Friedrich Nietzsche

  • Écrit entre 1881 et 1887, après une période sombre, de bouleversement psychologique et philosophique Nietzsche propose d'affronter, de s'accommoder d'un monde ne soit pas là pour nous faire plaisir, sa pensée n'est plus une sombre méditation mais une exaltation de la vie. Il tente par des aphorismes de dégager des vérités claires sans chercher d'absolu. Ce livre audio est au programme de français-philosophie des CPGE (classes préparatoires aux grandes écoles) scientifiques avec pour thème "La force de vivre".

  • Ainsi parlait Zarathoustra

    Friedrich Nietzsche

    • Flammarion
    • 2 Août 2011

    "Ainsi parlait Zarathoustra est sans conteste le livre le plus déroutant d'un philosophe lui-même inclassable.
    Nietzsche prétendait par là donner à l'humanité la "Bible de l'avenir", une Bible profane qui supplanterait toutes les autres. D'où l'étrangeté et l'indéfinissable beauté de cet hymne à la vie pleine et entière. "Peut-être Zarathoustra appartient-il tout entier à la musique : il est en tout cas certain qu'il présupposait une véritable renaissance de l'art d'écouter", écrit Nietzsche dans Ecce Homo de ce "livre pour tous et pour personne". Quoi de plus naturel alors que de faire entendre les meilleurs morceaux de cette musique inouïe ?
    Le risque d'une lecture à voix haute était certes de céder à l'exaltation romantique, mais Thierry Frémont a su trouver la juste tonalité lyrique, qui permet d'exprimer l'enthousiasme sans mièvrerie.
    Volume 1 : L'ouvrage débute par le déclin de Zarathoustra, qui n'hésite pas à se perdre d'abord pour mieux se retrouver par la suite. Pour devenir peu à peu ce qu'il est, à savoir le prophète de l'éternel retour du semblable, ce porte-parole exotique de la pensée de Nietzsche s'engage ainsi dans un voyage pour l'essentiel intérieur, jalonné de rêves éveillés, dans le but de sortir l'humanité de son "profond sommeil" et lui indiquer la voie de la grandeur, de la victoire sur soi."
    Claude Colombini & Yannis Constantinidès

  • Le Gai Savoir

    Friedrich Nietzsche

    • Le livre de poche
    • 7 Juin 2012

    Édition enrichie (Introduction, notes, chronologie et bibliographie)Ce livre [...] semble être écrit dans le langage d'un vent de dégel : on y trouve de la pétulance, de l'inquiétude, des contradictions et un temps d'avril, ce qui fait songer sans cesse au voisinage de l'hiver, tout autant qu'à la victoire sur l'hiver, à la victoire qui arrive, qui doit arriver, qui est peut-être déjà arrivée... La reconnaissance rayonne sans cesse, comme si la chose la plus inattendue, ce fut la guérison.
    « Gai savoir » : qu'est-ce sinon les saturnales d'un esprit qui a résisté patiemment, sévèrement, froidement, sans se soumettre, mais sans espoir, - et qui maintenant, tout à coup, est assailli par l'espoir de guérison, par l'ivresse de la guérison ? [...] « Incipit tragædia » - est-il dit à la fin de ce livre d'une simplicité inquiétante : que l'on soit sur ses gardes ! Quelque chose d'essentiellement malicieux et méchant se prépare : incipit parodia, cela ne laisse aucun doute...
    Friedrich Nietzsche.
    Ecrit entre 1881 et 1887, publié une première fois en 1882, dans une version incomplète, repris et parachevé ensuite, Le Gai Savoir confirme et renforce le radicalisme nietzschéen. Les grands thèmes de sa réflexion sont désormais parvenus à leur pleine maturité. L'idéal, la nécessité de l'héroïsme en philosophie, l'analyse de la décadence, mais aussi le principe de l'éternel retour, le mythe de Zarathoustra, la connaissance, la religion : c'est un véritable bréviaire du « nietzschéisme » qui apparaît au fil des pages.
    Traduction de Henri Albert, revue par Marc Sautet.
    Introduction et notes par Marc Sautet. 

