Fayard/Mazarine

  • Avec  l'autodérision et la lucidité qui la caractérisent, Nora continue d'explorer l'époque et d'en subir les absurdités.Des cigarettes en chocolat à la clope électronique, du Nokia 3310 à l'Iphone, de Snake à Instagram, elle nous livre le récit de son passage à l'âge adulte sans passer par la case Tinder.Partagée entre l'envie d'avoir des likes et la nostalgie du temps d'avant les réseaux sociaux, elle se demande comment évoluer sereinement dans un monde où tout ce qui nous entoure n'existait pas au moment de se construire.Parfois mélancolique, souvent acide et toujours drôle, Nora dresse un portrait-robot sans fard de nos névroses à tous.
    Hyperactive, Nora Hamzawi partage ses humeurs sur tous les fronts (France Inter, Quotidien,  Grazia  et  Vanity Fair)  et son nouveau spectacle décapant cartonne à travers la France.Après le succès de  30 ans (10 ans de thérapie), aux éditions Mazarine (puis Marabout), elle a sélectionné le meilleur de ses chroniques qu'elle enrichit de nombreux inédits, illustrées par Thibault Milet.

  • Lorsqu'il découvre dans une vieille malle trois carnets renfermant des lettres d'amour, le père de Jean sombre dans une profonde mélancolie. 
    Jean, lui, tombe des nues : Moïse, son grand-père, y raconte toute l'histoire de sa vie. Plus incroyable encore, Moïse adresse son récit à une inconnue  : Anne-Lise Schmidt.
    Qui est cette femme ? Et surtout qui était-elle pour Moïse  ? Comment quelqu'un de si chaleureux et sensible dans ses lettres a-t-il pu devenir cet homme triste et distant que père et fils ont toujours connu ?
    Naviguant entre les grands drames du xxe siècle et des histoires d'amour d'aujourd'hui glanées dans une tentative éperdue de faire passer un message à son père, Jean devra percer le lourd secret d'un homme et lever le voile sur un mystère qui va chambouler toute une famille...

  • « L'abeille a plus peur que toi, dit-il. Est-ce que tu peux t'imaginer être si petite dans un monde si grand ? » Oui, je le pouvais.  Alors qu'elle n'avait que cinq ans, Meredith et son petit frère furent abandonnés par leurs parents. Leur père partit de l'autre côté du pays. Leur mère s'enfonça, à force de médicaments et d'autres abus, en elle-même, dans des contrées inaccessibles.Ce n'est qu'en entrant pour la première fois dans le vieux bus réaménagé par son grand-père, un apiculteur excentrique, que Meredith comprit qu'elle n'était pas seule : le monde merveilleux de la ruche l'attendait depuis toujours.Cocon familial. Compassion et sacrifice. Amour inconditionnel. Tout ce qu'elle n'avait jamais connu, elle le découvrit en observant les abeilles. Quand son grand-père lui montra les sacrifices que faisaient celles-ci pour sauver leur colonie et les liens qu'elles liaient avec leur apiculteur, elle sut enfin ce qu'était une famille.  L'histoire vraie d'une petite fille qui a été sauvée par la nature - et par un des plus petits êtres vivants du monde : les abeilles.Traduit de l'anglais par Alice Seelow

  • 1809, une île déserte, 5000 hommes, 21 femmes Le destin bouleversant d'Héloïse.
     
    1809. Les guerres napoléoniennes font rage. Alors qu'ils croyaient être rapatriés en France, 5000 prisonniers se retrouvent captifs sur l'îlot de Cabrera, dans les Baléares. Pour survivre, un maigre filet d'eau douce, des rations insuffisantes, des abris précaires qu'il leur faut bâtir eux-mêmes. 21 femmes les accompagnent, parmi lesquelles Héloïse, vivandière de 18 ans dont le mari a succombé en mer, emportant avec lui l'insouciance et la légèreté de la jeune femme.
    Si la guerre avait déjà meurtri les hommes, le désespoir leur fait bientôt perdre la raison. Par chance, Henri, chirurgien de l'armée, se prend d'affection pour Héloïse. Entre privations, épidémies et tempêtes, les morts s'accumulent, l'espoir s'amenuise, et Héloïse ne songe qu'à se libérer enfin de cet enfer - jusqu'à ce nouvel arrivage de prisonniers et de Louis qui fait tout chavirer.
    À force de ténacité, la jeune femme parviendra-t-elle à se sauver ? Car si l'amour est une captivité volontaire, la mer l'a déjà faite prisonnière...
     
