Éditions Thélème

  • C'est l'histoire d'un père qui élève seul ses deux fils. Les années passent et les enfants grandissent. Ils choississent ce qui a de l'importance à leurs yeux, ceux qu'ils sont en train de devenir. Ils agissent comme des hommes. Et pourtant, ce ne sont encore que des gosses. C'est une histoire de famille et de convictions, de choix et de sentiments ébranlés, une plongée dans le coeur de trois hommes.
    Laurent Petitmangin, dans ce premier roman fulgurant, dénoue avec une sensibilité et une finesse infinies le fil des destinées d'hommes en devenir. Il a reçu le Prix Femina des Lycéens, le Prix littéraire Georges-Brassens ainsi que le Prix Stanislas du premier roman.

  • Dans un univers absurde et surréaliste, l'auteur met en place une forme de fatalité tragique où toutes choses se confondent dans une trajectoire morbide qui ne laisse aucune place à l'amour et à la beauté. La maladie et l'obsession avalent tout. " Pourquoi ça ne suffit pas de toujours rester ensemble, il faut encore qu'on ait peur ", se demande Colin. L'Écume des jours de Boris Vian paraît en 1947.

  • Selon la formule de Balzac, Illusions perdues est : « l'oeuvre capitale dans l'oeuvre », dédiée à Victor Hugo et clef de voute de "La comédie humaine".
    Paru entre 1799 et1850 le roman se subdivise en trois parties, Les Deux Poètes, , Un grand homme de province à Paris et Les Souffrances de l'inventeur.
    Deux amis, deux héros, David qui reprend l'imprimerie provinciale de son père et Lucien fils de pharmacien qui rêve d'une carrière de poète et tente sa chance à Paris.
    Par cette fresque sur les milieux de l'imprimerie, de la librairie, de la littérature et du journalisme, Balzac nous donne à découvrir une époque, une société avec ses ambitions, ses réussites, ses travers et ses désillusions.
    Lu par Pierre-François Garel, égal à lui même, vif, intuitif et captivant.

  • Selon la formule de Balzac, Illusions perdues est : « l'oeuvre capitale dans l'oeuvre », dédiée à Victor Hugo et clef de voute de "La comédie humaine".
    Paru entre 1799 et1850 le roman se subdivise en trois parties, Les Deux Poètes, , Un grand homme de province à Paris et Les Souffrances de l'inventeur.
    Deux amis, deux héros, David qui reprend l'imprimerie provinciale de son père et Lucien fils de pharmacien qui rêve d'une carrière de poète et tente sa chance à Paris.
    Par cette fresque sur les milieux de l'imprimerie, de la librairie, de la littérature et du journalisme, Balzac nous donne à découvrir une époque, une société avec ses ambitions, ses réussites, ses travers et ses désillusions.
    Lu par Pierre-François Garel, égal à lui même, vif, intuitif et captivant.

  • À la ferme du Manoir, c'est la révolution : les animaux ont pris le pouvoir. Désormais, ils ne travailleront que pour eux-mêmes, et bâtiront ensemble un avenir radieux. Désormais, ils ne connaîtront plus de maître, car tous les animaux sont égaux. Ou, du moins, presque tous

    Cette nouvelle traduction restitue toute la verve satirique d'une fable politique magistrale. Tristement intemporelle et terriblement drôle, La Ferme des animaux n'a pas fini de faire réfléchir les Hommes.

    + Étude de l'oeuvre
    parcours de lecture
    microlectures

    + Groupements de textes
    l'art oratoire
    regards sur la tyrannie

    + Histoire des arts
    autour de l'anthropomorphisme
    manipulation et propagande
    un livre, un film : Le Dictateur de Charlie Chaplin

    + Éducation aux médias et à l'information.

  • Stupeur sur le paquebot qui transporte de distingués voyageurs de New York à Buenos Aires ! Un mystérieux « Me B. » parvient à l'emporter sur le champion du monde en titre du jeu d'échecs. D'où lui vient ce talent, lui qui dit n'avoir pas touché un plateau à damiers depuis plus de vingt ans ? Et quels terrifiants souvenirs assombrissent cette victoire ?
    Illustration du raffinement de la barbarie nazie, doublée d'une oeuvre de fiction savamment orchestrée, cette nouvelle que Zweig rédige un an avant de se donner la mort, le 22 février 1942, a valeur de témoignage historique.

