• Quand Sam Zabriski s'installe à Saint-Airy, dans la maison dite «du Disparu», le destin de ce village rural au riche passé historique bascule.Ici, on se méfie un peu des étrangers. Ici, on décatit très bien entre-soi. Ici, on a des certitudes, dont celle que l'humanité se compose d'hommes et de femmes. Or impossible de deviner à quel genre appartient Sam, par ailleurs énigmatique quant à son passé. L'incertitude et l'inconnu dérangent, les passion s'exaltent, les tensions s'aiguisent. Après quelques escarmouches, la guerre est bientôt déclarée. Personne n'en sortira indemne.Roman noir, roman politique, étude de moeurs, Indésirable déroule cinq années de la vie d'un microcosme perturbé par l'arrivée d'un corps étranger. Et forge une langue pour exprimer le dissemblable.Erwan Larher écrit à la main, lit beaucoup et restaure un monument historique du quinzième siècle. Depuis 2010, il est l'auteur de sept romans, les trois derniers publiés chez Quidam Éditeur - en particulier le remarqué Le Liivre que je ne voulais pas écrire (2017), qui tente d'inventer une forme et une écriture pour dire le drame du Bataclan, et Marguerite n'aime pas ses fesses (2016) et Pourquoi les hommes fuient ? (2019).

    Erwan Larher écrit à la main, lit beaucoup et restaure un monument historique du quinzième siècle. Depuis 2010, il est l'auteur de sept romans, les trois derniers publiés chez Quidam Éditeur - en particulier le remarqué Le Liivre que je ne voulais pas écrire (2017), qui tente d'inventer une forme et une écriture pour dire le drame du Bataclan, et Marguerite n'aime pas ses fesses (2016) et Pourquoi les hommes fuient ? (2019).

  • Mon nom est Sunny Nwazue et je perturbe les gens. Je suis Nigériane de sang, Américaine de naissance et albinos de peau. Être albinos fait du soleil mon ennemi. C'est pour ça que je n'ai jamais pu jouer au foot, alors que je suis douée. Je ne pouvais le faire que la nuit. Bien sûr, tout ça, c'était avant cette fameuse après-midi avec Chichi et Orlu, quand tout a changé. Maintenant que je regarde en arrière, je vois bien qu'il y avait eu des signes avant-coureurs. Rien n'aurait pourtant pu me préparer à ma véritable nature de Léopard. Être un Léopard, c'est posséder d'immenses pouvoirs. Si j'avais su en les acceptant qu'il me faudrait sauver le monde, j'y aurais peut-être réfléchi à deux fois. Mais, ce que j'ignorais alors, c'est que je ne pouvais pas empêcher mon destin de s'accomplir.

  • Née d'un père français et d'une mère nicaraguayenne, Cualli a fait très tôt l'expérience de la différence, dès l'école maternelle où ses cheveux crépus lui donnaient l'impression de n'être pas tout à fait comme les autres. Plus tard, alors que ses copines rêvaient de sortir avec Ken, c'étaient les garçons androgynes et mystérieux qui l'attiraient. Et puis, quand est venu le temps des premières expériences sexuelles, la douleur ressentie - au lieu du plaisir qu'on lui avait promis - a nourri durablement son mal-être. Mais qu'est-ce qui cloche chez toi, Cualli ?
    Ce roman graphique est le récit des découvertes, des rencontres et des questionnements qui jalonnent la vie des jeunes femmes d'aujourd'hui. Apprendre à connaître son corps et ses désirs, c'est mettre des mots sur ses peurs et ses douleurs. Au fil des années et des garçons qu'elle fréquente, et dont elle dresse des portraits aussi amusants que tendres, Cualli se découvre et met des mots sur ses démons : dysmorphophobie, asexualité, endométriose, vaginisme... Autant de maladies complexes qui deviennent claires sous la plume de l'auteure, qui décrit en parallèle son cheminement féministe, inextricable de son expérience personnelle.
    Un récit illustré autobiographique intimiste, sans fard, avec beaucoup d'humour, qui fut pour l'auteure le moyen de se défaire de certains tabous et permettra probablement à d'autres jeunes femmes de s'y reconnaître et être rassurées.