    Docteur en littérature française, Elisa Sebbel enseigne dans une université espagnole et vit à Majorque. Découvert dans le cadre du Mazarine Book Day 2018, pour lequel il a reçu la « mention spéciale du jury », son premier roman, La Prisonnière de la mer, dévoile un drame oublié de notre histoire.

  • «  Je donnerais n'importe quoi pour pouvoir attraper par le col la gamine que j'étais et lui expliquer certaines choses.
    Je lui dirais de prendre sa soeur dans ses bras plus souvent.
    Je lui dirais de ne pas quitter l'homme qu'elle aime pour celui qui lui plaît.
    Je lui dirais surtout de ne jamais porter de vert. Jamais. Je ne supporte plus cette couleur depuis que je suis ici.
    Et vous, vous lui diriez quoi  ?  »
     
     
    L'été de leur dix-huit ans, Noémie, Lisa, Marion et Stéphanie ont vécu un voyage inoubliable qui a scellé leur amitié pour toujours. Quatorze ans plus tard, les quatre amies décident de mettre leur vie d'adulte, le quotidien et toutes ses contrariétés de côté pour revivre le périple de leur adolescence. Ce qu'elles ignorent, c'est qu`il sera le plus important de toute leur existence.
     
     
    Laure Rollier brosse avec humour et une douce nostalgie
    ces rencontres qui vous vous marquent à tout jamais.
     
    Lauréate du Mazarine Book Day en 2017 et originaire du Sud-Ouest de la France, Laure Rollier, a publié son premier roman Hâte-toi de vivre !  en 2018 aux éditions Mazarine (LGF, 2019). Parallèlement, l'auteure, qui travaille au sein d'un journal, prépare des albums destinés  à la jeunesse et divers projets musicaux. 

  • Britt-Marie, soixante-trois ans, n'est absolument pas passive-agressive. C'est juste que la crasse et les couverts rangés n'importe comment la font hurler intérieurement. Après quarante ans de mariage et une vie de femme au foyer, elle a besoin de trouver un emploi au plus vite. Le seul poste qu'on lui propose la conduit à Borg, un village frappé par la crise qui s'étire le long d'une route où tout est fermé, à l'exception d'une pizzeria qui empeste la bière. Ce qu'elle ne sait pas, c'est qu'à Borg le ballon rond est roi - et s'il y a une chose que Britt-Marie déteste plus que le désordre, c'est le football.
    Alors, quand les enfants du village ont si désespérément besoin d'un entraîneur que la commune est prête à confier le boulot au premier venu, peu importe qu'elle n'y connaisse rien ! Pas du genre à se laisser démonter, Britt-Marie, avec sa nouvelle casquette de coach, entreprend de faire un grand ménage à Borg, qui a, comme elle, besoin d'un renouveau et d'une seconde chance.
    Le monde selon Britt-Marie est l'histoire d'une femme qui a attendu toute une vie que la sienne commence enfin. Un plaidoyer chaleureux pour tous les marginaux qui peuplent nos vies sans qu'on leur prête attention - alors que leur vision du
    monde peut transformer le nôtre.

