Littérature traduite

  • Edgar Allan Poe s'amuse à construire une véritable science de l'ameublement.
    La quête de la chambre idéale est celle d'une vraie «  chambre à soi », où le tapis est «  l'âme de l'appartement  », où le canapé est une pièce maîtresse, où la simplicité et le « luxe discret » permettraient non pas la mise en scène de soi, mais bien l'épanouissement de l'esprit et la simplicité de l'être. La recherche d'une «  douce intimité » qui résonne formidablement dans nos vies contemporaines.

  • La chanteuse, compositrice, militante Angélique Kidjo, l'une des plus grandes voix actuelles de la world music, lauréate de trois Grammy Awards, raconte, en toute intimité, comment la petite fille de Cotonou a pu réaliser son rêve et remplir les salles les plus prestigieuses du monde comme le Carnegie Hall de New York, l'Albert Hall de Londres ou l'opéra de Sydney.
     
    Angélique Kidjo grandit entourée des sons et des rythmes de son Bénin natal, dans une Afrique de l'Ouest riche de traditions.  Pour mener sa carrière librement, elle est contrainte de fuir la dictature, direction la France où, après des années difficiles, elle est révélée par son album Logozo au début des années 1990. Elle s'installe ensuite aux États-Unis, où ses aventures musicales élargissent la musique africaine jusqu'à la pop ou le jazz. Oremi, Black Ivory Soul, Oyo... De succès en succès, cette femme au tempérament de feu qui navigue entre trois continents et plusieurs langues s'est imposée comme un des symboles d'une culture aussi mouvante qu'enracinée, au service de causes humanitaires fortes.
     
    Un engagement qui vient de loin. Adolescente, horrifiée par l'histoire de l'esclavage et la cruauté de l'apartheid, elle croit dans le pouvoir qu'a la musique de rapprocher les gens et de lutter pour la paix. Et elle n'a pas hésité à passer à l'action, en devenant ambassadrice de bonne volonté de l'UNICEF, puis en créant sa fondation, Batonga, qui donne aux filles dans plusieurs pays d'Afrique une éducation secondaire.
     
    Ces mémoires, illustrés de plus de cent photographies en couleurs, sont la formidable somme des expériences, des voyages et des combats d'une diva engagée.
     
    «  Dans l'aube que vit l'Afrique, Angélique Kidjo est la chaleur du soleil naissant.  » Bono

  • Chroniques

    Dylan-B

    « Chroniques, volume I est, sans conteste, le livre de l'année. »
    The Observer
    « Epoustouflant... Ce livre révèle les premiers éveils de la créativité de l'auteur avec une urgence incroyable. »
    The New York Times
    « Ce livre est au rock n'roll ce que la découverte du journal secret de Shakespeare serait à la littérature. C'est sans doute l'autobiographie la plus intime et la plus extraordinaire jamais écrite par une légende du xxe siècle. »
    The Daily Telegraph
    « Nous savions que Dylan écrivait, mais nous ignorions qu'il écrivait si bien, que ce misanthrope pouvait revisiter son passé avec tant de chaleur, de compassion et de clairvoyance. »
    The Washington Post
    « Magique... Ces Chroniques ont leur place entre Sur la route de Jack Kerouac et En route pour la gloire de Woody Guthrie. Une oeuvre essentielle sur la destinée manifeste d'un artiste américain. »
    The Observer
    « Si vous voulez savoir ce qui se trouve dans le coeur prismatique du jeune Bob Dylan, un garçon charmant et très étrange comme on en rencontre peu, ouvrez ce livre à n'importe quelle page, vous ne le lâcherez plus. Sa prose évoque un mélange de Jack Kerouac, de Raymond Chandler et de Yeats. »
    Newsday
    © Illustration de couverture : Don Hunstein

  • Dans sa Chronique de ma vie musicale, Rimski-Korsakov relate tout son parcours: de ses premiers souvenirs d'enfance jusqu'à deux ans avant sa mort. Cet officier de marine devenu compositeur se met constamment en regard avec tout ce que se fait en même temps dans le monde musical russe, et livre ainsi une somme d'informations de première main. Cette traduction française, la première intégrale, paraît à l'occasion du centenaire de la mort du compositeur. Sans artifices, sans " littérature" superflue, toute la galerie de portraits de ceux qui ont fait exister la musique russe défile devant le lecteur, conférant une proximité humaine inattendue au fascinant et dictatorial Balakirev et à son "groupe des Cinq" dont Rimski-Korsakov a fait partie avec Cui, Moussorgski et Borodine, au critique et polémiste Stassov, au chef d'orchestre Napravnik, aux frères Anton et Nikolaï Rubinstein, à l'éditeur Belaiev, à Tchaikovski, Liadov, Glazounov, et tant d'autres. On pénètre aussi dans les coulisses des théâtres impériaux, observées avec une objectivité sans complaisance. Les oeuvres même de Rimski-Korsakov s'éclairent d'une abondance de détails qui en enrichit la compréhension. Et l'homme perfectionniste, critique envers soi-même comme envers les autres, "réviseur" parfois excessif de ses confrères (Moussorgski), révèle derrière son apparente austérité sa face sensible, son attachement aux traditions slaves ancrées dans le peuple et son émerveillement devant les beautés de la nature. Pédagogue au charisme généreux, il n'hésitera pas à payer de sa personne lors des évènements de 1905 en soutenant les étudiants en lutte contre la direction du Conservatoire. Derrière la haute et raide silhouette du magister intransigeant, c'est une belle personne qui se dessine à travers la sincérité et la probité de sa narration.

