Littérature générale

  • Fortune lointaine

    Roger Béteille

    • Hachette littératures (réédition numérique fenixx)
    • 24 Novembre 2017

    Cet ouvrage est une réédition numérique d'un livre paru au XXe siècle, désormais indisponible dans son format d'origine.

  • XXX

    Xxx

    • Hachette (réédition numérique fenixx)
    • 18 Septembre 2015

    De la conquête de l'espace à la réservation de billets, en passant par la musique haute fidélité, la carte de crédit et les armements, il n'est guère de domaine que l'électronique ne soit en train de transformer, et même de révolutionner. On sait moins les énormes enjeux industriels, politiques et stratégiques de cette révolution qui bouleverse le paysage économique mondial... À la traditionnelle supériorité américaine répond l'offensive spectaculaire du Japon ; quant à l'Europe, balkanisée, son déclin n'est peut-être pas irrésistible. Voici, pour la première fois, une vision géopolitique de l'électronique mondiale, dénouant l'écheveau des alliances et des conflits dans un domaine en perpétuelle évolution.

  • La Littérature latine (1)

    Jean-Pierre Néraudau

    • Hachette éducation (réédition numérique fenixx)
    • 9 Octobre 2015

    Cet ouvrage suit pas à pas la littérature latine qui, apparue au IIIe siècle avant notre ère, produit moins de deux siècles plus tard les oeuvres de Cicéron et de Virgile. Empruntant aux critiques anciens leurs propres conceptions de l'histoire littéraire, l'auteur met en évidence la théorie de l'imitation qui régit le fait littéraire dans l'Antiquité. En s'appuyant sur de nombreux textes cités en latin et en traduction, qui permettent de faire entendre le latin, il montre comment s'élaborait cette littérature, qui tire son originalité et sa richesse d'un perpétuel jeu de références, tant au grec qu'à elle-même. Cette histoire donne ainsi les clés du modèle littéraire, qui sera celui de la civilisation occidentale jusqu'à la fin du XVIIIe siècle. Ce premier tome concerne la période des fondations, depuis Livius Andronicus et son Odyssée imitée d'Homère, jusqu'à la refondation entreprise par Virgile au moment où la République cède le pas à l'Empire. Destiné à un public d'étudiants, cet ouvrage s'adresse, plus généralement, à tous les amateurs de littérature.

  • Le père Goriot, de Balzac

    Rene Quinsat

    • Hachette (réédition numérique fenixx)
    • 29 Juin 2020

    Cet ouvrage est une réédition numérique d'un livre paru au XXe siècle, désormais indisponible dans son format d'origine.

  • Richelieu

    , ,

    • Hachette (réédition numérique fenixx)
    • 29 Juin 2020

    Cet ouvrage est une réédition numérique d'un livre paru au XXe siècle, désormais indisponible dans son format d'origine.

  • Les théories de l'action

    Collectif

    • Hachette (réédition numérique fenixx)
    • 18 Septembre 2020

    Cet ouvrage est une réédition numérique d'un livre paru au XXe siècle, désormais indisponible dans son format d'origine.

  • L'après-télévision

    ,

    • Hachette (réédition numérique fenixx)
    • 11 Septembre 2020

    La technologie permet, actuellement, de nouvelles possibilités de transmission d'images : câbles ; satellites, vidéogrammes qui, tous, aboutissent à l'écran de télévision et qui donneront naissance à des télévisions parallèles, différentes de celles d'aujourd'hui.
    Que seront-elles ? Quels seront les programmes ? Qui les créera ?
    Cet ouvrage, fruit de la réflexion collective d'experts internationaux, qui ont confronté leurs prévisions, répond à ces importantes questions. Il fait aussi le point du développement de ces nouveaux canaux, ainsi que des expériences déjà réalisées dans certains pays : télévision communautaire, télévision de service, vidéo libre, vidéographe, feed-back et éducation multimédia.
    Mais il va plus loin. Il définit les objectifs, suggère des stratégies, propose des moyens de développement. Les télévisions parallèles peuvent apporter le meilleur ou le pire...
    Tout dépend de la façon dont elles seront utilisées.