  • Quand Lauren Moore, professeur d'Histoire contemporaine à Boston, reçoit pour son anniversaire un test génétique destiné à établir ses origines généalogiques, elle trouve le cadeau de sa fille Emily très amusant. Ce test est très en vogue parmi ses collègues historiens.
    Quelle n'est cependant pas sa surprise quand elle en découvre  les résultats, divulguant des origines ignorées de tous jusque-là. Une ascendance qui remet en question toute son existence ainsi que celle de sa fille et balaie d'un coup ce qu'on lui a toujours raconté de ses ancêtres.
    Qui peut l'aider à résoudre  ce mystère  ? Sa mère Suzana, âgée de quatre-vingt-neuf ans et atteinte de la maladie d'Alzheimer, est dans l'incapacité de l'éclairer. Il semblerait pourtant qu'elle ait caché un secret que personne ne soupçonnait. Pourquoi aurait-elle menti  ?
    Pour Lauren et sa fille, c'est le début d'un long périple qui les mènera des USA, en passant par la France, jusque dans les contrées lointaines de l'Est européen. Une quête de la vérité, mais aussi la découverte d'une histoire incroyable qui va changer leur vie...
      Deux voyages inversés - l'un vers des origines inconnues, l'autre pour survivre.

  • Ursa est une petite ville recluse à la lisière d'une immense forêt suédoise.La plupart de l'année, elle est recouverte d'une épaisse couche de neige, plongée dans un froid et une obscurité qui rapprochent ses habitants - ou bien les éloignent.Soumises à ce rude climat, la population et les activités ne cessent de diminuer. Mais, cette année, la ville est sur le point de vivre un étonnant renouveau : l'équipe junior de hockey sur glace, sur laquelle tous les espoirs reposent, va jouer son match le plus important de l'année. L'excitation est palpable. Un futur prometteur se dessine... jusqu'au jour où la star de l'équipe commet un acte violent et irréparable qui met tout en péril. La population est divisée : faut-il se taire et oublier, ou bien tout risquer pour rendre justice ?
    Lorsque l'avenir d'une ville se trouve en jeu, personne ne peut rester en retrait et être neutre. Tout le monde doit prendre parti.  Et vous, de quel côté seriez-vous ?

  • « À coeur vaillant, rien d'impossible »
    Lorsqu'une tragédie change à jamais sa vie, la jeune Alice Hart, âgée de neuf ans, part vivre chez sa grand-mère qu'elle ne connaît pas. Quittant le bord de l'océan où elle a grandi, elle trouve refuge dans la ferme horticole de June, où celle-ci cultive des fleurs sauvages d'Australie.
    Au fil du temps, Alice oublie les démons du passé et apprend à perpétuer la tradition familiale en utilisant le langage des fleurs pour remplacer les mots lorsqu'ils se font trop douloureux.
    Mais l'histoire des Hart est hantée par de nombreux secrets que June cache à sa petite-fille. Une sorte
    de fatalité semble accabler les femmes de leur famille, aussi June préfère-t-elle tenir Alice à l'abri de la vérité, quitte à la tenir à distance de l'amour.
    Une fois adulte, révoltée par ce silence et trahie par celles qui lui sont le plus chères, Alice se rend compte qu'il y a des histoires que les fleurs seules ne peuvent raconter. Si elle veut être libre, elle doit partir et inventer l'histoire la plus importante de toutes : la sienne...
    Traduit de l'anglais (Australie) par Anne Damour

  • Melody King a une pathologie rare : elle chante et danse dès qu'elle est stressée. Que ce soit à la caisse du supermarché, lors des réunions parents-profs, chez le médecin, impossible de se contrôler. Elle s'y adonne aussi durant son sommeil, mais ses enfants n'osent pas le lui dire de peur de la faire culpabiliser. La famille a appris à se serrer les coudes depuis la disparition de leur père, Dev, onze ans auparavant. Mais lorsqu'ils tombent sur un avis de recherche d'une personne ressemblant étrangement à celui-ci, ils sont confrontés à une vérité qui va bouleverser leur vie. Car même si Melody n'y croit pas une seconde, elle ne peut se résoudre à briser l'espoir de sa fi lle et de son fi ls de retrouver leur père ...
     