  • Sans armure

    Cathy Ytak

    C'est d'abord sa voix, entendue à la radio, qui attire Yannick. Derrière cette voix, se cache Brune, à la sensibilité à fleur de peau et qui ne résiste pas à la tendresse de Yannick.
    Yannick lui raconte son enfance et ses rêves, mais Brune se dévoile peu, sauf lorsque ses émotions la plongent dans des crises qui la laisse pantelante.
    Malgré l'amour qu'elles se portent, un soir, Brune claque la porte de l'appartement après avoir jeter cette phrase à Yannick : « Tu comprends rien ! ». Ahurie, la jeune femme cherche enfin à voir son amie telle qu'elle est.

    Après des études à l'École Estienne, Cathy Ytak se dirige vers le journalisme et la traduction. Aujourd'hui, elle écrit des romans, des guides pratiques, et traduit de la littérature contemporaine catalane. Chez Talents Hauts, elle a publié le roman D'un trait de fusain (coll. Les Héroïques), en 2017, et Les vraies richesses en 2019.

  • Tu as trente ans et tes aventures se suivent et se ressemblent. L'amour, tu commences chaque fois par t'en faire un film toute seule. Puis tu le portes à bout de bras jusqu'à ce que les masques tombent, surtout celui que tu t'es collé toi-même sur les yeux. Alors, imagine : entre ta petite vie sans histoire à Paris et une rencontre incertaine à l'autre bout du monde, toi, tu ferais quoi ? Ne me dis pas : « J'irais parce que je n'aurais rien à perdre. » Et si cette fois, justement, tu avais tout à y perdre ?

  • Annabel

    Kathleen Winter

    1968, un bourg côtier du Labrador au Canada. Un enfant naît, ni garçon ni fille. Intersexué. Ils sont trois à partager ce secret : les parents et une voisine de confiance. On décide de faire opérer l'enfant ; ce sera Wayne - le choix du père. Mais dans l'eau trouble de l'adolescence, son moi caché, cette Annabel qui l'accompagne comme une ombre, réapparaît. Et avec elle, la vérité. Un magnifique roman sur la différence et l'identité, porté par une langue poétique où vibrent intimement la Nature et les êtres.

  • En apprenant qu'il entrait en cinquième au collège des Museaux, Elliot avait trouvé le nom de l'établissement plutôt marrant, il s'était même dit qu'il allait pouvoir y changer de vie, en finir avec ses ennuis. Tu parles ! Il risque de trouver le temps long ici. Il n'y a pas de réseau et pas de WiFi. Des profs complètement barges, des élèves nourris au quinoa qui trouvent normal d'apprendre l'estonien en LV1 ou de grimper aux arbres en EPS. Sans parler de cette fille au prénom bizarre, Péline, une grande rousse qui s'est mis en tête d'accueillir les nouveaux internes... Elle le poursuit ! Elliot a pourtant intérêt à s'en faire une alliée. Quelqu'un a fouillé sa chambre, et il sait bien ce qu'on y cherchait : un objet précieux qu'il a caché dans ses bagages, un souvenir de son ancienne vie...

  • Qu'est-ce que l'autisme? Un trouble du développement, un handicap mental ou une différence cognitive naturelle, souvent apparentée à certaines formes de génie? Tout cela à la fois, et bien davantage encore. En dévoilant l'histoire de l'autisme, le journaliste d'investigation Steve Silberman offre un récit inédit et captivant. On y découvre notamment que Leo Kanner et Hans Asperger, les deux premiers cliniciens à avoir défini la notion d'autisme dans les années 1940, l'ont fait de manières profondément différentes. On y trouve également les véritables raisons de la forte augmentation des cas diagnostiqués ces dernières décennies, ainsi que le concept novateur de neurodiversité, amené à changer la donne. Au fil de l'enquête, les recherches scientifiques et les parcours courageux des personnes autistes, parfois célèbres, et de leurs proches montrent que les différences neurologiques mises en évidence par l'autisme (caractérisées par des troubles comme la dyslexie ou le déficit de l'attention) ne sont ni une maladie ni la conséquence de la toxicité du monde moderne, mais la simple expression de variations naturelles qui sont autant de richesses pour le genre humain. Un livre événement qui changera votre vision sur l'autisme.

