Éditions David

  • «Sarah boit son thé calmement et remonte une mèche de cheveux d'un geste distrait.
    Tu es vraiment gentille d'avoir bravé la pluie, lui dis-je de nouveau.
    C'est normal. Il m'aurait demandé pourquoi on va pas voir papi. Il s'est habitué à ces visites. D'ailleurs, à ce propos, continue-t-elle, en baissant la voix, je crois qu'il faut qu'on se parle toi et moi.
    Ah? Je t'écoute.
    Elle fait signe d'attendre un instant et sort de son sac quelques voitures miniatures dont la Batmobile, Batman et son acolyte Robin et les confie à Dimitri qui se met aussitôt à jouer à côté de nous, à la table voisine qui est vide.
    Rodney et moi, ça ne s'améliore pas. C'est vraiment difficile. Je ne le comprends plus. Il est grincheux, irritable et casanier. Je lui ai dit que j'allais voir ma soeur à Mississauga pour quelques semaines, peut-être un mois afin que chacun de nous réfléchisse à notre relation.
    Et qu'est-ce qu'il a dit?
    Il n'était pas très content, mais il a accepté. Je pars demain avec Dimitri. Tu comprends maintenant pourquoi il ne fallait pas rater notre rencontre.»

  • Un jeune homme, Cédric Poitras, accumule les mauvais coups depuis son entrée au secondaire : cours séchés, vols à l'étalage, alcool... rien ne semble l'arrêter.
    À bout de nerfs, ses parents l'expédient chez son grand-père paternel, propriétaire d'un centre de ski en Colombie-Britannique, le mont Renard. Là, son aïeul ne lui épargne aucune tâche, en plus de l'obliger à passer ses soirées sur Internet pour obtenir son diplôme.
    Bientôt, il s'intéresse, malgré lui, à la bonne marche de la station et aux mystérieux problèmes qui s'y manifestent depuis peu. Avec l'aide de ses amis, Chuyên, Tantine Jé, Stanislas et Blanche, la jolie monitrice, il aidera son grand-père à affronter la menace qui plane sur la montagne.

    Dans la même veine que son précédent roman, «24 heures de liberté», Pierre-Luc Bélanger livre ici une autre histoire pleine de péripéties et de rebondissements.

  • Tango tatouage

    Jean Perron

    « Des chevaux blancs, bruns et noirs apparaissent ici et là, détendus. On ne saurait dire s'ils font partie d'élevages ou s'ils vivent à l'état sauvage.
    Rien ne semble délimiter ce vaste territoire chargé d'énergie tellurique.
    Aucune clôture.
    Aucune affiche.
    Je sors mon caméscope pour capter ce paysage fuyant, sur lequel je ne peux toutefois projeter tout ce qui me passe par la tête en même temps : les souvenirs de Buenos Aires, encore brûlants, et les réflexions sur mon séjour dans cette ville. À l'opposé, je ne pourrais non plus, même si je tentais de tout oublier en plongeant mon regard dans le décor en mouvement par la fenêtre, effacer de ma mémoire les images et les pensées chargées de questions qui me poursuivent au rythme du train.
    Je me sens tatoué de l'intérieur, au son d'un tango aussi doux que déchirant. »

  • 178 secondes

    Katia Canciani

    Nicola aura bientôt 18 ans. Élevé par un père aimant et protecteur, il mène une vie paisible jusqu'à ce qu'il découvre un terrible secret derrière l'apparente banalité de son existence. Profondément troublé par le mensonge tissé autour de lui depuis toujours, il quitte son nid douillet le soir de son anniversaire. Destination : à la dérive. De Montréal au Pacifique, puis de Yellowknife à l'Atlantique.

    Au gré des rencontres où il croisera différents visages de la francophonie - un aspirant pilote, une conductrice de camions, une jeune fille libertine, un hurluberlu sympathique, une globe-trotter à la généreuse hospitalité -, Nicola apprendra à se connaître, à trouver sa voie.

    Prix littéraire des enseignants AQPF-ANEL (roman 15 ans et +)
    />
    Elle-même pilote, Katia Canciani a composé ce roman entre le «road trip» et le voyage initiatique. 178 secondes, ce peut être le temps qu'il faut pour perdre le contrôle, pour se rendre compte que tout le monde a une histoire, pour reprendre son souffle...