  • Ainsi parlait Zarathoustra (Volume 1)

    Friedrich Nietzsche

    • Frémeaux & associés
    • 24 Novembre 2020

    "Ainsi parlait Zarathoustra est sans conteste le livre le plus déroutant d'un philosophe lui-même inclassable.
    Nietzsche prétendait par là donner à l'humanité la "Bible de l'avenir", une Bible profane qui supplanterait toutes les autres. D'où l'étrangeté et l'indéfinissable beauté de cet hymne à la vie pleine et entière. "Peut-être Zarathoustra appartient-il tout entier à la musique : il est en tout cas certain qu'il présupposait une véritable renaissance de l'art d'écouter", écrit Nietzsche dans Ecce Homo de ce "livre pour tous et pour personne". Quoi de plus naturel alors que de faire entendre les meilleurs morceaux de cette musique inouïe ?
    Le risque d'une lecture à voix haute était certes de céder à l'exaltation romantique, mais Thierry Frémont a su trouver la juste tonalité lyrique, qui permet d'exprimer l'enthousiasme sans mièvrerie.
    Volume 1 : L'ouvrage débute par le déclin de Zarathoustra, qui n'hésite pas à se perdre d'abord pour mieux se retrouver par la suite. Pour devenir peu à peu ce qu'il est, à savoir le prophète de l'éternel retour du semblable, ce porte-parole exotique de la pensée de Nietzsche s'engage ainsi dans un voyage pour l'essentiel intérieur, jalonné de rêves éveillés, dans le but de sortir l'humanité de son "profond sommeil" et lui indiquer la voie de la grandeur, de la victoire sur soi."
    Claude Colombini & Yannis Constantinidès

  • Ainsi parlait Zarathoustra (Volume 2)

    Friedrich Nietzsche

    • Frémeaux & associés
    • 24 Novembre 2020

    "Ainsi parlait Zarathoustra est sans conteste le livre le plus déroutant d'un philosophe lui-même inclassable.
    Nietzsche prétendait par là donner à l'humanité la "Bible de l'avenir", une Bible profane qui supplanterait toutes les autres. D'où l'étrangeté et l'indéfinissable beauté de cet hymne à la vie pleine et entière. "Peut-être Zarathoustra appartient-il tout entier à la musique : il est en tout cas certain qu'il présupposait une véritable renaissance de l'art d'écouter", écrit Nietzsche dans Ecce Homo de ce "livre pour tous et pour personne". Quoi de plus naturel alors que de faire entendre les meilleurs morceaux de cette musique inouïe ?
    Le risque d'une lecture à voix haute était certes de céder à l'exaltation romantique, mais Thierry Frémont a su trouver la juste tonalité lyrique, qui permet d'exprimer l'enthousiasme sans mièvrerie.
    Volume 1 : L'ouvrage débute par le déclin de Zarathoustra, qui n'hésite pas à se perdre d'abord pour mieux se retrouver par la suite. Pour devenir peu à peu ce qu'il est, à savoir le prophète de l'éternel retour du semblable, ce porte-parole exotique de la pensée de Nietzsche s'engage ainsi dans un voyage pour l'essentiel intérieur, jalonné de rêves éveillés, dans le but de sortir l'humanité de son "profond sommeil" et lui indiquer la voie de la grandeur, de la victoire sur soi."
    Claude Colombini & Yannis Constantinidès

  • Par delà bien et mal

    Friedrich Nietzsche

    • Saga egmont
    • 22 Décembre 2021

    À la suite d'« Ainsi parlait Zarathoustra », Nietzsche s'attaque à un problème majeur de la philosophie occidentale, celui de la valeur. D'une plume étincelante et féroce, il critique les préjugés des philosophes, à commencer par leur croyance en la valeur absolue de la vérité. Seul un nouveau type de penseur sera capable de redonner du sens à l'existence terrestre : « l'esprit libre », celui qui s'affranchit de la croyance en l'existence du bien et du mal, et qui crée ses propres valeurs.
    Ce texte constitue l'ouvrage le plus achevé de la pensée nietzschéenne, et le plus à même de rendre clair sa logique et ses aboutissements.



