Olivier Rey

  • En tant qu'il commande un respect absolu, le sacré se trouvait anciennement placé au dessus de la vie. C'est pourquoi il pouvait, le cas échéant, réclamer le sacrifice de celle-ci. Comment la vie nue en est-elle venue à prendre elle-même la place du sacré ?
    Au point que sa conservation, comme l'a montré la crise engendrée en 2020 par l'épidémie de coronavirus, semble bien être devenue le fondement ultime de la légitimité de nos gouvernements. Que cela apprend-il du rapport des populations à la politique, au pouvoir ? À quelles servitudes nous disposons-nous, si nous accordons à la « vie » la position suprême ?

  • Plus le monde menace de s'écrouler, plus il faut  abreuver les populations de promesses exorbitantes.  Tel est le rôle du transhumanisme,  qui prétend nous « augmenter », nous doter de  capacités faramineuses. Ces promesses sont autant de leurres, destinées à nous faire accepter  l'artificialisation croissante de nos vies.Se détourner ? Cela n'est pas si simple. Le  transhumanisme nous trompe parce qu'il joue  en nous sur des ressorts puissants. Se donner  une chance de désamorcer la fascination qu'il  exerce, et le malheur qu'il propage, réclame  de mettre au jour ce qui, dans nos façons de  vivre et nos modes de pensée, nous rend si  vulnérables à ses illusions.  Olivier Rey est chercheur au CNRS, membre de l'IHPST, et  enseigne la philosophie à l'université Paris 1 Panthéon-Sorbonne. Il a publié deux romans, dont Après la chute  (2014), et plusieurs essais, dont Itinéraire de l'égarement  (2003), Une folle solitude. Le fantasme de l'homme auto-construit  (2014),  Une question de taille (2014), Quand  le monde s'est fait nombre  (2018).  Leurre et malheur du  transhumanisme a reçu le prix Jacques Ellul 2019. 

  • Une question de taille

    Olivier Rey

    • Stock
    • 8 Octobre 2014

    Pourquoi les araignées géantes des films d´horreur ou les Lilliputiens que découvre Gulliver au cours de ses voyages ne se rencontrent jamais « en vrai » ? Parce que dans la réalité, la taille n´est pas un paramètre que l´on pourrait fixer à volonté : chaque être vivant n´est viable qu´à l´échelle qui est la sienne. En deçà ou au-delà, il meurt, à moins qu´il ne parvienne à se métamorphoser. Il en va de même pour les sociétés et les cultures. La plupart des crises contemporaines (politiques, économiques, écologiques, culturelles) tiennent au dédain affiché par la modernité pour les questions de taille. Nous mesurons tout aujourd´hui, des volumes de transactions à la bourse aux taux de cholestérol, de la densité de l´air en particules fines au moral des ménages. Mais plus nos sociétés se livrent à cette frénésie de mesures, moins elles se révèlent aptes à respecter la mesure, au sens de juste mesure. Comme si les mesures n´étaient pas là pour nous aider à garder la mesure mais, au contraire, pour propager la folie des grandeurs.
    Ce livre s´attache à décrire et comprendre par quelles voies, au cours des derniers siècles, nous avons perdu la mesure. Et aussi ce sur quoi nous pourrions nous fonder pour la retrouver, afin de mener une vie authentiquement humaine.

  • Quand le candidat François Hollande a déclaré que toute sa politique serait jugée à l'aune de « l'inversion de la courbe du chômage » et non à la diminution du nombre de chômeurs ; quand, pour la première fois dans l'histoire avec le traité de Maastricht, les États se sont liés autour de grandeurs chiffrées, on a compris que les statistiques sont devenues la clé de nos sociétés. Courbes, indices, graphiques, taux nous disent ce qu'il faut penser de la réalité.La statistique est devenue aujourd'hui un « fait social total » : elle concerne la totalité de la société et de ses institutions, et affecte, de manière directe ou indirecte, la vie sociale sous tous ses aspects. Ces nouveautés ne sortent pas de nulle part : elles sont l'aboutissement d'un mouvement qui, né avec la modernité,a connu un essor extraordinaire et décisif durant la première moitié du XIXe siècle. À la place des anciens régimes, balayés par la révolution industrielle et les tempêtes politiques, ont émergé ces objets étranges, inconnus jusqu'alors : les grandes sociétés d'individus. Les nations sont devenues des mystères pour elles-mêmes. C'est dans l'espoir de sonder ce mystère qu'une avalanche de nombres, qu'un torrent statistique se sont mis à déferler sur l'Europe. Nous sommes les héritiers de cette dynamique. Dès lors, si nous voulons nous faire une idée juste de ce qui nous arrive, et nous donner une chance de relâcher les noeuds qui nous enserrent, il est nécessaire de remonter à ce moment où les choses se sont nouées : comprendre pourquoi et comment le monde s'est fait nombre.