  • Son incroyable parcours, d'un village de Chine jusqu'au conseil d'administration de grandes sociétés de l'hexagone. Les quiproquos et les déboires amoureux qu'elle a vécus, du fait des différences de mentalité. Son regard tendre et critique sur les Français.
    - Tu vas voir, c'est excellent, insiste Benjamin.
    - Un escargot, ce n'est pas très propre quand même.
    - Ils ont été nettoyés, que crois-tu ? Allez, goûte !
    Je rassemble tout mon courage. Mon spécimen est bien plus gros dénudé que dans sa coquille. Je ferme les yeux et porte l'animal à ma bouche avec appréhension. Tous les convives s'arrêtent de manger.
    - Mais c'est... délicieux !
    *
    Issue d'une famille modeste d'un village du Sud de la Chine, Chunyan Li dévore très tôt les classiques français et rêve de découvrir le monde. Reçue à 18 ans à la prestigieuse université de Pékin, elle est admise six ans plus tard à HEC et s'envole pour la France, pays " romantique " par excellence aux yeux des Asiatiques.
    Dès son arrivée à Paris, " Hirondelle de printemps " vit des expériences étonnantes, souvent inattendues, tombe amoureuse... et se heurte aux quiproquos, différences culturelles et préjugés sur la Chine et les Chinois.
    Celle qui est devenue une " Parisienne chinoise " maîtrise désormais les codes occidentaux sans avoir jamais renié ses racines.

  • George

    Alex Gino

    Beaucoup de gens aiment George. Maman est très fière de son petit garçon, elle pense qu'il deviendra « un jeune homme très bien ». Scott aime beaucoup son « frérot ». Et Kelly le tient pour son « meilleur ami ». Mais George sait que les gens ne voient pas qui elle est vraiment. Car, George en a la certitude, elle est une fille. Alors, quand sa maîtresse propose de jouer une pièce de théâtre à l'école, George veut plus que tout interpréter le personnage de Charlotte. Elle sera parfaite, et les gens verrons enfin qui elle est. Comment leur faire comprendre que c'est le rôle de sa vie ?

  • Il a des difficultés à trouver sa place à l'école, dans la fratrie, ou bien à se socialiser et à intégrer un groupe de son âge ? Alors qu'il est perçu comme "trop" sérieux, "trop" intelligent, "trop" différent, comment l'aider à développer ses qualités et une saine estime de lui-même ?

    Alexandra Reynaud éclaire les parents d'enfants atypiques, et les guide dans une approche éducative résolument bienveillante. Au-delà de la question du diagnostic, cette maman d'un atypique "de compète" nous donne les clés pour qu'ils s'épanouissent à la maison, à l'école, et tout au long de leurs apprentissages. Ce livre propose :


    Des outils pour aider les atypiques à développer leur estime de soi, à se faire des amis...

    /> Des réponses aux questions de parents

    Des exercices et activités pour gérer les émotions, les conflits à l'école, les apprentissages...