  • Hannibal

    Gilbert Charles-Picard

    • Hachette (réédition numérique fenixx)
    • 4 Septembre 2020

    Un buste d'Hannibal trouvé à Volubilis et des monnaies à son effigie, détruisent la légende qui fit du chef carthaginois de la seconde guerre Punique, la brute décrite par les Romains, ses ennemis. Hannibal, le vainqueur de la Trébie, du lac Trasimène et de Cannes, qui partit d'Espagne avec ses légions et ses éléphants pour envahir l'Italie, était - en 218 avant Jésus-Christ quand il quitta Carthagène - un homme de vingt-six ans, grand, fort, au visage d'une grâce un peu molle, dont les yeux lançaient une flamme menaçante sous un front têtu. Le « cyclope » dont parle Juvénal, c'est bien lui, mais plus tard, lorsqu'une ophtalmie contractée en Étrurie lui fit perdre un oeil. L'Hannibal de M.G. Charles-Picard n'est pas seulement le portrait haut en relief de ce Barcide aventureux, mais aussi - avec une grande somme de connaissances - le tableau de l'atmosphère complexe des deux grandes guerres Puniques, où Carthage et Rome se disputèrent l'hégémonie méditerranéenne. La seconde guerre, qui dura de 219 à 201 avant Jésus-Christ, fut une guerre d'usure, qui s'acheva lorsque Scipion porta le combat en Afrique. Hannibal, à la tête de troupes rassemblées en hâte, fut vaincu à Zama, dans l'été de 202, et s'enfuit. Il se réfugia en Bithynie, auprès du roi à qui il offrit ses services mais, trahi par lui et sur le point d'être livré aux Romains, il s'empoisonna en 183 avant Jésus-Christ. Le fils d'Amilcar avait alors soixante-trois ans. Au terme de ce livre, synthèse de tout ce qui a été écrit et découvert sur Hannibal, on ne peut que poser la question : et si Tite-Live et Polybe avaient menti ?

  • Franco est mort dans son lit

    Carlos Semprun-Maura

    • Hachette (réédition numérique fenixx)
    • 4 Septembre 2020

    Quarante ans durant, les soi-disant révolutionnaires, et d'abord les Communistes, ont annoncé pour demain l'effondrement du régime de Franco. Le dictateur mort de mort naturelle, les voilà qui collaborent avec la monarchie. Et tant pis pour les exilés, les clandestins, les militants ! C'est que l'Espagne, pendant longtemps mirage historique de la Gauche, s'est installée dans le conformisme industriel, dont la grisaille a recouvert le sang, l'or et les illusions d'une génération. Carlos Semprun Maura a connu l'exil, le communisme, la clandestinité, les illusions gauchistes, la littérature, le journalisme et l'amitié. Son aventure personnelle croise l'évolution de l'Espagne depuis un demi-siècle.

  • Édouard VII

    Philippe Jullian

    • Hachette (réédition numérique fenixx)
    • 4 Septembre 2020

    Cet ouvrage est une réédition numérique d'un livre paru au XXe siècle, désormais indisponible dans son format d'origine.