  • Après la misère et la pauvreté, la Seconde Guerre mondiale inflige à Théodora une profonde blessure : son fiancé, le résistant Gustave Novotný, meurt. Malgré son mariage avec un médecin, Jaromir Strílka, et la présence vivifiante de ses deux filles jumelles, Mariana et Milcza, Théodora devient de plus en plus distante et mystérieuse. Même le projet familial de partir pour quelques années en Australie ne la séduit pas...
    Ce n'est qu'après la mort de leur mère, que Mariana et Milcza, remontant dans leurs souvenirs, perceront ses secrets et reconnaîtront les liens indéfectibles qui les unissent.

    Une histoire émouvante, tout en retenue, qui montre que, dans des temps difficiles comme l'après-guerre, l'amour filial peut triompher de la haine et de l'indifférence.

  • 1984 : les émeutes du pain - 2010 : la Révolution du jasmin. Deux périodes tumultueuses vécues à près de trente ans de distance par une mère et sa fille.
    Nadia quitte sa Tunisie natale pendant les émeutes qui secouent le pays en 1984. Révoltée contre ses parents, elle est surtout indignée par la culture du silence et la soumission que la jeunesse ne peut plus tolérer. Reniée par sa famille, elle émigre au Canada et y refait sa vie.
    Vingt-cinq ans plus tard, sa fille, Lila, encouragée par sa mère, séjourne à Tunis chez un couple ami, Tante Neila et Oncle Mounir. Elle fera face à une autre révolution, celle qui enflammera bientôt tout le monde arabe et à laquelle elle va finir par s'associer.
    Un roman identitaire qui livre un témoignage poignant sur les destins des femmes arabes dans une société musulmane en pleine mutation.

  • Un tueur en série continue de semer la terreur dans la région vancouvéroise : une autre femme au corps mutilé est retrouvée sans vie près de la voie ferrée où passe le West Coast Express.
    Le psychopathe, qui se fond depuis des mois dans le Downtown Eastside, a modifié son modus operandi depuis son dernier meurtre. Son terrain de chasse s'étend désormais aux parcs et aux sentiers de la forêt. Les enquêteurs, Tony, Pierre, François et Nicolas, dirigés par Greg McLeod, se lancent dans une traque sans précédent. Réussiront-ils enfin à attraper ce ou ces tueurs insaisissables ?
    En toile de fond, les lecteurs renoueront avec Raymond, le sympathique sans-abri qui inlassablement pousse son panier à travers les sombres rues de la ville, la toxicomane, Sylvia, la prostituée, Inga, tous ces personnages attachants qui nous font pénétrer au coeur de cette folie meurtrière. Sans oublier Rachel, la journaliste, qui devra affronter ses propres démons...
    Après Terreur dans le Downtown Eastside, Jacqueline Landry nous fait revivre ici toute la détresse qui imprègne un des quartiers les plus pauvres et les plus criminalisés en Amérique, avec ses toxicomanes et ses prostituées, ses revendeurs de drogue et ses bons Samaritains.

  • Nanuktalva

    Gilles Dubois

    Après une vie d'aventures, Nanuktalva, un vieil Inuit, se retire à Timmins, dans le nord de l'Ontario. Il s'y lie d'amitié avec une petite fille de cinq ans, à qui il apprend tout ce qu'il sait sur la vie nordique, ses défis, ses mystères et ses loups. Au passage, il l'initie aux coutumes de son peuple, à sa langue et à ses légendes. Il va même l'entraîner à des formes de combat nordique.
    Mais ce bonheur ne durera pas. À l'aube de ses 17 ans, la vie de Gaïa connaît un tournant inattendu. Elle est recueillie à Vancouver par une tante qui nourrit des projets crapuleux à son endroit. Le vieux Nanuktalva ne la laissera pas faire et se battra de toutes ses forces pour protéger Gaïa, cette enfant qu'il aime comme sa propre fille.
    Ardent défenseur des animaux et passionné du Grand Nord, Gilles Dubois puise dans sa vaste expérience de la vie pour nous offrir une histoire inspirante, remplie d'actions et d'enseignements.

