisseur de la Bath, alias OSS 117, est envoyé sur place pour voir de quoi il retourne. L'anarchie sévit entre Russes, par Cubains interposés, Chinois qui rêvent de les supplanter, et Français qui veulent protéger leurs intérêts stratégiques. Sans oublier une énigmatique égérie du Conseil de la Révolution, au tempérament ardent ! Une belle pagaille...

  • Un agent impliqué dans une histoire de trafic d'héroïne, ce n'est jamais bon pour la réputation d'une maison. Surtout quand il s'agit de la C.I.A. ! OSS 117 est chargé, à Singapour, de superviser Enrique Sagarra qui doit supprimer le membre gangrené. Sale affaire ! Non seulement l'agent en question a déjà été assassiné, mais une bande de liquidateurs japonais et un gang de tueuses chinoises, entreprennent de se livrer une guerre sans merci. Au milieu des balles, OSS 117 compte les coups. Heureusement, côté filles, il y a quelques compensations...

  • Le yéti, surnommé aussi l'abominable homme des neiges, passe pour vivre, dans les montagnes du Népal. À Katmandou, OSS 117 se demande si le maître espion qu'il tente d'identifier n'est pas, à sa manière, une sorte de yéti. Personne ne l'a jamais vu, nul ne connaît son nom, personne ne pourrait dire s'il existe réellement. Pourtant, une jeune Népalaise, entreprenante et délurée, se prétend justement sa soeur... Rude chasse pour OSS 117.

  • Pour OSS. 117, c'était une affaire très simple au départ. Réceptionner un dissident qui achète son droit d'asile aux U.S.A. contre des documents explosifs. Ce ne devrait être qu'un jeu d'enfant pour OSS. 117. Mais sa mission se terminera dans un immense feu d'artifice, dans lequel quelques dizaines de vies humaines se transformeront en chaleur et lumière.

  • Pour Enrique Sagarra, tueur breveté, ce ne serait qu'un jeu : éliminer discrètement un journaliste devenu dangereux par ses révélations. L'ennui, c'est que deux bandes adverses veulent, apparemment, en faire autant et dans le même temps. Quatre morts au lieu d'un seul. Ce n'est plus du jeu, et celui-ci n'est pas discret. Hubert Bonisseur de la Bath, OSS 117, est aussitôt chargé de prendre l'affaire en main avant que la situation ne devienne inextricable.

  • Quel est l'enjeu de la lutte à mort à laquelle se livrent écologistes, agents communistes, truands et terroristes ? OSS 117 débarque pour bousculer un sacré panier de crabes. Quand l'affaire devient vraiment trop chaude, et qu'elle se termine en apothéose par une sanglante liquidation en série au bord de la Méditerranée, Hubert Bonisseur de la Bath ne se contente pas de compter les coups.

  • Lorsque la nouvelle tomba, le monde entier fut consterné. En cette calme nuit de Noël, un avion de ligne venait d'être piraté. Était-ce un hasard si OSS 117, alias Hubert Bonisseur de la Bath, se trouvait parmi les passagers ? Le sort même de l'avion de Noël est entre ses mains. Tout comme l'est celui de cette merveilleuse et célèbre actrice, nommée Providence, et à qui ce nom va si bien.

  • Quand on découvre que la Thaïlande, et son trop célèbre Triangle d'Or, servent de base à une filière organisée par des Américains, tous anciens de la C.I.A., Washington prend le mors aux dents. Hubert Bonisseur de la Bath, alias OSS 117, est aussitôt envoyé sur place pour y mettre bon ordre. Un sacré choc l'attend à Bangkok...

  • Hubert Bonisseur de la Bath a accepté le pari impossible de faire sortir un homme d'U.R.S.S. La mission étant secrète, personne ne devrait s'intéresser à lui. Pourtant, quelqu'un s'acharne à vouloir faire échouer cette entreprise désespérée. Les combats dans l'ombre n'ont jamais fait peur à OSS 117...

  • Quand OSS 117 se joint au rallye Porsche pour entreprendre un périple dans le Sud marocain, il ne se doute pas de ce qui l'attend. Pas tellement à cause des routes défoncées, avalées à 180 à l'heure, de l'odeur de certains quartiers des médinas, des tempêtes de sable ou des étroites pistes de montagne dévalées à tombeau ouvert. Tout cela ne serait qu'amusement, sans les cadavres qui jalonnent chaque étape des 20 bolides. Plus que du sport, un massacre !

  • La C.I.A. licencie certains agents... titraient encore les journaux que, déjà, certains de ceux-ci, employés aux actions clandestines, se retrouvent suicidés ou proprement assassinés. Hubert Bonisseur de la Bath ne peut se désintéresser de ceux qui étaient encore, il y a peu, des collègues, et du sort de leurs veuves, surtout lorsqu'elles sont belles et émouvantes.

  • Depuis la plus haute antiquité, les montagnes grecques sont réputées pour servir de refuge aux maquisards aux colorations variées, allant de la droite à la gauche. Et les criques ne manquent pas dans le pays pour débarquer clandestinement des armes. Quand des bombes se mettent à exploser à Athènes, où tout le monde tire sur tout le monde et personne n'est celui qu'on croit, la C.I.A. y dépêche OSS 117. Méchante histoire, dans laquelle même les jolies filles manient le pistolet comme des professionnelles.