  • De Chaillot à Chaillot

    ,

    • Hachette (réédition numérique fenixx)
    • 4 Septembre 2020

    Chaillot c'est, à Paris, une colline : la colline du théâtre. Territoire détourné du XVIe arrondissement, Jean Vilar y établit, en 1951, son Théâtre national populaire, le T.N.P. de Chaillot à Chaillot. Pour une génération, celle d'Antoine Vitez et celle d'Émile Copfermann, le T.N.P. a constitué, en quelque sorte, une enfance du théâtre. On revient, dit-on, sur les pas de son enfance. Est-ce vrai ou non ? Personne ne sait vraiment, mais le hasard a tout de même fait que Chaillot a ponctué la vie théâtrale d'Antoine Vitez, en partie celle d'Émile Copfermann, puisqu'ils se connurent aux aubes du T.N.P. de Vilar, et par lui. En novembre 1981, trente ans après Vilar, Vitez ouvre son Chaillot, devenu Théâtre national. Le prétexte était donc bon pour réfléchir à deux sur le théâtre, et sur la vie qu'on y joue : sur la vie théâtrale. Sur ce qui fait vivre et sur l'avenir, sur ce qu'on aime et ce qu'on déteste, quand on s'intéresse au monde comme il va. Par la force des choses, De Chaillot à Chaillot retrace ainsi plusieurs aventures. L'ancienne : comment on se consacre au théâtre et ce qui en résulte quand, comme Vitez, on est acteur, metteur en scène, traducteur, poète. La nouvelle, qui entrelace l'autre, les spectacles en cours, comment ils avancent et comment le monde y donne son mot, ou pas.

  • Délirant Brésil ?

    Pierre Rondiere

    • Hachette (réédition numérique fenixx)
    • 4 Septembre 2020

    De Copacabana au coeur de l'Amazonie, en passant des plages de sable blanc - frangées de palmiers soyeux - à l'« enfer vert » saturé de moustiques, de Rio de Janeiro - grouillante - au vide menaçant de la plus grande forêt du monde, Pierre Rondière nous emmène de la joie énorme du Carnaval au désespoir des riverains de l'Amazone, le fleuve-mer..., à la découverte d'un Brésil inconnu, contradictoire, violent et attachant. Du cabinet, à Brasilia, du président de la République à une cérémonie rituelle et magique de Noirs à Bahia, des mangeurs de terre de Recife aux assoiffés du polygone de la sécheresse, des propriétaires terriens armés aux paysans en révolte, des affamés du Coque aux foreurs de pétrole d'Amazonie, des élégantes de Rio aux cadavres vivants de l'hôpital de Bélem, ce n'est pas seulement une fresque trépidante et contrastée que trace Pierre Rondière, mais une enquête passionnée qu'il mène jusque dans les coulisses de l'économie et de l'armée, n'épargnant aucune réalité dans la lumière crue de la vérité. Dans une langue riche et mouvante, comme le Brésil lui-même, sachant atteindre une âpre poésie aussi bien que la rude précision d'un communiqué, une question est posée : que va devenir le Brésil, qui comptera cent cinquante millions d'habitants en 1980 ? Dix, vingt réponses s'entrecroisent et se juxtaposent car, ici, le Brésil et les Brésiliens ont, délibérément, la parole. L'auteur, quant à lui, affirme que dans vingt années, au-delà des péripéties militaires, le Brésil sera parmi les Cinq Grands de notre planète.

  • Don Juan d'Autriche

    Henri Cambon

    • Hachette (réédition numérique fenixx)
    • 4 Septembre 2020

    Cet ouvrage est une réédition numérique d'un livre paru au XXe siècle, désormais indisponible dans son format d'origine.

