Philippe Rey

  • Adolescent en Haïti dans les années 70, tiraillé entre la crainte d'un père rigide et le désir d'explorer le nouveau continent de la sexualité, le jeune Carl Vausier choisit de faire confiance à sa propre nature. Dans la maison familiale d'abord, où la promiscuité interdit le moindre jardin secret, il se réfugie dans le saint des saints, la bibliothèque... Puis lors de virées dans les bas-fonds de Port-au-Prince, où les prostituées lui procurent le plaisir tant recherché, mais surtout lui racontent des femmes stupéfiantes, victimes de l'Histoire et de la cruauté des hommes. Sa véritable initiation sentimentale débute toutefois à la faveur d'une correspondance avec la mystérieuse Coeur Qui Saigne... Leur première rencontre est un fiasco : Carl ne revoit la jeune fille que des années après. Il ne cesse alors de vouloir la sauver de son tragique destin. Le roman devient celui de deux êtres voulant rattraper le passé, réécrire leur propre histoire, tandis qu'autour d'eux la violence redouble, que les militaires rôdent et agissent avec une brutalité inouïe. Gary Victor, dans ce superbe roman qu'on devine pour partie autobiographique, raconte aussi la naissance d'un écrivain : les débuts encouragés par ses parents, l'initiation chez un entreprenant poète, ses révoltes contre les injustices et les aberrations de son pays - dont la mort absurde de son père à même le sol d'un hôpital, à 333 mètres du bureau du président de la République... Cette écriture foisonnante, avec son humour et sa liberté, n'est-elle pas la seule voie qui reste à Carl pour échapper à sa " maudite éducation " ? Sa véritable initiation sentimentale débute toutefois à la faveur d'une correspondance avec la mystérieuse Coeur Qui Saigne... Leur première rencontre est un fiasco : Carl ne revoit la jeune fille que des années après. Il ne cesse alors de vouloir la sauver de son tragique destin. Le roman devient celui de deux êtres voulant rattraper le passé, réécrire leur propre histoire, tandis qu'autour d'eux la violence redouble, que les militaires rôdent et agissent avec une brutalité inouïe. Gary Victor, dans ce superbe roman qu'on devine pour partie autobiographique, raconte aussi la naissance d'un écrivain : les débuts encouragés par ses parents, l'initiation chez un entreprenant poète, ses révoltes contre les injustices et les aberrations de son pays - dont la mort absurde de son père à même le sol d'un hôpital, à 333 mètres du bureau du président de la République... Cette écriture foisonnante, avec son humour et sa liberté, n'est-elle pas la seule voie qui reste à Carl pour échapper à sa " maudite éducation " ? Né à Port-au-Prince, en exil permanent dans son tiers d'île comme il aime à le dire, Gary Victor, journaliste, dramaturge, écrivain, est l'auteur d'une oeuvre littéraire importante qui explore sans concessions les mondes intérieurs les plus singuliers. Son regard aigu sur la société et ses conflits fait de lui un auteur à la fois incontournable et inclassable. Il a publié une quinzaine d'ouvrages dont À l'angle des rues parallèles (prix du Livre insulaire, 2003), Je sais quand Dieu vient se promener dans mon jardin (prix RFO, 2004), Banal oubli (2008), et Le Sang et la Mer (prix Casa de Las Americas, 2012).

  • Port-au-Prince. Une famille négocie sa survie au jour le jour : il est maître pelle sur un chantier ; elle est repasseuse chez les messieurs célibataires du quartier, n'hésitant pas à se donner à eux car sinon " la chaudière ne monterait pas le feu ". Cinq enfants. Leur fille aînée, Babette, adolescente, est leur seul espoir : elle a son brevet, et sa beauté leur offrira un gendre riche. Sa mère la rêve en Shakira. Un certain M. Erickson se présente un jour, bien plus âgé qu'elle, généreux pour la famille qu'il installe dans une confortable maison. Mais qui est-il réellement, cet homme mystérieux aux trois maîtresses, vivant dans le luxe, entouré de gardes du corps ? Pourquoi métamorphose-t-il Babette en blonde au point que le quartier la nomme dorénavant la Barbie d'Erickson ? Sa mère constate, désolée : " Ma fille n'est plus ma fille ". En " putanisant " Babette, ses parents semblent s'être engagés sur une voie aux multiples périls, dont ils pressentent avec effroi qu'elle est sans retour. Dans Les brasseurs de la ville, épopée à travers les quartiers pauvres de Port-au-Prince, chaque personnage invente ses propres pas pour danser avec sa croix. Evains Wêche signe un talentueux premier roman qui met en lumière la lutte du peuple haïtien contre la déchéance et la mort, un peuple qui brasse la ville entre les bruits et les fureurs où s'entremêlent des histoires de courage, d'amour et de folie. " Servi par une écriture jazzée, ce roman est un trésor d'astuces. C'est passionnant. Un livre essentiel. " Luis Clavis, Radio-Canada

empty