  • Après la chute

    Olivier Rey

    • Motifs
    • 7 Février 2018

    Alix, jeune doctorante en histoire médiévale, se heurte jour après jour au règne des chiffres, de la performance et de la quantité sur le monde. La jeune femme choisit l'exil volontaire pour donner un sens nouveau à son existence. Une quête de réalité et de salut, peinte avec ironie, qui passe par la nécessité de la littérature et de la poésie.
    Olivier Rey est chargé de recherche au CNRS. Il est notamment l'auteur d'Une question de taille, paru chez Stock en 2014 et de Quand le monde s'est fait nombre, paru en 2016 chez le même éditeur.

  • Lorsque Herman Melville meurt à New York, en 1891, il est un vieil homme à peu près oublié. Moby-Dick, quarante ans plus tôt, a coulé sa carrière littéraire. C'est seulement dans les années 1920, dans une Angleterre qui a fait l'expérience de la Grande Guerre, que le public commence à s'aviser de son génie. La fièvre de la redécouverte nourrit la quête d'inédits et, d'une boîte en fer-blanc, surgit le récit auquel Melville a travaillé durant les cinq dernières années de sa vie : Billy Budd.
    Malgré une taille limitée, celle d'une longue nouvelle, et une intrigue très simple, Billy Budd est rapidement devenu l'un des textes les plus étudiés et les plus commentés de la littérature mondiale, suscitant des débats aussi passionnés que contradictoires. La violence de la lutte entre critiques ne doit pas surprendre : Melville a tout fait pour livrer à une modernité demi-habile, pensant que tout problème a sa solution, une de ces situations sur lesquelles elle ne peut que se casser les dents. Qu'est-ce que le mal? Par quelles voies se répand-il? Comment limiter son empire? Quel sens donner à la beauté d'un être? Comment accueillir la grâce échue à un autre? Autant de questions que la pensée instrumentale nous a désappris à poser et qui, lorsqu'elle les rencontre, la rendent comme folle. Autant de questions qui n'en demeurent pas moins essentielles et dont la littérature est peut-être la mieux à même, par ses ambiguïtés, de traiter sans fausseté.
    C'est dans cet esprit que le présent ouvrage se met à l'école de Billy Budd. Il saisit l'occasion qui nous est donnée, en explorant l'oeuvre ultime de Melville, de renouer avec des interrogations dont nous ne pouvons nous passer.


  • « Dessine-moi un mouton »... Et l'aviateur-écrivain, en panne dans le désert, d'esquisser pour le jeune alien tout droit venu de son astéroïde la caisse renfermant l'agnelet. Mais les moutons noirs que sont les auteurs de cette anthologie vont vous raconter ici bien d'autres facettes du célèbre petit ovin. Vous découvrirez aussi sous leurs plumes d'étranges bergères, des cyber-moutons, des brebis révoltées un certain mois de mai, des ovins qui fuient leur maître, un loup mutant et son casque à pointe, la toison d'une brebis noire d'Ouessant, et bien d'autres... Au passage, si vous goûtez les clins d'oeil et les jeux de mots, vous serez copieusement servis. À vous en mettre plein la panse...

  • La culture d'entreprise représente la partie immatérielle du capital de l'entreprise. C'est elle qui donne valeur à l'entreprise au-delà des actifs et des technologies. De nombreuses entreprises ont compris qu'elle peut être utilisée comme facteur de mobilisation, levier de performance, outil de différenciation. Bien maîtrisée, elle participe alors activement à la conduite du changement, à la stratégie et à la réussite de l'entreprise. Cet ouvrage permet de répondre aux questions suivantes : comment tirer parti des caractéristiques culturelles de l'entreprise ; quels sont les avantages et inconvénients d'une culture " forte " ; comment réussir une évolution de culture. www.dexteam-dex.com www.coaching-ifod.com www.olivier-devillard.com Olivier Devillard est consultant en ressources humaines et management, coach et psychosociologue. Il a fondé la marque Dexteam en 1992 et dirige le cabinet de conseil Dexteam Dex. Co-fondateur de la SFCoach, il est spécialisé dans l'accompagnement des équipes dirigeantes et des organisations depuis 1985. Il a publié chez Dunod Coacher : efficacité personnelle et performance collective, 2e édition (2005). Ingénieur des Mines, consultant et coach, Dominique Rey est spécialisé dans les démarches de changement et de la performance de la coopération collective.

empty