Myriel

  • Essentielle à la compréhension du XVIIe siècle, La Fronde demeure un évènement politique complexe à étudier. Pourtant, Voltaire, tout à la rédaction du siècle de Louis XIV n'hésita pas à relever le défi. En une économie de mots, conteur fabuleux d'intelligence et d'érudition, Voltaire cerne tous les tenants et aboutissants de la grande révolte nobiliaire que connût la régence d'Anne d'Autriche.
    Les rapports de pouvoir, les attentes de la noblesse, l'intelligence manoeuvrière de Mazarin, les trahisons des uns, les espoirs bafoués des autres, les périls ayant traumatisé le jeune roi, le tableau des idées, des écrits, des croyances que le grand évènement engendra ; Voltaire brasse tout pour son oeuvre d'historien. Entre littérature et réflexion, son idéal politique du despotisme éclairé toujours à portée de démonstration, Voltaire écrit sur un autre siècle pour mieux penser le sien. En ressort un livre exceptionnel, sans conteste l'un des plus aboutis à avoir été écrit sur la question. En ressort un classique, tout simplement.

  • L'affaire de La Barre

    Voltaire

    • Myriel
    • 7 Juillet 1905

    1766 : L'affaire Sirven occupe toujours un Voltaire déjà plus que septuagénaire. D'Abbeville, arrive une rumeur : un jeune homme d'un peu plus de vingt ans, François-Jean Lefebvre de La Barre vient d'être exécuté pour blasphème et impiété : commence, pour Voltaire, l'affaire de La Barre. Ce dont fut accusé le jeune homme est presque insignifiant : il aurait tailladé une effigie du christ ; par le passé, le jeune avait déjà fait des siennes en refusant de retirer son chapeau au passage d'une procession. De La Barre, adolescent provocateur, esprit insolent ; comme il sied à son âge, n'a guère fait plus que cela.
    Son dossier d'accusation repose sur la rancune d'un homme, le maire et enquêteur de la ville ; sur de la bêtise, sur du conservatisme, ainsi que sur quelques rumeurs ; sur les deux-cents témoins convoqués, seuls trois sont de vrais témoins oculaires. Qu'importe ! C'est à la condamnation qu'on le voue : sa mise à mort sera d'une barbarie sans nom. De La Barre reste dans l'histoire judiciaire française comme le dernier homme condamné pour blasphème. Voltaire, défenseur acharné de sa mémoire, de sa cause ; auteur restituant l'endurance de son calvaire a passé plus de dix ans de sa vie à plaider les louanges du martyr. Il en ressort un corpus de textes, de lettres, d'appels, de cris, de rage d'une terrible actualité.

empty