  • Amours et prisons

    Paul Rival

    • Hachette (réédition numérique fenixx)
    • 4 Septembre 2020

    L'histoire du baron de Trenck, de cet aventurier naïf, de ce Don Juan prussien et ingénu, a-t-elle inspiré à Voltaire les premiers chapitres de son Candide ? Peut-être. Candide est, par sa mère, bâtard de la maison de Thunder-ten-Tronck. Et Tronck n'est pas très différent de Trenck. Candide aime Mlle Cunégonde, fille plus noble que lui ; Frédéric de Trenck, simple baron, se permet d'aimer la princesse Amélie de Prusse. Le père de Cunégonde chasse Candide à coups de pied dans le derrière ; le frère d'Amélie, Frédéric II, après avoir semblé aimer Trenck presque aussi tendrement que sa soeur, lui fait expier son offense, ou de plus mystérieuses déceptions, par neuf années de cachot et des tortures inouïes. Pendant neuf ans, Trenck a vécu enchaîné, nourri de pain et d'eau, les pieds sur une dalle sépulcrale où son nom était inscrit. Presque autant que le héros de Voltaire, Frédéric de Trenck méritait de s'appeler Candide. Échappé à Frédéric II après une détention - bien anodine celle-là - il court l'Europe à la recherche de la fortune. On le voit à la cour de Vienne, dévote, hypocrite et parfois tragique, à la cour de Russie, ardente, barbare, corrompue. Il plaît aux femmes et connaît des aventures à la Casanova ; puis, un jour, follement, s'imaginant que Frédéric l'aime encore, fasciné par lui comme un étourneau, il vient se jeter dans ses griffes. Et l'implacable châtiment commence. Dans les châteaux royaux de Prusse, cependant, une lutte sourde s'engage entre Frédéric et sa soeur, lutte dont on n'a jamais percé le secret, mais qui conduit Amélie, dans sa violence et dans son impuissance, à se venger de la cruauté de Frédéric sur elle-même, à absorber des drogues qui lui ruinent le corps, et à se brûler à demi les yeux. De ce sombre drame, Trenck ne comprend rien. Délivré enfin, quand Frédéric, ayant fait d'Amélie un fantôme, ne trouve plus aucun plaisir à le martyriser ou à l'avilir, Trenck rentre dans le monde vivant, aussi étourdi qu'avant sa captivité. Pendant de nombreuses années, il papillonne. Toute vie sérieuse l'ennuie. Il achète des terres ; mais ses expériences ratent. Il ne sait pas « cultiver son jardin » ; et il recommence ses farandoles jusqu'au jour - plus de trente ans plus tard - où, la Révolution française le fascinant comme le roi si étrange de Potsdam l'avait fasciné, il vient à Paris, est happé par le nouveau monstre, et finit par être jeté à la guillotine, en thermidor, sur la Place du Trône renversé. Livre écrit librement, par un homme qui a le sens de la vie, qui craint par-dessus tout la pesanteur, qui a osé mettre en épigraphe à l'un de ses volumes antérieurs cette phrase de Voltaire : « Pour l'histoire, ce n'est après tout qu'une gazette ; la plus vraie est remplie de faussetés, et elle ne peut avoir de mérite que celui du style. » Paul Rival, auteur d'une célèbre Reine Margot, d'un César Borgia, d'un Henri VIII, etc., est un isolé qui n'a guère cherché les suffrages. Pourtant, Léautaud, critique peu suspect de tendresse et qui ne l'avait jamais vu, écrivait peur lui-même dans son Journal, en 1949, à propos d'une édition de Benjamin Constant qu'il venait de relire : « L'introduction de Paul Rival est remarquable. La littérature de ce temps-là, 1928 (je parle pour Paul Rival), valait mieux que celle d'aujourd'hui, savoir et langue, et avait un autre intérêt. Colette, qui ne l'avait jamais rencontré, elle non plus, lui écrivait, après avoir lu son premier livre : « Je détestais l'histoire, et vous me la faites aimer. »

  • Canada

    Pierre Melese

    • Hachette (réédition numérique fenixx)
    • 4 Septembre 2020

    Cet ouvrage est une réédition numérique d'un livre paru au XXe siècle, désormais indisponible dans son format d'origine.

  • Aux marges de l'école

    ,

    • Hachette (réédition numérique fenixx)
    • 4 Septembre 2020

    Comme aux blancs du cahier, parfois les griffonnages d'un écolier facétieux, voici de courtes histoires pour dire, avec bonne humeur, ce qui s'oublie dans le discours sérieux des institutions. Ce qui concerne le corps, la vie quotidienne, ce qui, longtemps menus détails, gagne de l'importance dans la réflexion des pédagogues d'aujourd'hui. Tout ce qui peut s'enrichir d'expériences vécues ailleurs, tout près, au loin, hors les murs, facettes d'une réalité : celle des enfants et des adultes que demeurent, les portes franchies, élèves et enseignants. Histoires à sourire, à réfléchir, par-delà tout fatalisme institutionnel. Histoires à agir, histoires-déclencheurs d'un autre regard, d'autres pratiques, d'autres relations. Parcours double des lieux et des temps éducatifs. Un livre qui souhaite, d'un texte à l'autre et d'écho en écho, contribuer à l'éveil d'une éducation nouvelle.