  • Zahra

    Soufiane Chakkouche

    « Allongée sur le dos, à même le sol, drapée d'un voile souillé par la Providence, les pieds sur deux sacs de foins qui tenaient lieu d'étriers, les cheveux en sueur et les lèvres sèches, Oumaya (La petite servante) avait juste la force de murmurer :
    - Sauve mon bébé et laisse-moi mourir, que Dieu préserve tes enfants.
    La supplication était étouffée, mais elle résonna nettement sur les parois de ce lieu damné : un poulailler sans gallinacés pour pondre un enfant, une maternité aux allures de tombeau pour donner la vie, la danse satanique d'une flamme de bougie pour éclairer son chemin, et deux ombres s'agitant sur un mur sale et indifférent pour en être le témoin. Oumaya renfermait la honte en elle, et la honte devait naître dans la nuit, le secret et le froid. »

  • Victime du patriarcat qui régissait la société tunisienne au siècle dernier, Farida va toutefois résister au rôle qu'on lui assigne en devenant un exemple de résistance dans cette culture arabo-musulmane qui nie le pouvoir des femmes. Forcée par son père de se marier à un cousin dépravé, elle va petit à petit conquérir son indépendance après avoir mis au monde un garçon, Taoufiq, puis élevé sa petite-fille, Leila, qu'elle veut forte et déterminée.
    À travers son histoire, mais aussi celles de sa cousine Fatma et de sa belle-fille Jouda, on peut suivre cette lente affirmation des femmes, qui n'a pas été très souvent dépeinte, mais qui explique pourtant comment la domination des hommes a profondément évolué au cours des quatre-vingts dernières années.
    Après Du pain et du jasmin, qui nous transportait au coeur de la Révolution arabe, Monia Mazigh rend ici hommage à une génération entière de femmes qui ont marqué l'histoire récente de la société tunisienne et qui nous forcent à revoir nos vieux clichés sur l'ignorance, l'oppression ou la soumission des femmes arabo-musulmanes.

  • « Fred Baptiste leur avait écrit quelques mois plus tôt pour "réunir en un seul bloc révolutionnaire toutes les forces vives de l'exil". "Il n'y a point de liberté sans révolution, affirmait-il. Il faut du sang pour améliorer le monde. Haïti peut et doit survivre, mais le gouvernement dictatorial duvaliériste ne peut et ne doit survivre en Haïti." Le sous-groupe armé de Jeune Haïti ouvrirait un second front dans la Grande-Anse afin de créer une brèche et de prêter main-forte à celui de Fred et de Rennel. De cette façon, ils feraient croire à une attaque multiple et forceraient le régime à déployer les ressources militaires du pays à deux endroits à la fois.
    *
    Vers la fin du mois de juillet, Jeune Haïti rassembla les treize volontaires pour la prochaine expédition. Répondant à l'appel, Henri suspendit ses activités en cours pour partir rejoindre ses amis volontaires en Floride sans rien dire à son oncle Gaston et à sa tante Marie-Rose et sans avertir l'Université. Il rangea soigneusement sa chambre et profita d'une sortie de ses hôtes pour filer à l'Anglaise. »

    Inspirée d'une histoire vraie, cette courageuse et téméraire aventure de treize jeunes Haïtiens qui tentèrent, au cours de l'été 1964, de renverser le régime dictatorial de Papa Doc est enfin tirée de l'oubli par Gabriel Osson, qui avait déjà signé un poignant récit sur la domesticité des enfants à Haïti, Hubert, le restavèk (David, 2017).

