Arts et spectacles

  • Plusieurs des locutions dont j'ai intitulé certaines séquences de ce livre pourraient valoir pour l'ensemble comme ses parties intégrantes. Et non seulement " Recueil", bien sûr, qui vient sous-titrer la dernière, parce que le livre rassemble des poèmes et des proses qui tinrent d'abord compagnie à des peintres dans de "beaux livres" ("travaux pour un rectangle ", en effet), ou à des amis écrivains (tel ce "mardi de l'Hexaméron" écrit en collaboration); mais aussi bien "Axiomatique rosace ", où l'art poétique, toujours fragmentaire et anxieux de jouer le va-tout d'une pensée éprise de la somme à chaque opération, se dispose en mosaïque réfringente; ou "Aux heures d'affluence", qui se dévoue aux épiphanies, aux encombrements, aux riches et pauvres heures où le monde afflue par échappées...
    Parfois encore je me relis, par reprises ici de strophes anciennes ou récentes, un "poléoscope" à la main : mémoire des villes d'où les cartes postées reviennent au moins à leur destinateur. Enfin, les rubriques rimées en "multitude, lassitude, servitude, latitude" segmentent la composition finale dans une humeur de tourne des millénaires. Ce qui n'est pas sans lien avec "Au sujet de Shoah" qui fait repasser le film de Claude Lanzmann, maintenant et à l'heure de notre mort, cherchant, à sa suite et grâce àlui, comment rendre ineffaçable ce qui ne fut pas impossible mais incroyable à jamais.
    M. D.

empty