    Emma Cooper vit dans le Shropshire avec son mari et ses quatre enfants. Ancienne assistante éducative, elle rêve depuis son enfance de devenir écrivain. La Chanson de nos souvenirs est son premier roman.
     
    Traduit de l'anglais par Dominique Haas

  • «  Tu as toujours eu peur de vivre, Lucien.  »
    Il soutint son regard.
    «  Et toi, Cristalline, tu as toujours eu peur de te montrer prudente et raisonnable.  »
     
     
    Lucien, dernier fabricant de fèves de France, désespère  : l'âge d'or des féviers est révolu, il vient de mettre la clef sous la porte et pour couronner le tout, sa petite amie plie bagage.
    Heureusement, sa soeur Cristalline ne l'entend pas de cette oreille. Pour une lanceuse de disque de son niveau, la défaite n'est pas une option. Elle met donc au point un plan follement insensé pour sauver son frère  : destination Londres pour rencontrer la reine Élisabeth, grande adepte de galettes des rois et devenir son  févier officiel  !
    Commence alors un périple rocambolesque en compagnie de Roméo, le fils de Cristalline, qui traîne un vague à l'âme inexplicable, mais aussi de son infâme caniche Micheline Ostermeyer, sans compter la rencontre d'un ex-détenu au coeur d'artichaut et d'une danseuse boiteuse à la beauté renversante. Drôle d'équipe, aussi tendre que dépareillée  ! Mais ces êtres cabossés par la vie ont une revanche à prendre...
     
     
    Ève Borelli vit dans le sud de la France, où elle est professeure de lettres. Elle est notamment l'auteure de La Lanceuse de couteaux (Charleston, 2017). Sa Majesté des fèves, présenté lors du premier Mazarine Book Day en 2016, a remporté la faveur du jury grâce à son univers fantasque et ses personnages émouvants.
     

  • C'est l'histoire de Jo', jeune interne en pédiatrie à la personnalité fantasque, à qui tout sourit.
    C'est l'histoire de No', un petit garçon de sept ans attachant et joueur, qui est atteint d'un mal incurable et ne comprend pas pourquoi sa maman ne vient pas plus souvent le voir à l'hôpital.
    C'est l'histoire de Maria, une mère secrète, qui disparaît à l'autre bout du monde au lieu de rester au chevet de son fils.
    Un matin, dans la chambre de l'enfant, survient un drame qui lie à jamais le destin de ces trois êtres.
    Jo' devra tout quitter pour partir sur les traces de Maria et percer ses mystères.
     
    Inspiré par le choc ressenti lors de la disparition de l'un de ses jeunes patients, l'auteur livre une quête initiatique et poétique, semée de recoins obscurs qui s'illuminent. Un magnifique troisième roman, porté par des personnages profondément humains.
     
    « Docteur et conteur [...], Baptiste Beaulieu sait raconter des histoires, faire rire et pleurer, conjuguant la trivialité et le merveilleux, la farce et le lyrisme. »
    Astrid de Larminat, Le Figaro littéraire
     
     
    Médecin généraliste de trente ans, Baptiste Beaulieu est l'auteur d'un premier livre best-seller, Alors voilà : les 1001 vies des Urgences (Fayard 2013 ; Livre de poche 2015), qui a reçu le prix France Culture « Lire dans le Noir » et a été traduit en quatorze langues. Son roman Alors vous ne serez plus jamais triste (Fayard 2015 ; Livre de poche 2016) a reçu le Prix Méditerranée des lycéens 2016. Son blog Alors Voilà, pour réconcilier soignants et soignés, compte plus de six millions de visiteurs. 
     

  • « Quarante-huit heures, cinquante peut-être, qu'est-ce donc dans toute une vie  ? Trois jours sur le calendrier qui bousculent une existence, sa stabilité et son lot de certitudes. »
     
    Claire et Callum sont d'âges et de mondes différents. Tout semble les séparer. Pourtant, ils se rencontrent le temps d'une parenthèse inattendue. Savourant cette échappée douce loin de sa famille, Claire va entraîner Callum à la découverte des lieux cachés de Paris : leurs vies, leurs maux du passé vont se révéler au fil de leur déambulation, faisant naître une attirance mutuelle. Jusqu'au point de bascule.
     