    Des témoignages d'enfants atypiques et de leurs parents

    Des pages détachables pour poursuivre les activités

  • Au cours de son premier séjour en Afrique, Jessica Speight fait une découverte prophétique, qui laisse peut-être présager de son avenir : celle denfants atteints dune maladie génétique rare. De retour en Angleterre, tandis quelle finit ses études danthropologie, elle se retrouve enceinte dun homme marié, amené à quitter le pays sous peu. Elle décide néanmoins de garder lenfant. Ainsi naît Anna, un « bébé dor pur » au caractère angélique, au bonheur presque surnaturel. Rapidement cependant, il savère que ce nest pas une enfant comme les autres : la fillette est maladroite dans ses gestes et ses facultés cognitives sont limitées. Jess doit admettre que sa fille souffre dun léger retard mental. Commence alors pour elle une vie nouvelle, dans laquelle ses responsabilités de mère ne connaîtront jamais de fin.Malgré cette situation compliquée, Jess ne renonce jamais à sa carrière danthropologue ni à sa vie amoureuse riche en rencontres. Ce sont les années 1960 et Jess est pleinement en phase avec cette génération optimiste et idéaliste. Au cur du Londres multiethnique où elle réside, évoluant au sein des milieux intellectuels et fréquentant un important réseau damis, Jess est ainsi le témoin privilégié dune société en bouleversements permanents.Dune plume alerte et avec une rare lucidité, Margaret Drabble décrit et analyse ce petit groupe : Victoria, la mère haute en couleur dun garçon autiste ; Steve le poète maudit ; Bob, lépoux américain, superficiel et néanmoins généreux ; Ursula, linstitutrice ayant sombré dans le mysticisme ; Zain, le bel étranger ; Raoul, dont lamitié nest peut-être pas désintéressée ; ou encore le Professeur, une fois son mystère élucidé

  • Violante Nouv.

    Elle s'appelait Violante. Elle était arrivée après nous à l'école, et elle restait toujours un peu à l'écart. Avec sa tignasse de cheveux noirs, sa tache rouge sur la joue et son regard de flamme, elle ressemblait à une sorcière. On s'en méfiait, et on s'en moquait. Elle nous inquiétait, et elle nous fascinait. Mais quel était son secret ?

  • "La force de ces pages réside dans l'énergie fantastique déployée par Julien d'Arco pour dompter cette dyspraxie."
    Alexandra Reynaud


    La dyspraxie affecte la planification des actions et la coordination des mouvements... Depuis l'enfance, Julien s'efforce de surmonter des difficultés dues à une différence dont personne ne peut identifier la cause : une maladresse excessive qui le rend lent, complique ses gestes les plus simples et ralentit tous ses apprentissages. Dans la cour de récréation, sa démarche étrange et son incapacité à participer à des jeux d'adresse tels que la marelle ou le football, attirent sur lui moqueries et incompréhension... Dans la salle de classe, ses professeurs pensent qu'il écrit mal délibérément. À la maison, il redouble de travail pour ne pas être à la traîne au plan scolaire.

    Ce n'est qu'à 21 ans, après avoir brillamment intégré la formation dont il rêvait, qu'un diagnostic révèle l'origine de sa particularité : Julien est dyspraxique.

    Ce récit fait vivre de l'intérieur le quotidien d'un enfant DYS. Il s'adresse à tous ceux, enfants ou parents, qui affrontent un trouble cognitif et démontre que la différence peut devenir une force.

  • « Rendre visite à d'autres océans, c'est possible, nager en eux, c'est possible, profiter d'autres océans, c'est possible, mais changer l'océan qu'on porte en soi, ce n'est pas possible. »

  • Il est des routes qui n'ont pas de carrefour, celle du père, ancien berger, ignorant les découvertes scientifiques de l'humanité et celle du fils qui a dejà rejoint le savoir du monde moderne. Comme dit l'instituteur, "le monde appartient à ceux qui posent des questions".

    Azouz Begag est un écrivain, chercheur et homme politique français. Il est né à Lyon en 1957 et est titulaire d'un doctorat en sciences économiques. Depuis 1986, il est chercheur au CNRS. Il a été ministre de l'égalité des chances de 2005 à 2007 et diplomate à Lisbonne de 2013 à 2015. Il est aussi essayiste et scénariste pour le cinéma et la télévision. Le Gone du Chaâba, récit autobiographique publié Au Seuil en 1986, a été un grand succès en librairie et a été adapté en 1997 au cinéma.