  • Franco-Ontarien par son père et Haïtien par sa mère, Dany Beauregard se considère trop noir pour les Blancs, trop clean pour les drogués, pas assez sportif pour les athlètes, pas assez talentueux pour les artistes, pas assez beau pour les filles, donc, toujours Trop Ou Pas Assez : TOPA. C'est le surnom dont il s'est affublé.
    Il se découvre tout de même deux passions : les tatouages et la voile. Pour s'offrir les uns et s'initier à l'autre, il promène des chiens, lave la vaisselle et tient compagnie à Derek, un adolescent en chaise roulante, qui, lui aussi, connaît la solitude.
    Déterminé à trouver un sens à sa vie et à s'épanouir, il attend juste la fin de son secondaire pour mettre les voiles, au sens propre comme au figuré. Direction : Miami. Emploi : équipier sur un quillard. Objectif : réaliser ses rêves et devenir celui qu'il a toujours voulu être.
    Dans cette aventure enlevante et inspirante, Pierre-Luc Bélanger fait valoir l'importance d'ignorer le regard des autres et de suivre plutôt le chemin tracé par ses passions, sans jamais y renoncer.

  • Cela fait plus de vingt ans que Jak a quitté sa ville natale dans l'espoir de trouver une vie meilleure, loin de son pays plombé par la dictature. Mais le passé le rattrape et il ne parvient pas à oublier le meurtre de Rosa, son premier amour, victime des manifestations.
    L'ombre de Rosa raconte cette semaine où Jak revient chez lui pour tuer l'homme qui a ruiné ses espoirs. Une semaine à errer sur les lieux qu'il a souvent hantés avec Rosa et ses amis étudiants, comme le Café Yasmine où resurgissent certaines figures oubliées. Une semaine à se convaincre que son choix est le bon et qu'il n'est pas un assassin, mais un justicier...
    Dans une lutte à finir, aux allures kafkaïennes, entre le bien et le mal, se joue le destin d'un homme en colère, déchiré entre son besoin de vengeance et sa lente marche entre hier et demain.

  • Zoé, une adolescente, à la fois métisse et franco-ontarienne, est mal dans sa peau. Pour affronter ses démons et vaincre la culpabilité qui la tenaille, elle s'enfuit et se réfugie chez son cousin, Christophe, à Churchill au nord du Manitoba. Dans cet environnement glacial aux paysages envoûtants et à la nature sauvage peuplée d'ours polaires, elle va à la découverte d'elle-même. Accompagnée de son ami Ludo, un jeune Belge qui séjourne lui aussi là-bas, elle s'imprégnera de la riche histoire de Churchill et de celle de Thanadelthur, cette jeune héroïne du 18e siècle qui a risqué sa vie pour négocier la paix entre Dénés et Cris.
    Micheline Marchand aborde ici, avec finesse, le sujet délicat de l'automutilation dans une histoire touchante où l'amitié, la résilience et la solidarité des habitants du Nord canadien mènent une jeune fille à l'acceptation d'elle-même.

  • Trappée sur une planète où la pression de l'air chute de façon draconienne après le coucher du soleil, une colonie humaine survit tant bien que mal derrière un rideau hermétique.
    Quand Alouette découvre dans le désert le corps de sa meilleure amie, tout le monde déplore ce qui a toute l'apparence d'un suicide. Rongée par la culpabilité, la jeune fille veut savoir ce qui a bien pu pousser la riante Paloma à partir vers les dunes. Une peine d'amour? Une dispute? Or, le journal intime qui pourrait livrer ces réponses a disparu.
    La mort de son amie aurait-elle un lien avec l'orbite du Troll, une comète malfaisante dont la traîne bombarde la planète de météorites? Ce que découvrira Alouette chamboulera à jamais la colonie...
    À la fois oppressant et enlevant, Le secret de Paloma pose la question de la responsabilité, des secrets trop lourds à partager, de l'amitié et du pardon dans une société en mode de survie.

  • Nous sommes en l'an 2086. Victor Falaquet, quatorze ans, accompagne sa mère, Alma Laberge, médecin de Toronto, en mission humanitaire à Houston, dans l'ancien État du Texas.
    Aux États-Unis, désormais un ensemble anarchique de cités-États, des seigneurs de la guerre se disputent pour étendre leurs territoires et s'emparer des ressources. Durant le séjour de Victor et d'Alma, Dallas, ville « à sec », désespérée et enhardie par la mise au point d'une mystérieuse nouvelle arme, va rompre une trêve et attaquer Houston afin de lui ravir sa précieuse eau.
    Otages de ce conflit sanglant et absurde, Alma et Victor, tout comme les populations de Dallas et de Houston, doivent lutter pour leur survie. Les « guerriers de l'eau », prêts à tout, seront entraînés dans un engrenage dévastateur.
    NOUVELLE ÉDITION
    Lauréat du prix Françoise Lepage en 2013 pour ce roman, Daniel Marchildon imagine, avec une grande perspicacité, comment, dans un avenir possible, l'accès à l'eau, la ressource la plus vitale de la planète, poussera les êtres humains à révéler le meilleur et le pire d'eux-mêmes, pour leur propre survie.