    Friedrich Nietzsche (1844-1900) est un philosophe allemand. D'abord professeur de philologie à l'université de Bâle, il devient l'auteur d'ouvrages majeurs tels que « Le Crépuscule des idoles », « Le Gai Savoir » et « Ainsi parlait Zarathoustra ». Il est d'abord baigné dans les auteurs de la Grèce antique, mais ses lectures de Schopenhauer le bouleversent et l'aident à construire sa pensée. Il oppose les valeurs traditionalistes, notamment présentes dans le christianisme, aux valeurs défendues par un « surhomme », individualiste et indépendant. Passionné de musique, il se lie d'amitié avec Wagner, mais se brouille rapidement avec celui-ci. Dans les dix dernières années de sa vie, il est plongé dans un état végétatif suite à un accès de démence.

  • La naissance de la tragedie

    Friedrich Nietzsche

    • Flammarion
    • 13 Avril 2022

    Parue en 1872, La Naissance de la tragédie est l'acte de naissance d'un philosophe convaincu que seule la confrontation avec ce qui nous est étranger nous donne accès à nous-mêmes.
    En interrogeant la genèse de la tragédie antique à partir des pulsions que sont l'apollinien et le dionysiaque, Nietzsche met en lumière le sens du pessimisme propre à la Grèce présocratique. Ce "pessimisme de la force", lucide quant au caractère douloureux de la vie humaine, n'exclut pas, mais au contraire renforce le désir d'exister. Par contraste, Nietzsche interroge également une autre forme de pessimisme : le nihilisme dont souffre l'Europe moderne, conséquence paradoxale du rationalisme socratique.
    La Naissance de la tragédie inaugure ainsi une forme de philosophie radicalement nouvelle : une philosophie qui, contre la rationalité triomphante, met au jour le fond pulsionnel de toute activité humaine, et qui s'attache à comparer et à évaluer les cultures, en vue de mieux comprendre le présent et de transformer l'avenir.

  • La vision dionysiaque du monde

    Friedrich Nietzsche

    • Editions allia
    • 3 Mars 2016

    Nietzsche a 26 ans lorsqu'il rédige La Vision dionysiaque du monde, un texte resté inédit de son vivant. Il s'agit, sous une forme ramassée mais déjà extrêmement aboutie littérairement, du premier exposé de l'un des thèmes fondamentaux de sa pensée : l'opposition entre le monde apollinien et le monde dionysiaque, entre la mesure, l'apparence, la forme et l'ivresse, l'extase, l'oubli de soi ou, pour le dire encore autrement, entre le voile du rêve et la puissance destructrice de la vérité. De l'affrontement de ces deux mondes naît la tragédie grecque. Ces pages qui annoncent et résument à la fois l'ouvrage futur La Naissance de la tragédie, constituent une des plus belles introductions de Nietzsche à sa conception du monde comme musique.

  • L'antechrist

    Friedrich Nietzsche

    • Flammarion
    • 13 Avril 2022

    Dans L'Antéchrist, au titre volontairement équivoque, le Christ est étrangement épargné, tandis que la charge vise les "chrétiens". Le christianisme, dit Nietzsche, est une invention de l'apôtre Paul, qui falsifie la "bonne nouvelle" du Christ pour en faire une "foi", le "mensonge sacré" d'une morale de la négation de la vie sous le symbole de la Croix : "Ce qui est chrétien, c'est la haine contre l'esprit, contre la fierté, le courage, la liberté, le libertinage de l'esprit ; ce qui est chrétien, c'est la haine contre les sens, contre les joies des sens, contre la joie tout court..."
    Bien plus qu'un pamphlet antireligieux et anticlérical, ce livre est une critique implacable et une généalogie de la morale, des idéaux du prêtre ascétique, de la "foi". Ces croyances, selon Nietzsche, persistent dans l'athéisme des "libres penseurs", et le "christianisme" se survit dans les "idées modernes", la foi dans la morale, la "vérité", le progrès, l'esprit de troupeau.
    Nietzsche, sans le connaître véritablement, y inclut ce qu'il appelle "socialisme", qui escamote la réalité pour lui substituer des idéaux négateurs, grégaires, moralisateurs et nationalistes inspirés par la "volonté de vengeance" des "faibles". Cet avatar du "christianisme" fait étrangement songer à ce qu'on appelle aujourd'hui populisme ou fascisme.

