La Fronde, histoire politique d'une guerre civile

À propos

Essentielle à la compréhension du XVIIe siècle, La Fronde demeure un évènement politique complexe à étudier. Pourtant, Voltaire, tout à la rédaction du siècle de Louis XIV n'hésita pas à relever le défi. En une économie de mots, conteur fabuleux d'intelligence et d'érudition, Voltaire cerne tous les tenants et aboutissants de la grande révolte nobiliaire que connût la régence d'Anne d'Autriche.
Les rapports de pouvoir, les attentes de la noblesse, l'intelligence manoeuvrière de Mazarin, les trahisons des uns, les espoirs bafoués des autres, les périls ayant traumatisé le jeune roi, le tableau des idées, des écrits, des croyances que le grand évènement engendra ; Voltaire brasse tout pour son oeuvre d'historien. Entre littérature et réflexion, son idéal politique du despotisme éclairé toujours à portée de démonstration, Voltaire écrit sur un autre siècle pour mieux penser le sien. En ressort un livre exceptionnel, sans conteste l'un des plus aboutis à avoir été écrit sur la question. En ressort un classique, tout simplement.

Rayons : Sciences humaines & sociales > Histoire du monde > Histoire de France

  • EAN

    9782369460060

  • Disponibilité

    Disponible

  • Poids

    113 Ko

  • Distributeur

    Numilog

  • Diffuseur

    Numilog

  • Entrepôt

    Numilog

  • Support principal

    ebook (ePub)

Voltaire

1694-1778. Dernier enfant d'un riche notaire, Voltaire fait ses études chez les Jésuites et fréquente la haute société libertine. A la suite d'une altercation avec le Chevalier de Rohan, il s'exile en Angleterre où il découvre la philosophie de Locke (1726-1729). Il partage ensuite la vie de Mme du Châtelet, puis rentre à Paris où il mène une carrière de courtisan avant de tomber en disgrâce. De 1750 à 1753, il voyage à la cour de Berlin et se brouille avec Frédéric II. Enfin, en 1760, il s'installe à Ferney, sur la frontière franco-helvétique et en compagnie de Mme Denis, il règne sur un millier d'âmes, se fait agriculteur, architecte, fabricant de montres et de bas de soie. En 1778, il revient à Paris: le peuple de la capitale l'accueille avec un tel enthousiasme que certains historiens voient dans cette journée du 30 mars la première des "journées révolutionnaires".
On le croyait dramaturge; de nos jours, son théâtre est oublié mais il nous reste 1500 lettres, un Dictionnaire philosophique et une trentaine de contes. Il nous reste son intelligence, son ironie, sa rosserie, sa générosité et sa fantaisie. Maître de l'humanisme, il a collaboré à l'oeuvre de civilisation par sa lutte contre toutes les oppressions, au nom du bien-être, de la justice et de la libre pensée.

empty