  • Six victimes en douze mois. Des prostituées sont retrouvées sans vie sur la voie ferrée où passe le West Coast Express. Un tueur en série rôde et sème la terreur à Vancouver dans le Downtown Eastside, l'un des quartiers les plus pauvres et les plus criminalisés en Amérique.
    À travers des récits entrecroisés, gravitent une galerie de personnages aussi marginaux qu'attachants : Raymond, un sans-abri qui pousse son panier inlassablement pour fuir ses démons, Jarod, le chef de gang sans pitié, traqué par la police, Sylvia, Inga et plusieurs filles qui vivent dans un climat de violence permanente... entre les clients et la drogue.
    Au coeur de cette tourmente, Rachel, son mari François, policier de la GRC, et leur fille Sophie cherchent à trouver leurs repères dans leur nouvelle province d'adoption et verront leur vie transformée de façon irréversible.

    Au rythme des allées et venues du train de banlieue dont le cri se répercute dans la nuit, ce roman, à la fois dur et émouvant, nous plonge au coeur d'une profonde détresse sociale et humaine.

  • Un soir, Sophie revient de ses cours à l´Université, quand elle est soudainement éblouie par une lumière intense. Prise de vertige, et sans trop savoir pourquoi ni comment, elle se retrouve en plein coeur de Paris... en l´an 1767 ! Ne pouvant retourner chez elle, elle est recueillie par Nicolas et Élyse, qui l´aideront à s´intégrer à la vie du 18e siècle, dans un milieu dont elle ignore tout des convenances et des règles.
    Au cours d´un bal, François, un arrogant et séduisant aristocrate, éprouve une curiosité et une fascination pour cette jeune fille au comportement et aux manières si peu convenus. Si Sophie s´amuse, au début, des efforts du beau comte pour percer son secret, de tragiques incidents lui font craindre les répercussions qu´entraînerait la révélation de sa véritable identité...
    Dans cette aventure pleine de rebondissements, revisitant avec humour l´époque des romans de cape et d´épée, Louise Royer allie ses deux passions, l´histoire et la science, pour le plus grand plaisir des lectrices et des lecteurs.

  • Survivant de l´enfer afghan, le journaliste Jonathan Dupuis rentre chez lui dévasté. Au terme d´une enquête intensive et d´un travail sur lui-même, il parvient à reconstituer les pans manquants de son histoire.

    On dit que le véritable dépassement de soi passe par les défaites. Que sans l´adversité, l´humain ne serait rien. Jonathan Dupuis l´apprend à ses dépens. De retour d´une mission journalistique à Kandahar qui a mal tourné, l´homme qui revient chez lui n´est plus que l´ombre de lui-même. Il hésite sur ce qu´il va dévoiler à la presse et à ses proches. Qu´a-t-il vraiment vécu là-bas??

    Sa mémoire vacillante, criblée de trous noirs, ramène inlassablement à son esprit un souvenir salvateur : les yeux de la douce Rachida sous sa burka. En proie à un trouble profond, attisé par les manigances d´un père dominateur, il va tenter par tous les moyens de reconstituer les pans manquants de son histoire.

    Un roman bouleversant sur le drame d´un journaliste, miraculeusement sorti de l´enfer afghan, qui réussit, grâce à sa force intérieure, à devenir enfin transparent et à se raccrocher à la vie.