    Entre les palpitations d'un nouvel amour et la quiétude d'une vie qui s'est reconstruite, entre remords et regrets, y a-t-il pour Claire un bon choix ?
     
    Et vous, que feriez-vous à sa place ?
     

  • Que faire  ?
      Si vous avez un jour appris une terrible nouvelle et décidez d'aller manger une côte de boeuf pour fêter ça,si vous avez envie d'être aux côtés de personnes que vous aimez quand vous en avez besoin,si vous avez toujours rêvé de retrouver l'amoureux de votre jeunesse,si vous voulez chanter (faux) sans qu'on vous regarde de travers,si vous avez un jour fait partie d'un club de plage, et que l'envie vous revient 50 ans plus tard  :rejoignez le Club des Feignasses  !
    Rien ne prédisposait Béa, Alice, Sam, Greg et Elisabeth à se rencontrer. Pourtant, ces amoureux et cabossés de la vie, membres d'un club aussi curieux que chaleureux, apprennent vite à se connaître avec leurs failles, leurs richesses et leurs secrets.
    Un roman plein d'émotions, d'optimisme et de tendresse qu'anime une galerie de personnages attachants.

  • Décembre 2001. Lucien, onze ans, vient d'arriver à Buenos Aires avec sa mère. Dans une librairie, il est captivé par de mystérieuses petites boîtes jaunes. Dedans, de minuscules poupées. Selon une légende, si on leur confie ses soucis avant de s'endormir, le lendemain, ils se sont envolés.
    Le temps  qu'il choisisse son attrape-souci, c'est sa mère qui s'est envolée. Disparue.
    Lucien part à sa recherche. Se perd.
    Au fil de  ses errances, il fait des rencontres singulières. Cartonniers, prostituées, gamins des rues avec qui il se lie, un temps. Et grâce à qui, envers et contre tout, il se construit, apprend à grandir. Autrement.
    Rebaptisé  Lucio par ses compagnons de route, cet enfant rêveur et déterminé incarne ce possible porte-bonheur que chacun a en soi. 

  • 7 h 52. Collision. Accident de voiture.
    À son réveil à l'hôpital, Léo, jeune professeure de philosophie âgée de trente ans, se retrouve nez à nez avec Mamie Lina, qui n'est autre que sa grand-mère décédée. Personnage haut en couleurs à l'humour cinglant qui donne son avis sur tout - sans qu'on le lui ait demandé -, celle-ci s'immisce dans la vie quotidienne hésitante de Léo et de ses amis Louise et Juju, à un moment décisif de leur vie. Par ses interventions intempestives, cette grand-mère pas comme les autres chamboule tout sur son passage. Mais en confrontant Léo à ses peurs et à ces secrets qui hantent toute famille, elle fait à sa petite-fille le plus beau cadeau  : le courage de saisir la vie à pleine main - et de donner une chance au bonheur.

  • De la sixième à la cinquième, dans l'indifférence de l'équipe éducative et cachant tout à sa famille, Mathilde endure insultes, brimades et humiliations quotidiennes au collège. Elle vit dans la honte, la peur, la culpabilité de ne pas savoir se défendre. Elle se débat au milieu de la haine pour pouvoir survivre et frôle à plusieurs reprises le suicide. Jusqu'au jour où elle trouve enfin une porte de sortie : l'écriture. 14 ans, harcelée est le journal de Mathilde, une adolescente précoce, qui décrit étape par étape sa longue descente aux enfers, l'acharnement et la violence, dont elle a été la victime.
    Un document unique qui nous entraîne au coeur de la spirale du harcèlement scolaire et de la psychologie adolescente. Avec ses mots d'adolescente, Mathilde Monnet décrypte avec crudité ce terrible fléau qui touche un enfant sur dix et les pousse parfois à commettre l'irréparable.
    Mathilde Monnet a 15 ans. Elle est actuellement en classe de seconde. Bonne élève et passionnée de lecture, 14 ans, harcelée est son premier livre. 

