Humour

  • Selon la formule de Pierre Desproges, on pourrait rire de tout, mais pas avec n'importe qui...
    En compagnie de Sébastien Bailly, on rit de la mort, de la maladie et du malheur. Ce mauvais esprit a recueilli, en près de 400 citations, le meilleur de l'humour noir, de Shakespeare à Guy Bedos, histoire de rire de mourir... ou de mourir de rire !
     

  • Dans sa Modeste Proposition, il note à propos de la « viande de bébé » : « J'admets qu'il s'agit d'un comestible assez cher, et c'est pourquoi je le destine aux propriétaires terriens : ayant sucé la moelle des pères, ils semblent les plus qualifiés pour manger la chair des fils. » Avec la même ironie du désespoir, Swift propose, dans son Projet d'attribution d'insignes distinctifs aux mendiants de différentes paroisses de Dublin de « rationnaliser » ta mendicité...

  • Bons mots, jeux de mots, calembours empruntés à des auteurs prestigieux et à des personnalités diverses sont réunis « pour le meilleur et pour le rire » dans ce drôle de dictionnaire... Sébastien Bailly s'est amusé à regrouper par thème les phrases pleines d'esprit d'Alphonse Allais à Erik Satie, de Gustave Flaubert à Victor Hugo en passant par Coluche et Philippe Geluck.
    Plus de 400 citations hilarantes dans l'esprit de Marcel Duchamp : « J'aime les mots dans un sens poétique. Les calembours sont pour moi comme des rimes... Le son des mots engendre à lui seul une réaction en chaîne. »

  • La Mère coupable, c'est cet individu qui peut dans le même temps râler et faire des bisous, crier « Va dans ta chambre ! » et susurrer « Viens faire un câlin à Maman », qui hurle à mort quand l'ado fait couler l'eau trop longtemps, mais qui laisse la petite lumière allumée toute la nuit pour rassurer le petit dernier...
    La Mère coupable, c'est vous, cette maman pleine de paradoxes inexplicables, qui tente de mener sa vie comme elle l'entend pour tordre le cou à la mère parfaite. Ajoutez-y un soupçon de crise de la quarantaine, quelques kilos en trop, un mari aimant mais souvent absent, un ex-petit ami qui refait surface, et une chanson d'amour des années 1980 qui vient interrompre la bande-son du quotidien de cette mère de famille perdue dans sa routine.
    Sans jamais donner de leçon, l'auteure qui se cache derrière ce pseudo depuis la création de son blog croque avec humour et bienveillance la vie de famille #ensirotantunverredemojitopardi !

  • Il y a dans la vanne une fulgurance qui fait de la moquerie un missile qui atteint son but avant qu'il ait pu dire ouf et qui le laisse sur place, pantelant, incapable de répondre. Pas forcément un mot d'esprit : la vanne peut être préméditée, préparée, testée, retestée, améliorer, jusqu'à devenir une formule coup de point. La vanne tient de l'uppercut. Elle ne laisse aucune chance. Ni à celui à qui elle est destinée, ni au public, qui l'attend parfois, mais se laisse surprendre, ne l'a pas vu venir, n'en revient pas et rit. Toujours aux dépens de quelqu'un ou d'une catégorie de personnes. La vanne peut blesser, comme le direct du gauche, mais il faut savoir encaisser. Hors du ring, on restera bons amis. La mère juive, le bourgeois, le militaire, la blonde et l'auteur de théâtre se sont pris des vannes. La femme, le jeune, le vieux, le Belge : plein la figure. Tous. Vous aussi. Et moi. La vanne est universelle. Pas politiquement correcte. "Mon chien est insupportable, mais je le garde pour des raisons sentimentales : mon mari le déteste." Juliette Récamier "La femme est un animal à cheveux longs et à idées courtes." Arthur Schopenhauer "Les fonctionnaires sont comme les livres d'une bibliothèque : les moins utiles sont les plus hauts placés." Paul Masson

  •  
    Obsessionnelle, parano et hypocondriaque, Nora Hamzawi partage ses petites angoisses ordinaires avec humour et autodérision.
    À mi-chemin entre séances chez le psy et journal intime, elle décortique des scènes de nos vies pour mieux y trouver sa place.
    Comment fait-on pour avoir l'air à l'aise en soirée ? Qui sont ces gens qui fréquentent les stations de skis ? Y a-t-il un âge pour arrêter de regarder La Boum ? Pourquoi est-ce qu'on est obligé de se tutoyer dans les magasins bios ?
    Son regard sur le monde, sa perception des situations et son désarroi, amusé et sensible, révèlent l'absurdité et la folie du quotidien.
     