    Présentation, notes, dossier et cahier photos par Fabien Clavel.
    Illustration : Laurent Rivelaygue © Flammarion

  • Au coeur d'une Afrique ancestrale, le vieux Tsongor, Roi de Massaba, souverain d'un empire immense, s'apprête à marier sa fille. Mais au jour des fiançailles, un deuxième prétendant surgit. La guerre éclate : c'est Troie assiégée, c'est Thèbes livrée à la haine. Le roi s'éteint mais ne peut reposer en paix dans sa cité dévastée. À son plus jeune fils, Souba, échoit la mission de parcourir le continent pour y construire sept tombeaux à l'image de ce que fût le vénéré - et aussi le haïssable - Roi Tsongor. Roman des origines, récit épique et initiatique, La mort du Roi Tsongor de Laurent Gaudé déploie dans une langue enivrante les étendards de la bravoure, la flamboyante beauté des héros, mais aussi l'insidieuse révélation, en eux, de la défaite. Telle est peut-être l'essence même de la tragédie. Prix LIRE DANS LE NOIR 2012, Prix Goncourt des lycéens 2002.
    ©2002 Actes Sud (P)

  • Parce qu'un viol a fondé leur lignée, les Scorta sont nés dans l'opprobre. À Montepuccio, leur petit village d'Italie du sud, ils vivent pauvrement, et ne mourront pas riches. Mais ils ont fait voeu de se transmettre, de génération en génération, le peu que la vie leur laisserait en héritage. ©2006 Actes Sud (P)

  • "J'avais alors vingt ans, et la modernité m'est apparue comme une immense imposture." Dans cet ouvrage, Pierre Rabhi apporte son témoignage sur ce qu'il appelle la "sobriété heureuse", prise en tant que réelle valeur de bien-être, force de libération physique et morale. Il expose de manière claire les failles de la société actuelle et nous invite, à réfléchir à une nouvelle forme de société, différente dans ses valeurs, dans les relations humaines et dans le lien à la Terre. Pierre Rabhi nous fait valoir qu'un autre monde est en train de se créer, il nous invite à sortir du mythe de la croissance indéfinie, à inaugurer une nouvelle éthique de vie vers une sobriété tranquille et heureuse.  © 2010 Actes Sud (P)

  • Eldorado

    Laurent Gaudé

    Gardien de la citadelle Europe, le commandant Piracci navigue depuis vingt ans au large des côtes italiennes, afin d'intercepter les embarcations des émigrants clandestins. Dans le même temps, au Soudan, deux frères (bientôt séparés par le destin) s'apprêtent à entreprendre le dangereux voyage vers le continent de leurs rêves, l'Eldorado européen... Parce qu'il n'y a pas de frontière que l'espérance ne puisse franchir, Laurent Gaudé fait résonner la voix de ceux qui, au prix de leurs illusions, leur identité et parfois leur vie, osent se mettre en chemin pour s'inventer une terre promise. ©2006 Actes Sud (P)

  • Confiteor

    Jaume Cabré

    Confiteor défie les lois de la narration pour ordonner un chaos magistral et emplir de musique une cathédrale profane. Sara, la femme tant aimée, est la destinataire de cet immense récit relayé par Bernat, l'ami envié et envieux dont la présence éclaire jusqu'à l'instant où s'anéantit toute conscience. Alors le lecteur peut embrasser l'itinéraire d'un enfant sans amour, puis l'affliction d'un adulte sans dieu, aux prises avec le Mal souverain qui, à travers les siècles, dépose en chacun la possibilité de l'inhumain à quoi répond ici la soif de beauté, de connaissance et de pardon, seuls viatiques, peut-être, pour récuser si peu que ce soit l'enfer sur la terre. ©2013 Actes Sud (P), Traduit du catalan par Edmond Raillard (Grand Prix SGDL de traduction 2013 pour l'ensemble de son oeuvre de traducteur et à l'occasion de sa traduction du catalan de Confiteor de Jaume Cabré).