  • Avec ses 40 ans désormais bien tapés, une certaine nostalgie du body de bébé, son stress permanent, un semblant de crise de ménopause mentale, la Mère coupable voit surgir une envie de peut-être tout recommencer, en amour comme en benne de couches sales. Baby or not baby ? Telle est sa question. Ses enfants désormais plus grands, elle a le sentiment de ne plus servir à rien. Sauf à faire cuire des pâtes.
    Maman : individu givré qui peut rester debout devant son frigo ouvert pendant cinq minutes, en espérant que ce dernier lui donne une idée de repas ! #t'aspasuneidéemonsieurlefrigo ?
    Et voici que réapparaît dans une routine peuplée de lessives et de pantoufles qui traînent, Alex, l'ex. De quoi lui donner envie de se réfugier sur l'île paradisiaque que toutes les mères au bord du gouffre chérissent : Belle-Île-en-Mèrescoupables. Pourquoi regretter les dents de lait perdues, les premiers pas de nos chérubins... quand il reste tant encore à vivre et à partager ?

  • Isabelle a 32 ans, un chihuahua nain prénommé Woody-Allen et une carrière d'actrice comparable à celle du Titanic : prometteuse en théorie, catastrophique en pratique. 
    Le jour où elle refuse la demande en mariage de l'homme qu'elle aime, sous prétexte qu'elle ne veut pas d'enfant, elle se retrouve à la rue, avec pour toute fortune vingt-quatre euros sur son compte en banque. Elle est alors forcée d'accepter le seul travail qu'on lui propose : utiliser ses talents de comédienne pour séduire Jan Kozlowski, un jeune veuf sur le point de se remarier. 
    La voilà donc partie en Italie, dans la maison de vacances de la richissime et déjantée famille Kozlowski. Seule ombre aux deux semaines de dolce vita qui se profilent : pour exécuter en toute discrétion sa mission « séduction », Isabelle devra jouer le rôle de l'irréprochable nanny anglaise de Nicolas, 8 ans, qui n'a pas prononcé un seul mot depuis la mort de sa mère cinq ans plus tôt. Isabelle est bien loin d'imaginer à quel point cette rencontre improbable avec ce petit garçon blessé par la vie va bouleverser sa vision du monde. 
     
    Une comédie pétillante, pleine d'humour et d'émotions.
     
    Âgée de 31 ans, Marie Vareille a reçu le prix Confidentielles pour Je peux très bien me passer de toi (Charleston, 2015) et le Prix du meilleur roman jeunesse du Parisien pour Élia, la Passeuse d'âmes (PKJ, 2016). Là où tu iras j'irai est son quatrième roman. 

  • La Mère coupable, c'est cet individu qui peut dans le même temps râler et faire des bisous, crier « Va dans ta chambre ! » et susurrer « Viens faire un câlin à Maman », qui hurle à mort quand l'ado fait couler l'eau trop longtemps, mais qui laisse la petite lumière allumée toute la nuit pour rassurer le petit dernier...
    La Mère coupable, c'est vous, cette maman pleine de paradoxes inexplicables, qui tente de mener sa vie comme elle l'entend pour tordre le cou à la mère parfaite. Ajoutez-y un soupçon de crise de la quarantaine, quelques kilos en trop, un mari aimant mais souvent absent, un ex-petit ami qui refait surface, et une chanson d'amour des années 1980 qui vient interrompre la bande-son du quotidien de cette mère de famille perdue dans sa routine.
    Sans jamais donner de leçon, l'auteure qui se cache derrière ce pseudo depuis la création de son blog croque avec humour et bienveillance la vie de famille #ensirotantunverredemojitopardi !