  • Chopin

    Andre Lavagne

    • Hachette (réédition numérique fenixx)
    • 4 Septembre 2020

    Cet ouvrage est une réédition numérique d'un livre paru au XXe siècle, désormais indisponible dans son format d'origine.

  • Grace de Monaco

    Pierre Galante

    • Hachette (réédition numérique fenixx)
    • 2 Octobre 2020

    La princesse Grace séduisait, fascinait. Elle avait été une grande actrice. Elle était la première star américaine à être devenue princesse. Elle avait mis sa vie au service des autres, de ses enfants, de son mari, de son royaume, de la culture et de la charité. Le bonheur était sa seule ambition. Une très grande dame nous a quittés. Ce livre retrace sa vie en cent photographies : sa carrière, son mariage, sa famille, sa vie officielle... À travers ces remarquables documents, on suit, non sans émotion, le plus beau des contes de fées des temps modernes.

  • La Passagère

    Jeanne Cordelier

    • Hachette (réédition numérique fenixx)
    • 25 Septembre 2015

    Dans la chambre d'un hôtel de Manhattan, une femme attend et rêve. Elle est venue aux États-Unis tenter de sauver l'homme qu'elle aime, arrêté par les agents du Narcotic Bureau pour trafic de stupéfiants. Cette femme, Sara, est l'enjeu d'une partie mortelle entre la police américaine qui a besoin de son témoignage et la mafia qui veut s'assurer de son silence. Environnée de violence et de nuit, traquée par une multitude de voix hostiles, Sara se réfugie dans le secret de son passé, elle laisse ses voix intimes reconstituer le puzzle de ses passions, de sa traversée des mondes de la drogue, de la prison, des flics, en France, en Italie, aux États-Unis. Ce roman est un voyage au bout de la mémoire, mais aussi le portrait d'une femme au milieu des hommes, acharnée à survivre parce qu'elle combat pour son amour. Cette femme nous en rappelle une autre, l'héroïne de La Dérobade, le premier livre de Jeanne Cordelier.

  • Malparade

    Jeanne Cordelier

    • Hachette (réédition numérique fenixx)
    • 17 Décembre 2015

    La Malparade, c'est l'art de rater sa vie, de prendre les choses à l'envers, de ne jamais éviter le pire. C'est aussi, dans ce livre, la chronique dérisoire et sublime d'un jeune homme rêveur qui n'ignore rien du désespoir, ni des vagues de lumière qui inondent parfois les jours ordinaires. Son histoire ? Elle se déroule, d'un seul souffle, dans une zone hérissée de béton et d'ordures, entre un samedi matin et un dimanche soir, offrant au destin une poignée d'heures afin qu'il accomplisse sa besogne. Il y a là Rosa, la mère, qui croit que Venise se trouve quelque part dans le ciel, il y a une inconnue entrevue dans une charcuterie et qui ressemble à la Béatrice de Dante, un chien distraitement célinien, des souvenirs défaits, des foisonnements d'illusions, des fêtes de famille. Tout cela compose dans l'oeil du narrateur - un petit roupiot qui se languit après l'extase - un univers singulier où la réalité hésite, vacille et se disperse. Partout à l'entour, le monde, ses plaisirs inutiles et détaillés ici par une écriture absolument sensuelle. Après La Dérobade, La Passagère et Chez l'Espérance, Jeanne Cordelier nous donne, avec Malparade, son roman le plus délirant, le plus pur.

  • Une journée dans le détroit

    Emmanuel Hocquard

    • Hachette (réédition numérique fenixx)
    • 24 Août 2015

    Trois personnages ont pris la mer pour une journée dans le détroit. Le quatrième est resté à terre.