    En bref, si vous vous demandez régulièrement si vous êtes normal ou à côté de la plaque, cette introspection sans filtre devrait vous aider à relativiser !
     
    Boulimique de travail, Nora Hamzawi fait des chroniques délirantes sur France Inter et partage ses humeurs chaque semaine dans Grazia. Dans ce journal d'une trentenaire névrosée, elle reprend le meilleur de ses textes qu'elle enrichit de nombreux inédits, illustrés par Anna Wanda Gogusey. Elle se produit également sur la scène du République, où son show, « Nora Hamzawi », fait salle comble depuis deux ans.
     

  •  Des jeux de mots, Sébastien Bailly en a beaucoup à nous proposer. Des plus simples et des complexes, des classiques et des loufoques, qui toujours font leur effet. Depuis le temps qu'il s'emploie à nous faire sourire et rire avec les mots des autres et les siens, il sait les classer et nous en révéler les secrets de fabrication : il y a les faciles, que l'on fait sans vraiment s'en apercevoir, quasiment tous les jours, bien souvent des calembours. Et puis il y a les charades et devinettes. Et ensuite, les jeux littéraires, sophistiqués, mais si plaisants. Dans une section qu'il intitule « À vous de jouer », l'auteur livre au lecteur ses conseils et recettes. Après tout, comme nous faisons de la prose, nous faisons jeux des mots, autant nous perfectionner !
     Sébastien Bailly a été journaliste pendant une douzaine d'années. Il a notamment écrit dans Libération et dans Télérama. On lui doit un grand nombre de titres dans la série des « Meilleur de » aux éditions Mille et une nuits.

  • Je dois à une légère déficience auditive, conséquence d'une otite mal soignée pendant la petite enfance, mon goût immodéré pour les jeux de mots. Je me mis très vite à en exploiter les avantages : j'entendais souvent un mot à la place d'un autre, ou la consonance voisine, ou je reconstituais ce que j'avais manqué. Cela faisait sens. Un sens souvent facétieux.
    L'oreille aux aguets, je me mis à détecter toutes les phrases ou expressions holorimes possibles, celles se prononçant de manière identique, que l'on peut écrire d'au moins deux façons. L'entraînement m'en fit imaginer d'autres.
    J'ai composé ces cinq cents « sautes d'humour », aphorismes inédits et joyeux, qui donnent lieu à autant de blagues littéraires. Approchez, jeux de mots à vous dire...M. H. 
    Marc Hillman est l'auteur de plusieurs recueils, dont Les Perles de tribunal et de police (avec N. Renard, First), Le Best-of des lois les plus bizarres (J'ai lu-Librio) et Le Goût du non-sens (Mille et une nuits).
     

  • « Toi qui hésites encore à partir faire le djihad pour défendre les musulmans persécutés, nous te comprenons : c'est un engagement qui va bouleverser ta vie. Ce guide est conçu pour t'aider avant de faire le grand saut. Il te permettra de ne pas te tromper de destination (elles sont multiples), de connaître les moyens les plus sûrs de t'y rendre (il y a malheureusement dans ce domaine aussi beaucoup de publicité mensongère), de choisir le meilleur prestataire (Al-Qaïda ou Daech)... »Cet essai est écrit au second degré, mais tout ce qui y est relaté est tiré d'exemples réels. Il s'adresse aux parents désemparés face à un enfant qui se radicalise, aux enseignants, parfois confrontés à des élèves qui formulent des contestations d'autant plus irrationnelles qu'elles sont mal informées, enfin à nos décideurs, qui se déchargent de toute responsabilité en qualifiant les candidats au départ de « malades ». On compterait aujourd'hui en Syrie et en Irak quelque 25 000 combattants étrangers venus de plus de 100 pays : à moins d'imaginer une épidémie de démence, il y a lieu de se demander ce qui les attire tant là-bas, et pourquoi l'Occident, toujours si prompt à assurer la stabilité internationale par des moyens militaires, est devenu l'une des cibles des djihadistes. 
     Ancien haut fonctionnaire au ministère de la Défense, spécialiste des questions stratégiques internationales, en particulier militaires, maître de conférences à Sciences Po, Pierre Conesa est l'auteur de La Fabrication de l'ennemi ou comment tuer avec sa conscience pour soi (Robert Laffont, 2011), du Guide du paradis. Publicité comparée des Au-delà (L'Aube, 2011) et du rapport Quelle politique de contre-radicalisation en France ? (www.favt.org, 2014). 
     