  • Rien ne prédestinait Élodie et Sara à se rencontrer.
    À Paris, Élodie mène une vie à cent à l'heure jusqu'au jour où elle plaque tout pour trouver refuge chez sa grandmère, dans le centre de la France. Là, elle prend ses marques, se reconnecte à elle-même et fait la rencontre de Sara, une trentenaire à la vie bien rangée sur le point de se marier.
    Un soir, alors que Sara n'avait jamais ressenti le moindre désir pour une femme, elle lui confie avoir envie d'elle.
    Une fois, comme ça.
    Juste une fois pour essayer.
      Une passion universelle.
    Un amour singulier.
      Élodie Garnier est née en 1987.
    Juste une fois pour essayer est son premier roman.

  • Depuis qu'il est au chômage, Lucien Minchielli, 47 ans, est affalé sur le canapé du salon. Sophie, sa femme, n'en peut plus. Un jour, subitement, il reprend le sport et s'inscrit au cours de danse de sa fille Sarah, qui en est mortifiée. Paul, le petit dernier, se réfugie chez sa grand-mère, une ancienne danseuse étoile du Bolchoï que son mari a abandonnée à l'annonce de sa grossesse.
    Si la danse est une histoire de famille chez les Minchielli, Lucien s'était jusque-là bien gardé de s'y intéresser. Comment la famille va-t-elle survivre à ce nouvel épisode qui bouscule tout leur équilibre ? Lucien va-t-il finir par s'expliquer
    sur cette soudaine et incompréhensible lubie ?
     
    « Une comédie familiale drôle et touchante. »
    en 1978, Gavin's Clemente-Ruiz est éditeur, chroniqueur et voyageur. Hispano-belge et de Pont-l'Evêque il vit aujourd'hui à Paris. Il n'a jamais fait de danse classique. Son père encore moins. Mais qui sait ? Comment papa est devenu danseuse étoile est son premier roman.

  •  
    Obsessionnelle, parano et hypocondriaque, Nora Hamzawi partage ses petites angoisses ordinaires avec humour et autodérision.
    À mi-chemin entre séances chez le psy et journal intime, elle décortique des scènes de nos vies pour mieux y trouver sa place.
    Comment fait-on pour avoir l'air à l'aise en soirée ? Qui sont ces gens qui fréquentent les stations de skis ? Y a-t-il un âge pour arrêter de regarder La Boum ? Pourquoi est-ce qu'on est obligé de se tutoyer dans les magasins bios ?
    Son regard sur le monde, sa perception des situations et son désarroi, amusé et sensible, révèlent l'absurdité et la folie du quotidien.
     
    En bref, si vous vous demandez régulièrement si vous êtes normal ou à côté de la plaque, cette introspection sans filtre devrait vous aider à relativiser !
     
    Boulimique de travail, Nora Hamzawi fait des chroniques délirantes sur France Inter et partage ses humeurs chaque semaine dans Grazia. Dans ce journal d'une trentenaire névrosée, elle reprend le meilleur de ses textes qu'elle enrichit de nombreux inédits, illustrés par Anna Wanda Gogusey. Elle se produit également sur la scène du République, où son show, « Nora Hamzawi », fait salle comble depuis deux ans.
     

  • Des destins qui se croisent sans se voir, des âmes soeurs en quête de l'autre - et la magie de la vie qui reprend le dessus...  Sarah vit à Bruxelles.
    Lorenz aussi.
    Elle a perdu l'homme de sa vie.
    Il pense qu'il ne connaîtra jamais le grand amour.
    Elle essaye de surmonter le deuil.
    Il évite tout sentiment.
    Ils ne se connaissent pas.
    Mais ils s'écrivent bientôt tous les jours et partagent leurs secrets les plus intimes.
    La vie leur a joué de nombreux tours.
    Vont-ils pouvoir faire le chemin vers d'autres lendemains en laissant la place à l'inconnu(e) ?

empty