  • Infirmiers, médecins ou aides-soignants, tous ont pour mission, et souvent pour vocation, de soigner leurs malades. Ils veillent sur leurs patients, tels des anges gardiens... jusqu'au jour où, certains d'entre eux, deviennent des anges de la mort. À première vue, elle paraît irréprochable, cette infirmière modèle qui n'est autre qu'une tueuse en série ; au-dessus de tout soupçon, ce généraliste qui fait figure de notable de province, et n'hésite pas à se débarrasser de sa femme ; d'un professionnalisme sans faille, ce médecin expérimenté qui élimine un témoin gênant ; d'une gentillesse légendaire, cet assistant qui supprime, un à un, les pensionnaires d'une maison de retraite. Il est facile de tuer, sous couvert de la blouse blanche, si facile que, parfois, les collègues ne s'aperçoivent de rien. La vingtaine d'histoires présentée ici par le comédien Yves Rénier, nous entraîne aux antipodes du serment d'Hippocrate, parmi des assassins d'autant plus redoutables qu'ils mettent leur savoir-faire au service du crime.

  • De l'aventure étonnante de l'évadé de prison, devenu esclave sexuel de trois jeunes femmes, charmantes mais très exigeantes, à l'histoire, plus tragique, de l'agriculteur fou d'amour - mais dédaigné - possédant l'objet de sa flamme par l'intermédiaire de son meilleur ami, les inspecteurs de la Brigade des moeurs ont encore bien des turpitudes à raconter. Dans le passé récent, ils avaient déjà confié à Pierre Lucas leurs dossiers brûlants, croustillants, excitants, très spéciaux, émoustillants, torrides et scandaleux. Voilà, tout simplement, leurs dossiers chauds. Des Ardennes à la Côte d'Azur, en passant par le Périgord et le Berry, c'est à un voyage dans la France profonde que ceux-ci nous entraînent. Des profondeurs que l'on ne soupçonnait guère...

  • Jusqu'à ce jour, seuls quelques amateurs éclairés avaient accès aux textes érotiques de qualité. Ces Érotiques vont enfin permettre, à tous ceux qui goûtent ce délassement, d'accéder à ces textes protégés longtemps par le secret. J'ai sélectionné les meilleurs, parmi des centaines de livres, souvent clandestins. Ils vont de l'érotisme hard, à la pornographie la plus flamboyante. Ils ne sont, évidement pas, à mettre entre toutes les mains, mais ceux qui les liront ne le regrettont pas.

  • Un million de milliards de dollars... Dans un rapport public, remis au président des États-Unis d'Amérique, la Commission sur le crime organisé révèle que cette énorme masse de dollars - le chiffre 1 suivi de 15 zéros - représente le gain cumulé de tous les trafics de drogue, chaque année dans le monde. Après Le Chinois, j'ai eu besoin de retrouver mes racines asiatiques. J'ai rencontré, à Singapour, Charles W. Scott. Aventurier du reportage, il parcourait l'Asie. De Chine, il avait ramené des images et des informations qui répondaient à mes propres interrogations. Nous allions faire équipe. Un mois plus tard, nous entrions dans la jungle birmane, au coeur du Triangle d'Or. Ce que nous avons découvert à Hawng Tuk, la ville aux trois frontières, nous a incités à aller jusqu'au bout. Des champs de pavot à perte de vue y produisent l'essentiel de l'opium et de l'héroïne vendus à l'Occident. La plus élémentaire justice, les lois internationales ou même la puissance diplomatique, économique et militaire des grandes nations, n'atteignent pas l'Empire du Dragon, effrayante machine qui inonde le monde de poudre blanche, et que rien ne semble pouvoir gripper. Sauf un grain de sable. C'est ce qui se produisit lorsque Chang, une jeune femme qui avait fui son pays comme tant d'autres boat-people, s'associa à Jeremie Price, un ancien cadre de la CIA en Extrême-Orient. Deux êtres insignifiants, face à la fabuleuse puissance du Dragon, deux grains de sable qui, pourtant... Chang et Price existent réellement, mais leur histoire a été romancée, pour des raisons de sécurité. Le reste, tout le reste, de la diplomatie louvoyante à la violence aveugle, des chiffres officiels des commissions d'enquête, jusqu'aux rapports secrets de la CIA, tout n'est que le reflet de la plus terrible réalité.

  • Jean-François Rivière, détective privé, est un jour contacté par un ami d'enfance, Marc Salvain : ce dernier, directeur d'un important réseau bancaire, a découvert que son fils Xavier se droguait et demande à Rivière d'intervenir au plus vite. Malheureusement, les bêtises du rejeton ne se limitent pas à la consommation de cocaïne. Le jeune Xavier, petit génie de l'informatique, opère d'ingénieux transferts de fonds, sans se douter un seul instant que les sommes qu'il manipule allègrement depuis son ordinateur sont, elles-mêmes, détournées, pour le plus grand profit d'un magnat zurichois aux activités douteuses. Des ruelles de la capitale, aux salons cossus des officines suisses, le privé Jean-François Rivière va devoir démêler plus d'une intrigue, et compter sur plus d'un allié pour éviter les innombrables pièges que lui tendront des hommes de l'ombre, pour qui l'argent n'a pas d'odeur et la vie humaine une valeur toute relative.