  • Suite

    Roger Laporte

    • Hachette (réédition numérique fenixx)
    • 17 Décembre 2015

    Poursuivre. - Poursuivre, il le faut, mais pourquoi ? - Telle est l'injonction pure qui commande, mais au défaut de toute autorité, ce livre ; qui le mine aussi bien, et l'exténue comme tel, -le délivrant là, chose de discours brève, désolée, à peine encore assortie d'un nom (mais saura-t-on jamais qui a écrit ces pages ?) et d'un titre : la suite, la simple suite. Depuis bientôt dix ans Roger Laporte poursuit, en effet, avec une obstination étrange, peut-être incompréhensible (folle), une même entreprise. Elle s'intitulait à l'origine Fugue, et c'était déjà, sous le signe d'une définition retrouvée dans Rousseau, une manière de poursuite : il s'agissait de traquer, dans le geste même et le temps de l'écriture, l'insaisissable genèse, la toujours fuyante essence du jeu insensé. Non pas, donc, comme on s'est empressé de le croire, d'écrire sur l'écriture [...] mais plutôt d'écrire l'écriture, ce qui n'est pas la réfléchir déjà existante, mais l'inventer encore inconnue, en faire l'expérience nue et primitive. Entreprise impossible, dès son principe. Mais cela fait bientôt dix ans que Roger Laporte la poursuit. [...] Qu'on n'imagine pas cette entreprise abstraite. Qu'on lise, au contraire, simplement : cette douleur, cette suffocation, ce vacillement perpétuel de la certitude, cet appauvrissement de la force, cette dérobade de toute sanction (la mort qui tarde à venir et la folie qui ne se déclare pas), c'est une vie - c'est la vie se défaisant, ne parvenant pas à se faire, se décrivant sans relâche : le chant pur, le chant pervers d'une parole sans soutien. Texte de tourment. La suite, probablement, de ce que nous appelons encore la littérature. Philippe Lacoue-Labarthe

  • Les Koalas

    Sabine Cayrol

    • Hachette (réédition numérique fenixx)
    • 24 Août 2015

    L'amour et le Sud. Le Sud et la politique. La politique et l'érotisme. L'érotisme et la violence. La violence larvée des lieux où il ne se passe rien, des êtres en apparence bien ordinaires. Le décor baroque des bords de la Méditerranée se prête à l'épopée de Roger Roussille, que rien ne prédisposait à assumer une terrible destinée, et chez qui tout pourtant était contenu. Autrefois, Roger Roussille eût pu vivre et mourir dans cet univers où il n'était pas reconnu, où personne n'est reconnu à l'exception de quelques individus qui ponctuent toute génération. C'était d'abord par l'amour, dans la fraternité de l'amour, qu'il lui fallait puiser et savourer le sens de sa vie. Simplicité de la réflexion. Il était devenu un koala qu'on aurait privé de son eucalyptus et, comme lui, il ne pouvait pas encore grimper et s'agripper à un autre arbre. Ses griffes n'étaient pas conçues pour la terre ferme ni pour une autre écorce. Il ne pouvait pas encore se nourrir d'autres feuilles. Ce n'était pas facile d'aimer Yvette bien qu'il sût, aussitôt, toute sa confiance éveillée, qu'elle l'aimait irrémédiablement. Un nouveau regard sur le vice et la vertu.

  • La Galerie des glaces ou les Caractères de notre temps

    Pierre Daninos

    • Hachette (réédition numérique fenixx)
    • 24 Août 2015

    Comment ne pas mesurer la désespérance où cette constatation plonge son auteur ? Le désespoir, chez La Bruyère, n'a pas duré plus de cinq minutes, car ayant ainsi démontré la vanité de toute entreprise, il n'a pas hésité à s'y mettre et à écrire Les caractères. Quel exemple pour tous ceux qui, comme moi, ne sont pas lui ! Cela m'a donné du courage. L'illustre aîné y incitait : dans cent ans, disait-il, ce sera le même théâtre, ce ne seront plus les mêmes acteurs. Il s'avance déjà d'autres hommes qui vont jouer les mêmes rôles. À trois siècles de distance, voici ceux que j'ai vus dans cette Galerie des glaces où se mirent un coiffeur et un académicien, une secrétaire et un prince noir, un P.-D.G., un stratège de boudoir, un aigri, des satisfaits, et beaucoup d'autres...

empty