  • La généalogie de la morale

    Friedrich Nietzsche

    • Ink book
    • 19 Septembre 2013

    Cit. : " [...] partout où il y a troupeau, c'est l'instinct de faiblesse qui a voulu le troupeau et la sagesse du prêtre qui l'a organisé. Ne l'oublions pas : par nécessité naturelle les forts ont tendance à se séparer autant que les faibles ont tendance à s'unir [...] "
    Dans "La généalogie de la morale", Friedrich Nietzsche poursuit sa remise en cause des valeurs fondatrices de nos sociétés, plus particulièrement les notions de juste et d'injuste, de bon et de mauvais. Il nous renseigne sur les sources de ces valeurs et de ce qui les a fondées, afin de prouver qu'elles ne sont en rien naturelles, mais bien l'oeuvre patiente et acharnée des hommes au cours de notre histoire.
    Traduction par Henri Albert.

    Format professionnel électronique © Ink Book édition.

  • Généalogie de la morale

    Friedrich Nietzsche

    • Flammarion
    • 12 Août 2011

    Que de sang et d'horreur au fond de toutes les bonnes choses.
    La Généalogie de la morale applique ce principe désacralisant : l'idéal moral (ascétique) a désormais un prix, payable non en monnaie de singe, mais en livre de chair, en unité de désir ; principe cynique, qui découvre les pieux mensonges et l'hypocrisie de la belle apparence (les bons sentiments et saintes intentions). Les hommes modernes , de progrès ont là un miroir pour leurs tabous, leurs impuissances, leurs malentendus : la mièvrerie du consensus démocratique, la moraline du troupeau, les passions tristes, émondeuses des aspérités de la vie, le tabou du pouvoir (le misarchisme), la névrose généralisée du salut, par l'art (Wagner), par la science (le scientisme), la religion (le christianisme).
    Mesurons ce que l'animal humain a perdu dans l'affaire (l'innocence et la joie de l'affirmation première de la force, la vraie méchanceté, la distance, la noblesse) et son nouvel infini : réinventer un sens fort après des millénaires de sens faible.

  • Humain, trop humain t.1

    Friedrich Nietzsche

    • Flammarion
    • 13 Novembre 2019

    À sa parution en 1878, Humain, trop humain laisse les lecteurs perplexes : on n'y reconnaît pas l'auteur de La Naissance de la tragédie. Pourtant, la rupture entre les deux ouvrages n'est pas aussi radicale qu'on a voulu le penser. C'est bien plutôt un mouvement d'affirmation de soi, profond et déterminant, qui se manifeste dans ce nouveau livre. Libéré de ses influences passées, Nietzsche réinvestit ses interrogations sur un mode nouveau et, ce faisant, consolide sa propre manière de philosopher.
    L'évolution la plus frappante est stylistique : Nietzsche adopte pour la première fois la forme aphoristique, conforme à sa pensée, anti-dogmatique, qui procède par essais, hypothèses, multiplication des points de vue. D'où un changement de méthodologie : à rebours de la tradition philosophique, il rejette les perspectives fixistes de la métaphysique et prône une logique interprétative. Se plaçant sur le terrain de la psychologie, il enquête sur les méandres de l'âme humaine, reconnaissant que tout ce qui se produit dans la réalité n'est pas entièrement imputable à la raison, mais bien davantage à des processus infra-conscients - instincts, pulsions, valeurs -, qui constituent le « trop humain » de l'humain.

  • Par delà le bien et le mal

    Friedrich Nietzsche

    • Le livre de poche
    • 28 Mai 2012

    Un des ouvrages les plus pédagogiques et les plus fondateurs de Friedrich Nietzsche. Dans un style lumineux l'auteur propose une critique féroce du "dogmatisme" des philosophes chrétiens et platoniciens. Par la remise en question de ses prédécesseurs, Nietzsche pousse de manière originale à remettre de la créativité dans une pensée trop ancrée dans les croyances, à l'enrichir, à ouvrir une possibilité d'appréhender le monde, plus inventive et plus universelle, en "esprit libre".

  • Le «bien», le «mal» : ces «valeurs», qui infléchissent nos pensées, nos jugements et nos actions, nous semblent évidentes, voire naturelles. À tort, nous dit Nietzsche. Ce sont en réalité des habitudes qui nous sont inculquées, depuis les temps archaïques, par les châtiments les plus cruels. Pire : loin d'être une marque d'humanité évoluée, elles sont le symptôme d'une civilisation malade de sa morale.
    Aux yeux de Nietzsche, le véritable coupable est la religion chrétienne qui, depuis deux millénaires, a imposé un système de valeurs essentiellement hostile aux instincts premiers de la vie. L'homme «moderne» a forgé sa conscience morale dans la conviction d'avoir fauté, instillant en lui remords et veulerie. Médecin de la civilisation, le philosophe appelle de ses voeux un renversement de cette forme pathologique de la morale - renversement qui redonnera à la vie sa noblesse et à l'homme sa joie, sa force, sa santé.