  • Chef-d'oeuvre de la littérature russe, livre culte à travers le monde, Le Maître et Marguerite dénonce dans un rire féroce les pouvoirs autoritaires, les veules qui s'en accommodent, les artistes complaisants, l'absence imbécile de doute.
    Moscou, années 1930, le stalinisme est tout puissant, l'austérité ronge la vie et les âmes, les artistes sont devenus serviles et l'athéisme est proclamé par l'État. C'est dans ce contexte que le diable décide d'apparaître et de semer la pagaille bouleversant les notions de bien, de mal, de vrai, de faux, jusqu'à rendre fou ceux qu'il croise.
    André Markowicz, qui en retraduisant les oeuvres de Fiodor Dostoïevski leur a rendu toute leur force, s'attaque à un monument littéraire et nous restitue sa cruauté première, son souffle romanesque, son universalité.

  • L'appel de la foret

    Jack London

    Buck est un chien de compagnie qui vit une paisible existence chez son maître. Tout bascule lorsqu'il est enlevé puis vendu à un maître de chiens de traîneau qui l'emmène dans le grand Nord. Il doit alors apprendre à se battre contre le froid et contre les autres, pour imposer sa place dans la meute. Peu à peu, ses instincts naturels refont surface et Buck devient ce qu'il a toujours été sans le savoir : un animal sauvage qui ne cherche pas la compagnie des hommes. L' Appel de la forêt est le roman le plus célèbre de Jack London. © Nathan (P)

  • Un beau matin, Gregor Samsa, fils d'une famille de petits-bourgeois à l'existence médiocre, se réveille changé en un coléoptère monstrueux. Face à cette transformation aussi soudaine qu'inexplicable, c'est le comportement de tout son entourage qui se métamorphose...Régi de bout en bout par une implacable logique, La Métamorphose (1915), récit cocasse et terrifiant, est le plus célèbre des textes de Kafka.

  • Jusqu'à deux ans et demi, Amélie se décrit comme un tube digestif, inerte et végétatif. Puis vient l'événement fondateur qui la fait chuter dans l'univers enfantin. Durant six mois s'ensuit la découverte du langage, des parents, des frères et soeurs, des nourrices japonaises, du jardin paradisiaque, des passions (le Japon et l'eau), des dégoûts (les carpes), des saisons, du temps.Tout ce qui, à partir de trois ans, constitue la personne humaine à jamais. Car à cet âge-là, tout est joué, le bonheur comme la tragédie... Tel est le message que nous envoie ce bébé à l'oeil noir observant fixement le monde avec acuité. Une acuité doublée d'un sens de l'ironie à la fois amusée et désespérée qui fait la singularité d'Amélie Nothomb.

  • Croc-Blanc

    Jack London

    Croc-Blanc, un jeune chien-loup, vit en proie aux méchancetés d'hommes obnubilés par une ruée impitoyable vers l'or. Il en vient même à risquer sa vie et c'est alors qu'enfin les hommes vont lui montrer un autre visage de l'humanité. 
    Adaptation Rémi Simon, © Éditions Nathan 1980, Rouge et Or 2008(P)

  • Moby Dick

    Herman Melville

    Moby Dick est le nom d'un cachalot que le capitaine Achab traque depuis toujours sur son baleinier le Péquod. Tous les marins présents dans le bateau de chasse ont une histoire, que nous raconte le héros, Ismaël. La traversée en mer devient une épopée pour tous ces hommes, en quête d'aventures ! ©Nathan (P)

  • Si vous le lisez avec l'espoir de trouver dans J'irai cracher sur vos tombes quelque chose capable de mettre vos sens en feu, vous allez drôlement être déçu.
    Si vous le lisez pour y retrouver la petite musique de Vian, vous l'y trouverez. Il n'y a pas beaucoup d'écrits de Vian dont il ne suffise de lire trois lignes anonymes pour dire tout de suite : «Tiens, c'est du Vian !» Ils ne sont pas nombreux, les écrivains dont on puisse en dire autant. Ce sont généralement ces écrivains-là qui ont les lecteurs les plus fidèles, les plus passionnés, parce que, en les lisant, on les entend parler. Lire Vian, lire Léautaud, lire la correspondance de Flaubert, c'est vraiment être avec eux. Ils ne truquent pas, ils ne se déguisent pas. Ils sont tout entiers dans ce qu'ils écrivent. Ça ne se pardonne pas, ça. Vian a été condamné. Flaubert a été condamné... Delfeil de Ton.

