Seghers


  • Me voici
    Animal marin de la poésie
    Je sens gronder en moi la colère des foules
    Je sens vibrer en moi leur rage de vivre

    Tels sont les vers par lesquels débutait, en 1945, le premier recueil d'un jeune poète haïtien de langue française : René Depestre. Soixante ans plus tard, en 2005, les Éditions Seghers publiaient une " cérémonie des adieux " du même écrivain sous le titre Non-assistance à poètes en danger. Entre-temps, une vie à couper le souffle, des voyages sur tous les continents et le fleuve indomptable de la poésie.
    Le présent ouvrage rassemble la totalité des poèmes écrits par René Depestre au cours de sa vie. Les recueils publiés par Pierre Seghers - Végétations de clartés, Traduit du grand large, Journal d'un animal marin - y côtoient des éditions rares, parues à l'étranger et aujourd'hui introuvables. De Port-au-Prince à Paris, de Prague au Chili, de la Havane au Sud de la France, où il est aujourd'hui installé, le poète donne à lire le chant fantaisiste, dionysiaque et vigoureux de ses passions caribéennes.

  • Oeuvre sur l'eau

    Erri De Luca


    J'attache de la valeur à toute forme de vie,
    à la neige, à la fraise, la mouche.
    J'attache de la valeur au règne animal
    et à la république des étoiles.
    J'attache de la valeur au vin tant que dure le repas,
    au sourire involontaire, à la fatigue
    de celui qui ne s'est pas épargné,
    à deux vieux qui s'aiment.
    J'attache de la valeur à ce qui demain
    ne vaudra plus rien et à ce qui aujourd'hui
    vaut encore peu de chose (...).

    Ainsi commence Valeur, l'un des poèmes rassemblés dans ce volume, le premier livre de poésie d'Erri De Luca, à qui les proses ont assuré une notoriété qui ne cesse de croître (Tu mio, Une fois, un jour, Trois chevaux, Montedidio).
    Ici, comme l'auteur le confie dans une note liminaire, "à cinquante ans un homme se sent obligé de se détacher de la terre ferme pour s'en aller au large. Pour celui qui écrit des histoires au sec de la prose, l'aventure des vers est une pleine mer".

empty