  • Peintre colombienne renommée, Emma Reyes était également une conteuse hors pair. Encouragée à écrire par Gabriel García Márquez, elle fit de son enfance accidentée dans la Colombie des années vingt le plus étonnant des récits.
    Dans ces vingt-trois lettres inédites adressées à son ami Germán Arciniegas entre 1969 et 1997, Emma Reyes raconte à travers la lorgnette d'une petite fille à l'imagination fantasque les aventures terribles, cocasses, émouvantes qui ont jalonné son enfance.
    Fille illégitime, ses premières années furent cousues d'errances, de misère et de mauvais traitements. Jusqu'à son évasion rocambolesque du couvent où elle fut recueillie avec sa soeur, et dont elle sortit sans savoir lire ni écrire à l'âge de dix neuf ans.
    Sans détour ni pathos, dans une langue spontanée, éprise de rébellion, Emma Reyes livre des mémoires épistolaires hauts en couleur, qui tiennent à la fois de Márquez, Dickens et des grands récits de la littérature picaresque. Publié pour la première fois en 2012, Lettres de mon enfance est aujourd'hui un classique, traduit dans le monde entier.

  • Pierre Vidal-Naquet : « Il y a bien des années, j'ai proposé comme le meilleur usage de l'Atlantide, un recueil, dû à R. Stahel, des plans de la colonie géométrique qu'avait, avec précision, imaginée Platon. [...] Je proposerai aujourd'hui le livre qui médite poétiquement sur le double destin de Venise et de l'Atlantide, Venezia inabissata. Ce livre m'est parvenu pendant que j'écrivais le présent ouvrage [L'Atlantide : petite histoire d'un mythe platonicien, Les Belles Lettres, 2005]. Rendre le mythe à l'image et à la poésie, après en avoir désossé l'histoire, c'est la grâce que je souhaite à tous ceux qui liront ce petit livre. »
    Un essai subjectif qui rend compte de la singularité de Venise : par une approche poétique, mythique et littéraire, qui dit toutes les théories urbanistiques. Un livre très documenté sur tout le matériel historique et littéraire. Un résumé des rêves qui ont construit la ville sur l'eau.
    L'auteur, influencée par Cacciari, allie une écriture très originale à une subjectivité d'écrivain et d'érudite.

  • Fondée en 1919 en Allemagne, à Weimar, l'école pionnière du Bauhaus accueillit jusqu'au début des années 1930 une communauté bouillonnante d'artistes. C'est en côtoyant pendant de nombreuses années Josef et Anni Albers, le seul couple parmi les résidents du Bauhaus, que Nicholas Fox Weber a pu pénétrer les secrets de cette petite « bande » et, surtout, les ressorts de leur activité créatrice. Dans cette extraordinaire biographie de groupe, on rencontre Walter Gropius, le fondateur de l'école, architecte qui, très tôt, chercha à rationaliser le design, mais aussi amant ardent d'Alma Mahler, femme fatale alors mariée au compositeur Gustav Mahler ; Paul Klee, l'observateur fumant sa pipe, qui invente des recettes de cuisine avec la même spontanéité et le même sens des proportions qu'il crée ses tableaux ; Wassily Kandinsky, le pionnier de la peinture abstraite né en Russie, qui, dans ses peintures vivantes, utilise des couleurs éclatantes en raison de l'effet « sonore » qu'elles produisent ; Ludwig Mies van der Rohe, impérieux, souvent cassant, qui devient le dernier directeur du Bauhaus, jusqu'à la fermeture de l'école par la Gestapo en 1933.
    En nous entraînant dans l'intimité de la vie et de l'oeuvre de ces grands artistes, Weber réalise un portrait de groupe magistral où transparaît toute la passion avec laquelle ils ont, finalement, réussi à révolutionner l'art et l'architecture.
     

empty