    Dossier :
    1. Temporalités de la généalogie : histoire, évolution, élevage
    2. Fondements de la généalogie : culture, droit et morale.

  • Hymne à l'amitié

    Friedrich Nietzsche

    • Éditions rivages
    • 17 Avril 2019

    L'image que l'on se fait souvent de Nietzsche (1844-1900) est celle du penseur solitaire, errant et sans attaches. Seul, il n'était pourtant pas sans amis. En témoignent ses relations avec Richard Wagner, Paul Rée, Malwida von Meysenbug ou Lou Andreas-Salomé : amitiés spirituelles, passionnées, orageuses, débouchant parfois sur une violente inimitié, à la hauteur de l'espérance que lui inspirait l'objet de son sentiment. Embrassant une décennie entière, de la parution d'Humain, trop humain à l'écriture d'Ecce Homo, le présent volume propose pour la première fois, dans une nouvelle traduction, un choix d'aphorismes et de poèmes où Nietzsche expose ses vues sur l'amitié, à la fois déroutantes, provocantes et paradoxales. Le philosophe ne fait-il pas dire en effet à son Zarathoustra qu'il faut voir en l'ami son meilleur ennemi ?

  • Humain, trop humain t.2

    Friedrich Nietzsche

    • Flammarion
    • 13 Novembre 2019

    Livre de la maturité, Humain, trop humain ouvre la deuxième période de la pensée nietzschéenne. Le philosophe a trouvé le style d'écriture qu'il n'abandonnera plus - la forme aphoristique - et l'objet qui l'occupera toujours - l'analyse des moeurs et de la culture.
    Dans ce second volume, composé d'Opinions et sentences mêlées et du Voyageur et son ombre, Nietzsche aborde des sujets de tous ordres : l'enseignement, la mode, le christianisme, le châtiment, les Grecs... Au lieu de proposer un exposé dogmatique, il procède, tel le voyageur sans attaches, par essais et expérimentations. Mais derrière le caractère apparemment hétéroclite de l'oeuvre, c'est bien à une étude des moeurs et, à travers elle, à une critique de la morale que Nietzsche s'emploie. Pour lui, en effet, la morale telle qu'elle s'est développée dans la tradition philosophique a masqué derrière les lumières de la raison ce qui est perçu comme une faiblesse : les pulsions, l'irrationnel, l'« ombre » en chacun de nous - ces choses injustement mises au rebut alors qu'elles constituent la réalité profonde de la vie et que Nietzsche appelle le « trop humain » de l'humain.

  • Pour la première fois en poche, les mythiques lettres échangées entre Nietzsche et son confident, le compositeur Heinrich Kselitz surnommé Peter Gast. Une correspondance unique dans l'histoire de la philosophie." La vie sans musique est une erreur éreintante, une besogne, un exil. "
    Lettre de Nietzsche à Peter Gast.
    Les Lettres à Peter Gast, surnom donné par Nietzsche (1844-1900) au compositeur Heinrich Kselitz, à la fois secrétaire et confident de Nietzsche, dont il fera un véritable double, constituent une correspondance unique dans l'histoire de la philosophie. Et la plus importante que Nietzsche ait entretenue avec un ami.
    Au-delà de ses considérations sur la musique ; l'art majeur selon Nietzsche ;, ces lettres constituent un témoignage capital sur sa pensée, au moment de sa pleine maturité intellectuelle, entre 1876 et le 3 janvier 1889, jour du basculement du philosophe vers la folie.
    Elles attestent de son évolution et de ses différents jalons, depuis la rupture avec Wagner (
    Humain trop Humain) jusqu'à son ultime autobiographie (
    Ecce Homo), en passant par l'accomplissement du
    Gai savoir ou de
    Ainsi parlait Zarathoustra.
    Peter Gast est ainsi le témoin privilégié de la philosophie de Nietzsche : ces lettres en constituent le reflet en même temps que celui de la vie quotidienne du penseur allemand. Elles ont donc aussi valeur de journal.