  • Combien de temps par jour - et par nuit...  - passez-vous la tête baissée sur votre smartphone  ? Quand, pour la dernière fois, l'avez-vous laissé s'éteindre  ? Loin de vous  ?
    LE PLUS DÉMENT  ? Nous nous sommes imposé cette servitude volontaire. Et nous ne sommes plus capables de nous en passer...
    Pourtant, il existe des moyens, des trucs, des exercices, même, qui peuvent nous aider à nous débarrasser d'un usage intensif qui peut finir en addiction.
    Ce petit livre drôle, mordant et DE MAUVAISE FOI vous propose des solutions, des astuces - parfois loufoques, parfois profondes - qui vous aideront à prendre vos distances avec un objet qui a bouleversé nos vies pour le meilleur et pour le pire.
    /> Il vous offre en outre, et GRACIEUSEMENT, la recette de la carpe farcie des grands-mères de l'auteur, ainsi que les meilleures adresses pour vous procurer un Saint-Bernard ou pour embaucher une troupe de mariachis.

  • Les patrons tyranniques, désagréables et de mauvaise foi, vous connaissez ? Vous vous êtes souvent demandé en secret par quels moyens décrédibiliser votre manager, et s'il existe des techniques infaillibles, et inavouables, pour se faire respecter par son supérieur.Comment pourrir la vie de son patron, c'est 150 sales coups destinés à ruiner la santé mentale de son boss : que ce soit sa carrière, sa vie privée, son quotidien, sa réputation, une simple réunion de travail ou un voyage d'affaires. Vous y trouverez aussi un éventail de recettes et d'astuces - des plus potaches aux plus radicales - pour saboter une boîte entière. Le tout sans arme ni explosif.En vous montrant comment faire de la vie de son patron un enfer, ce livre émaillé de récits vécus est aussi une formidable remise en cause du harcèlement au travail.
     Sous le pseudonyme des Vengeurs masqués se cache un collectif de cinq personnes (responsable de ressources humaines, consultant, cadre supérieur, dirigeants), qui préfèrent garder l'anonymat. Tous ont connu au quotidien la réalité de ce dont ils témoignent, soit directement, soit par le récit des salariés qu'ils ont conseillés. 

  • La recette des mots-valises n'a pas varié depuis la nuit des temps. Vous prenez le début d'un mot, la fin d'un autre, vous les collez ensemble, vous garnissez d'une définition bien mitonnée, vous passez au four chaud ou au peigne fin selon vos préférences, et voilà : vous obtenez un mot tout neuf que vous pourrez servir à vos amis en observant, avec une légitime satisfaction, le sourire qui naît sur leur visage - avec un peu de chance, il se peut même qu'ils se mettent à rire à gorge déployée. Alain Créhange cuisine les mots-valises depuis des années. Comme vous êtes un ami, voici un exemple en guise d'amuse-gueule : DEVINAIGRETTE. Petite énigme piquante dont ceux qui racontent des salades se servent pour assaisonner leur récit.