  • Cette supplique, cette photo d'une frimousse de gosse souriant à la vie, jamais la même, imprimée à des millions d'exemplaires sur des prospectus jetés dans les boîtes aux lettres, témoignent de la recrudescence des kidnappings d'enfants aux U.S.A. Les polices fédérale et locale, les détectives font ce qu'ils peuvent pour récupérer d'innocentes victimes, dont on sait que beaucoup sont livrées à des dépravés sexuels, amateurs de chair fraîche et jeune. Très jeune. En France, on ignore l'étendue de cet odieux trafic. Mais à Los Angeles, quand Élisabeth Tucson fit appel à mes services pour tenter de retrouver Patricia, sa fillette de dix ans disparue dans des conditions mystérieuses, je n'hésitai pas une seconde. On a beau avoir remisé sa panoplie de flic au placard, l'instinct de la chasse demeure...

  • Éric est désolé : sa chère Ludmillia, partie quelques jours en Écosse, s'y est mariée ! Pourtant, ils s'étaient promis l'un à l'autre depuis l'enfance... Hanté par des rêves prémonitoires, il se persuade peu à peu, non seulement qu'elle n'est pas heureuse, mais qu'elle l'appelle au secours. Pour la retrouver, il ira jusqu'au bord du Loch Ness... et de surprise en surprise. Qui pourra résoudre l'énigme de la vieille maison dans la forêt, auprès de laquelle personne n'ose s'aventurer ? Ici comme ailleurs, nulle trace de Ludmillia. A-t-elle été tuée ? Par qui ? Éric ne voit qu'un homme capable de l'aider, le romancier Herbert Smith, qui est aussi le plus fin limier d'Angleterre. Mais, curieusement, c'est à Paris, à l'heure où les brouillards noient les quais de la Seine, que celui-ci découvrira les premiers éléments de son enquête. Un portrait ancien, un jeune homme un peu trop sentimental, un autre plutôt cynique, deux cadavres encombrants... les pions sont placés sur l'échiquier du mystère. Avec Minuit, quai d'Orsay, l'auteur a écrit un récit haletant, à la fois romantique et passionnant, émouvant aussi. Et ce n'est pas un hasard si le légendaire Loch Ness, Bruges et ses canaux mélancoliques, le joli village d'Heiligenblut en Autriche, avec pour toile de fond le majestueux Grossglockner, servent de cadre à l'action, en s'opposant par leur beauté aux pensées tortueuses du personnage principal. Face à lui, Herbert Smith, le célèbre héros de Ginette Briant, qu'elle a mis en scène dans dix de ses romans, triomphe de nouveau, pour la plus grande joie des amateurs de suspense, et quel suspense ! L'un des meilleurs qui aient jamais été soumis à votre perspicacité.

  • Qui vais-je tuer ? se demande Jacques Mareuil. Auteur de près de cent romans policiers, il a décidé de passer de l'autre côté de la barrière. Quelle sera la victime ? Le président de la République, le percepteur ou un des sept amants d'Éléonore, la femme aimée, qui vient de mourir dans un accident ? L'assassinat sera commis à la Buissonnière, une maison au milieu des bois, où sont réunis les amis d'Éléonore. Une affaire difficile pour le capitaine Gonivet et ses gendarmes. Et ce n'est pas la moindre originalité du livre de Jean-Charles, que de mettre en scène des enquêteurs en uniforme, ces grands oubliés de la littérature policière.

  • "Tu m'as tué", sourit-il avant de se renverser dans les oreillers, sombrant aussitôt dans un sommeil profond. Il ne vit pas le regard glacé que Fanny dirigea sur lui. Il ne l'entendit pas se lever, se rhabiller en toute hâte. Plus tard, seulement, il comprendrait, quand il verrait le mot qu'elle lui avait laissé, écrit au feutre rouge sur la glace de la salle de bains...

  • Un cargo, chargé de blé pour le tiers monde, est stoppé en plein océan Indien. Sa cargaison est aux trois quarts détruite. D'autres cargos, dans d'autres océans, subissent le même sort. Les autorités internationales enquêtent, mais se taisent. L'inquiétude naît. La presse s'en empare. La rumeur d'une famine mondiale imminente se répand. Quelle en est la cause ? Un insecte. Inconnu. Invulnérable. Proliférant par milliards. Coup sur coup, l'Inde, l'Argentine, puis la France, sont atteintes. La panique éclate. Les frontières se ferment. Des bruits d'armes se font entendre. Pendant que les savants cherchent la parade, dans l'ombre des bandits veillent. Un seul homme fait trembler le monde. Arrivera-t-on à terrasser la bête innombrable ? Science-fiction ? Non, cela peut nous arriver demain...

empty