  • Illusions perdues intimide d'abord par ses proportions, par l'importance aussi que lui attribuait Balzac lui-même au sein de la Comédie humaine : ce roman, écrit-il, est « l'oeuvre capitale dans l'oeuvre ». Mettant en scène écrivains, actrices, libraires et imprimeurs, il propose une analyse cinglante du milieu de la presse - « ce cancer qui dévorera peut-être le pays » (Préface de 1839) - et d'un monde où seuls les plus cyniques tirent leur épingle du jeu.
    Dans ce récit d'apprentissage, Balzac trace de manière exemplaire le parcours négatif qui avait été, depuis Chateaubriand, et sera encore, jusqu'à Flaubert et Zola au moins, celui d'un certain XIXe siècle : l'initiation, par la souffrance et l'échec, à la dure loi du réel. Pour Lucien de Rubempré, échappé de son Angoumois natal, la leçon passe par Paris. Et Paris, révélateur impitoyable, dissipera les mirages provinciaux, offrant à Lucien, en guise de gloire rêvée, le sentiment de son néant et de sa solitude : cela s'appelle devenir adulte.

  • Pendant la Guerre de Sécession, les quatre filles du Docteur March se retrouvent privées de leur père parti combattre aux côtés des Nordistes. Mme March et ses quatre filles doivent alors affronter les difficultés de la vie quotidienne et surtout la peur de ne plus jamais revoir le Dr. March. Malgré tout, c'est dans la joie et l'innocence que Meg, Jo, Beth et Amy vont découvrir ensemble les bonheurs et les déceptions de la vie. © Nathan (P)

  • Et tu bois cet alcool brûlant comme ta vie Ta vie que tu bois comme une eau de vie. Premier recueil de poèmes d'Apollinaire, Alcools est publié en 1913, alors que certains poèmes du recueil ont été écrits dès 1902. Apollinaire y mêle différents motifs comme la souffrance amoureuse, la mélancolie et le passage du temps, la ville moderne, ou encore le quotidien dans son exploration des paysages rhénans. Le vers libre ainsi que l'absence de toute trace de ponctuation sont autant de marqueurs d'une poésie de la modernité qui donnera l'inspiration poétique à tout le courant surréaliste.

  • Alors qu'en 1943, face à une contraception défaillante, le souci de bien des femmes reste d'avoir un homme sans avoir d'enfant, celui de l'excentrique Jenny est d'avoir un enfant... Et surtout pas d'homme. Elle jette alors son dévolu sur le sergent technicien Garp, ";opérationnellement"; intact en dépit de son cerveau endommagé. De cette éphémère union naîtra S.T. Garp.  ©2006 Éditions du Seuil (P), Traduction Maurice Rambaud

  • - 53%

    « Pénélope, tu n'es pas ici par hasard. Tu veux vivre quelque chose, ton coeur brûle, ta tête t'assaille de réflexions, mais tu refuses d'aller plus loin,tu refuses de plonger. Tu restes spectatrice et tu rumines. C'est ça ton grand voyage ? Tu sais, chaque individu a un rôle à jouer. Chaque personne peut utiliser la force de son esprit pour devenir acteur de son existence et du monde qui l'entoure. Ensemble, à force de réflexions et d'actions, nous ferons de ces ruines un palais. » Ceci est une odyssée. Un périple au coeur de nos doutes, de nos errances, de nos tempêtes. Pénélope ne sait plus quel chemin de vie emprunter. Les questions existentielles la bousculent. Qui suis-je ? Où vais-je ? Quel sens donner à mes choix ? En quittant son amour, son travail et sa ville natale pour rejoindre la Grèce, elle part en voyage à travers elle-même, mais aussi à travers l'histoire de la philosophie.

  • La jeunesse dorée des golden-boys new-yorkais des années 1980 : l'argent et les filles abondent, tout est facile et superficiel. Patrick Bateman a 27 ans, et rien ne lui est impossible. À travers une écriture révolutionnaire, Bret Easton Ellis livre le récit désillusionné d'un homme pour qui le dernier after-shave acheté compte plus que le dernier clochard qu'il aura tué la veille. Un roman sombre et dérangeant où la violence et l'absence de morale forment la trame principale. ©1991 Éditions du Seuil / Curtis Brown (P), Traduction Alain Defossé

empty