  • La gauche est au pouvoir : en tant qu'humoriste, Didier Porte se doit d'être dans l'opposition, donc de droite. Oui, mais... Conscient qu'un humoriste ne saurait s'abstraire des tendances lourdes de la société, Didier Porte a, depuis l'élection de François Hollande, décidé de changer son fusil d'épaule et de mettre sa verve légendaire au service du juste combat contre le calamiteux pouvoir socialo-pas-communiste-du-tout et ses alliés écolo-gauchisto-fumeurs-de-shit. Sus à l'oppression fiscale ! Haro sur la bien-pensance et le politiquement correct ! Mort à l'assistanat ! Vive le darwinisme social dans la bonne humeur, la xénophobie joyeuse et la brutalité policière souriante !S'il s'excuse de « débuter dans l'humour de droite », que l'on se rassure... La droite, la gauche, les extrêmes - rien ni personne n'échappe à son ironie mordante ! Chroniqueur engagé, à la plume acide, Didier porte passe par de très nombreuses rédactions (La Dépêche du Midi, Le Matin de Paris, « Culture Pub » sur M6, RFM, Europe 2, RTL, et surtout France Inter où il a passé treize ans...). Plusieurs fois « remercié » en raison de son humour politiquement incorrect, il officie aujourd'hui sur Mediapart, Arrêt sur images, Là-bas si j'y suis et « La revue de presse » de Paris Première. Il est l'auteur de huit livres.v

  • 1975 : La Franconnerie, première du nom. Un néologisme et un éclat de rire hénaunne lancés sur le marché. L'auteur : Robert Lassus. 1980 : Ce dernier, rédacteur en chef-adjoint à RTL, ex-petit rapporteur à la télévision, récidive avec La nouvelle Franconnerie. Un ensemble hilarant de bourdes, calembourdes, lapsus et pataquès que l'on doit aux Français, quels qu'ils soient. Car, hélas !, la franconnerie galopante n'épargne personne.

  • Le "Journal d'un curieux de campagne", c'est le journal d'un humoriste inconnu, vieux célibataire et ours mal léché, qui vit dans le petit village où il est né et où il mourra. Robert Lassus a passé de longues heures en compagnie de ce personnage qui se fait appeler Pierre-Émile Debrabant, pour recueillir, classer et écrire ce "Journal" composé de mille réflexions personnelles et, surtout, de mille petits faits marquant la vie quotidienne d'une minuscule commune de France, en 1977.

  • L'encyclopédie de l'amour en 2000 histoires drôles vous fera rire aux éclats en vous révélant les aspects les plus cocasses de la vie sentimentale : les jeunes filles en flirt, les astuces des dragueurs, les baisers, partout, partout, partout, les nuits de noces mouvementées, les ménages à trois... et à plus, les grands méchants jaloux, les belles-mères abusives, les plaisirs du lit, les sous-vêtements sexy, l'amour au bureau, les sado-masochistes, les belles prostituées, les complexés, les amitiés particulières, les dessous de la politique, les amours de vacances, les animaux amoureux, etc.

  • Bourdes de politiques

    Olivier Clodong

    • Fayard
    • 21 Septembre 2016

    Les hommes politiques, quels rigolos ! 
    Que de ratés, de bévues, d'erreurs grossières ! Tout au long de l'année, c'est un festival de gaffes quand les circonstances appellent le plus grand sérieux, de tweets malencontreux, de flagrants délits d'incompétence et de trivialités douteuses.
    En campagne, tout s'accélère, et les bourdes se ramassent à la pelle : slogans qui dérapent, déclarations décalées ou inappropriées... 
    Les gaffeurs professionnels sont nombreux, vous les connaissez tous, aucun parti n'est épargné, et le phénomène n'est pas que national.
    Il était grand temps de se payer leur tête !
    Juste retour des choses que de rire de ceux qui passent leur temps à se se moquer de nous avec leurs promesses et leurs certitudes qu'il faudrait prendre pour argent comptant.
    Olivier Clodong a sélectionné le meilleur de leurs plantades dans ce livrehilarant.
     
     
    Olivier Clodong est l'auteur de Quand les politiques se lâchent (2011) et Et toc ! Le meilleur des réparties pour moucher les emmerdeurs, les cons, les prétentieux et autres (2015) aux éditions Mille et une nuits. Chroniqueur pour Le Nouvel Économiste, il signe une rubrique hebdomadaire, impertinente et décalée, consacrée à la vie quotidienne des élus de la République. 

empty