  • Humain, trop humain

    Friedrich Nietzsche

    • Le livre de poche
    • 26 Juin 2014

    Edition enrichie (Introduction, notes, index et bibliographie)
    Humain, trop humain, avec ses deux continuations, est le monument commémoratif d'une crise. Je l'ai intitulé : un livre pour les esprits libres, et presque chacune de ses phrases exprime une victoire ; en l'écrivant, je me suis débarrassé de tout ce qu'il y avait en moi d'étranger à ma vraie nature. Tout idéalisme m'est étranger. Le titre de mon livre veut dire ceci : là où vous voyez des choses idéales, moi je vois... des choses humaines, hélas ! trop humaines ! [...] On trouvera ce livre sage, posé, parfois dur et ironique. On dirait qu'un certain « intellectualisme » au goût aristocratique s'efforce constamment de dominer un courant de passion qui gronde par en dessous.
    Friedrich Nietzsche.
    Commencé en 1876, et achevé au début de 1878, le premier livre de Humain, trop humain, qui comporte 638 aphorismes, a été pour l'essentiel dicté à Peter Gast, alors étudiant à Bâle. Il paraîtra le 30 mai 1878, pour saluer le centième anniversaire de la mort de Voltaire, « l'un des plus grands libérateurs de l'esprit ». Le second livre contient deux écrits distincts, Opinions et sentences mêlées et Le Voyageur et son ombre, qui seront quant à eux publiés l'un en 1879 et l'autre en 1880. Nietzsche s'est désormais libéré des influences qui pesaient sur lui et son radicalisme trouve enfin son expression la plus ferme. Il pourfend la métaphysique traditionnelle, affronte le problème de l'éthique, développe sa critique du christianisme, renforce sa réflexion sur l'art et aborde des sujets aussi divers que le mariage, la femme, les rapports humains, la violence entre les hommes...
    Révision de la traduction, notes et commentaires par Angèle Kremer-Marietti.

  • Oeuvres

    Friedrich Nietzsche

    • Flammarion
    • 7 Octobre 2020

    Contient :
    - Le Gai Savoir
    - Ainsi parlait Zarathoustra
    - Par-delà bien et mal
    - Généalogie de la morale
    - Le Cas Wagner
    - Le Crépuscule des idoles
    - L'Antéchrist
    - Ecce Homo
    - Nietzsche contre Wagner

    Avant-propos de Raphaël Enthoven.

  • Homère et la philologie classique ; encyclopédie de la philologie classique Nouv.

    Philosophia facta est quæ philologia fuit (ce qui était philologie est devenu philosophie) sont les derniers mots de la leçon inaugurale sur Homère et la philologie classique que Nietzsche prononça le 28 mai 1869, lors de son entrée comme très jeune professeur à l'Université de Bâle. Il s'agit de l'inversion d'une phrase de Sénèque qui déplorait que ce qui autrefois était philosophie était désormais devenu philologie. À travers l'examen de la question homérique, Nietzsche énonce donc l'exigence de donner un sens philosophique au travail philologique.
    La même expression revient dans l'avant-propos du cours Encyclopédie de la philologie classique que Nietzsche tint en 1871 et qui est publié ici pour la première fois en traduction française d'après les manuscrits originaux. Le terme « encyclopédie » indique, selon l'usage de l'époque, un compendium de la discipline et de ses méthodes, « une carte qui sert à s'orienter », comme l'écrit Nietzsche. Dans le cadre de notre édition, ce volume fait également office d'introduction à d'autres cours tenus par Nietzsche, car un certain nombre de sujets ici présentés réapparaîtront dans d'autres cours et écrits. Mais surtout, cette Encyclopédie nous permet de comprendre quelle est la fonction philosophique de la philologie qui, en faisant revivre la culture de l'Antiquité, est en mesure de produire un renouvellement profond de la culture du présent. On pourrait supposer que le renouvellement auquel Nietzsche fait allusion ici correspond à celui présenté dans son premier livre, La Naissance de la tragédie, qu'il était d'ailleurs en train d'écrire à la même période. Mais la renaissance à laquelle pense le jeune professeur de philologie est en réalité assez différente de celle énoncée par le philosophe et publiciste wagnérien. Ce cours nous restitue ainsi un Nietzsche inédit qui nous permet de mieux comprendre son détachement futur à l'égard du mythe germanique et de la métaphysique de l'artiste de La Naissance de la tragédie.