  • La France, État-nation, est hantée par la peur que la reconnaissance de la diversité ne remette en cause son unité nationale. Les particularités individuelles peuvent s'exprimer librement dans la sphère privée, mais paraissent ne pas avoir leur place dans l'espace public comme l'ont révélé les affaires du burkini, de la burqa ou le refus de reconnaître à la langue corse un statut officiel. Pourtant les différences linguistiques, culturelles et religieuses ne sont pas nécessairement un facteur de fragilisation. Dans certains pays, au premier rang desquels le Canada, elles sont même promues au rang de symbole national. Leur préservation est devenue le ciment de la cohésion du pays. « Unis par la diversité », ils affichent avec fierté leurs différences comme un étendard et un témoignage de leur capacité à vivre ensemble dans un respect mutuel.

  • Le premier roman d'un jeune auteur algérien.
    Un texte poignant et intelligent qui pose des questions de société au coeur du débat actuel : la confrontation des cultures, la sexualité, la judéité et l'islam, le vivre-ensemble...

  • Elliot adore les nuages, mais il déteste les taches blanches qui sont apparues sur ses mains et grandissent un peu plus chaque jour. À l'école, ses camarades de classe, intrigués, commencent à poser des questions.
    Pourquoi changes-tu de couleur? Vas-tu devenir tout blanc comme Michael Jackson?
    Elliot a honte de ses mains qui se décolorent, mais il est aussi inquiet: «Jusqu'où cela ira-t-il? Si toute ma couleur disparaît, est-ce que je vais disparaître, moi aussi?» se demande-t-il.
    Grâce à son imagination débordante, celui que son père surnomme affectueusement «le pelleteur de nuages» trouvera enfin un sens et une beauté à cette différence

  • Ohé est un petit bateau pas tout à fait comme les autres. Au lieu de voguer sur la mer, il préfère vivre la tête en bas. Pour lui, c'est plus rigolo sous les flots ! Mais un jour, le vent le renverse et la tempête l'emporte au loin. Que va-t-il devenir ?

    Un narrateur qui sollicite la participation de l'enfant pour créer une lecture dynamique, des personnages attachants, un univers marin enchanteur... Cet album tout en douceur ravira les plus petits comme les plus grands !

  • On entre ici dans lintimité, celle de Rose, et dans une expérience, celle de linternement. Au fil des pages sentremêlent les questions de Rose, ses mots, ses visages. Rose à lhôpital avec dautres personnalités atypiques. Ou anormales, dirait-on...mais où est la norme?

  • Open space

    Isabelle Entz

    LA DÉCOUVERTE DE SOI PASSE PAR L'ACCEPTATION DE SA DIFFÉRENCE
    Jeanne, 28 ans, vient de décrocher un nouvel emploi. Pour sa première journée de travail, elle pénètre avec angoisse dans ce grand immeuble de verre qui surplombe la Seine et abrite son bureau. Parviendra-t-elle, cette fois, à se fondre dans le décor ?
    Depuis qu'elle a 7 ans, depuis que le diagnostic est tombé, elle sait qu'elle dérange. Jeanne est surefficiente. Et ce qui apparaissait au départ comme une chance s'est peu à peu transformé en malédiction. Au fil des années, elle s'est heurtée à l'incompréhension, la jalousie, la méchanceté.
    Rien ne change aujourd'hui. Au sein de l'open space du onzième étage, la violence psycholo-gique et la médiocrité qui règnent en maîtres la poussent aux portes de l'obscurité. Mais alors que tout espoir de lumière semble perdu, une rencontre va peut-être bouleverser son existence, lui permettre de libérer son talent et lui redonner le goût de vivre.
    Dans « Open space », Isabelle Entz nous raconte avec finesse et poésie le parcours de Jeanne, jeune femme surdouée à la sensibilité exacerbée, qui ne souhaite qu'une chose : trouver sa place dans ce monde si peu fait pour les gens comme elle.

  • Aujourd'hui psychologue travaillant avec passion auprès de jeunes enfants autistes et étant moi-même « atypique », je tenais à faire part de mon parcours au travers de cet ouvrage.

    De mon exclusion du système scolaire à ma carrière professionnelle, je veux témoigner de mon parcours et dénoncer les injustices tout en portant l'espoir que les mentalités évoluent et que le handicap et plus largement la différence soient pleinement intégrés dans notre société.

empty