  • Souffle épique du Grand Nord... L´homme aux yeux de loup raconte une aventure énigmatique, tendre et impitoyable, vécue par des êtres simples, que les circonstances poussent à se dépasser : un Mexicain dont l´avion est abattu au-dessus du magnifique Parc de Nahanni, un Indien qui revient de la guerre d´Iraq, l´esprit saturé du bruit des bombes et des cris de ses compagnons mourant autour de lui, des chasseurs percés de mystérieuses flèches venues de nulle part punir le non-respect de la vie animale et cette jeune Indienne, révoltée par la triste condition de la femme soumise à l´homme. Autour d´eux, tantôt innocentes proies, tantôt fidèles compagnons, il y a les loups qui finissent par leur ressembler. Ce récit envoûtant, reflet d´un véritable choc des cultures, est inspiré d´une histoire vraie... devenue légende.

  • Deux frères que tout oppose endurent tant bien que mal l'existence de l'autre. La succession du père, qui a fondé une scierie prospère, vient cristalliser leur rivalité. Incapable de prendre la relève, l'aîné camoufle sa jalousie dans une fébrile activité poétique, où la puissance des mots esquisse toutefois des plans meurtriers. Au coeur du Madawaska, dans un village forestier sans histoire, deux frères naissent à quelques années d'intervalle, Bruno dans le tumulte des eaux en crue, Étienne au moment de la floraison des lilas. Dès l'enfance, tout les oppose : l'un, au comportement étrange, semble habité par des démons ; l'autre est brillant, sensible et promis au succès. Vient le moment d'assurer la succession du père, riche propriétaire de la scierie... Dès lors, la situation dégénère. La jalousie de l'aîné s'amplifie avec les conquêtes amoureuses du cadet, elle devient haine et... désir de destruction.

  • Après avoir survécu, en compagnie de son ami, Luc-John, à diverses péripéties dans le premier tome des «Orphelins», Rémi s'enrôle dans l'armée canadienne, malgré son jeune âge, dans le but de retrouver Conrad, le trappeur. Commence alors pour lui la vie de soldat, d'abord à la caserne, où il fait l'expérience de la discipline militaire, puis après une traversée périlleuse de l'Atlantique, sur les champs de bataille de Hollande et d'Allemagne. Le quotidien n'est pas facile, mais heureusement il peut toujours compter sur ses compagnons d'armes, Charlie, Longueuil, et son amoureuse Dorette pour garder espoir en des jours meilleurs.

    Dans cette suite des aventures de Rémi, riche en rebondissements, Jean-Baptiste Renaud rappelle la difficile intégration des jeunes francophones dans l'armée canadienne durant la Seconde Guerre mondiale, tout en illustrant le caractère et le courage qu'il a fallu pour traverser cette époque la tête haute.

  • «Elle regarda autour et remarqua qu'ils étaient au fond de la ruelle. Dehors, dans la rue, la lueur des réverbères peignait la neige fraîche d'un orange de cantaloup. C'était à une certaine distance et elle ne se rappelait pas être venue si loin. Elle tourna son regard vers Mark et vit seulement la faible lueur orange sur le côté gauche de son visage. Soudain, elle sentit sa bouche ouverte, mouillée autour de la sienne, tandis que Mark lui écrasait le dos contre le mur. Sa force lui coupa le souffle et elle ne pouvait pas respirer. Elle ne pouvait pas crier, et elle se débattait pour mettre ses bras entre eux quand elle le sentit fourrer sa main entre ses jambes. Son coeur battait à tout rompre et la panique la reprit. Mais c'était une panique beaucoup plus intense et épouvantable. Son instinct la fit lui donner un coup de genou dans les couilles. C'était le coup le plus fort qu'elle ait jamais donné. [...] - Fucking indienne! cria-t-il en lui cognant d'un poing puissant la joue gauche.»

  • Au milieu des années 30, Rémi, un jeune garçon se retrouve orphelin et est recueilli par un oncle très malcommode. S'enfuyant de chez lui, il rencontre sur son chemin Luc-John, un jeune Amérindien, qui s'est évadé d'un pensionnat autochtone et qui lui ouvre un monde rempli de légendes. Ensemble, ils tenteront de survivre dans les bois, avec l'aide de Conrad, un étrange trappeur, qui leur révélera ses secrets.
    S'inspirant d'une histoire vraie, Jean-Baptiste Renaud signe ici un roman historique, riche en aventures, qui plongera les adolescents dans une époque trouble, secouée par une crise mondiale, mais suscitant aussi de beaux élans d'amitié et de solidarité humaine.

empty