  • Ecce homo

    Friedrich Nietzsche

    • Fayard/mille et une nuits
    • 1 Avril 2014

    Maître de la pensée invectivante, Nietzsche ne cherche pas à démontrer, il assène, tranche, cogne. L'enjeu est de taile : il s'agit de réveiller un Occident englué dans plus de deux millénaires d'épais fourvoiement moral et philosophique. "Ecce Homo", "Voici l'homme", titre le plus insolent de l'histoire de la philosophie. "Voici le plus homme des hommes, Nietzsche en personne, ou Dionysos, son double, son modèle, son frère, et cet homme s'est construit la plus redoutable des santés.".

  • Le nihilisme européen

    Friedrich Nietzsche

    • Fayard/mille et une nuits
    • 26 Octobre 2011

    Dès les années 1880, Friedrich Nietzsche projette un ouvrage qui exposerait sa philosophie, mais il l'abandonne en 1888. Juste après sa mort, sa soeur Élisabeth établit le texte à partir de fragments, selon le plan laissé par l'auteur en mars 1887 : ainsi est publié La Volonté de puissance. Essai de transmutation de toutes les valeurs, considéré un temps comme majeur, notamment par Heidegger et Deleuze, puis tenu pour un montage falsificateur. Le Nihilisme européen forme la première partie des quatre livres annoncés : ce sont 86 fragments qui dressent un bilan de la situation philosophique de l'Occident moderne à la fin du XIXe siècle, caractérisé par le nihilisme d'une société malade, épuisée, décadente, « où le faible se nuit à lui-même ». Nietzsche analyse l'essence du nihilisme comme une dévalorisation de la vie et de l'existence. Il y voit trois responsables (le christianisme, l'esprit rationnel et critique) et leur donne un nom (entre autres : Kant, Rousseau, Schopenhauer, Wagner). Une édition annotée et postfacée par Jérôme Solal.

  • Aurore

    Friedrich Nietzsche

    • Flammarion
    • 25 Juin 2014

    Dans Aurore (1881), Nietzsche poursuit l'entreprise de critique radicale de la morale commencée dans Humain, trop humain, et pose ainsi les jalons d'un projet philosophique dont ses dernières oeuvres, de Par-delà bien et mal à Ecce homo, seront le couronnement.
    Le philosophe s'impose ici comme un travailleur des ténèbres, forant le fond de la civilisation pour mettre au jour les origines plus ou moins nobles des idéaux, des croyances et des moeurs, saper les fondements de la morale et faire vaciller nos certitudes. Prônant la libération de la pensée, il en appelle à l'affirmation de nouvelles valeurs. Et il nous montre, à travers cette série de fragments placés sous le signe de la belle humeur, que l'étonnement et le scepticisme sont au principe de toute philosophie : « Un livre comme celui-ci n'est pas fait pour être lu d'un seul tenant ou à voix haute, mais pour être consulté, notamment en promenade ou en voyage. On doit pouvoir sans cesse y mettre le nez, puis le relever, et ne plus rien trouver d'habituel autour de soi. »
    © Flammarion, Paris, 2012
    Couverture : Virginie Berthemet ©
    VO : Morgenrte Gedanken über die moralischen VorurteileFlammarion

  • Le cas Wagner ; Nietzsche contre Wagner

    Friedrich Nietzsche

    • Ink book
    • 19 Septembre 2013

    "J'admire Wagner partout où c'est lui-même qu'il met en musique."
    Un rapport singulier a uni Nietzsche à Wagner. Mais le musicien allemand, admiré par Nietzsche - la musique de Wagner lui a inspiré son premier ouvrage : la naissance de la tragédie -, deviendra également la cible de ses attaques les plus virulentes comme celles exposées dans ces deux ouvrages que nous publions ensemble : Le Cas Wagner (1888) et Nietzsche contre Wagner (1889), le dernier livre écrit par le philosophe allemand avant qu'il ne perde définitivement la raison.

    Format professionnel électronique © Ink Book édition.

empty